leral.net | S'informer en temps réel

Pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections au Kenya, précise le procureur général


Rédigé par leral.net le Vendredi 22 Septembre 2017 à 10:54 | | 0 commentaire(s)|

Le président Uhuru Kenyatta donne un discours au palais présidentiel, à Nairobi, le 21 septembre 2017.
Le président Uhuru Kenyatta donne un discours au palais présidentiel, à Nairobi, le 21 septembre 2017.

Le président kényan Uhuru Kenyatta peut rester à son poste jusqu'à la prestation de serment d'un chef de l'Etat issu des urnes, a affirmé vendredi le procureur général du Kenya, tentant d'apaiser la crainte d'une crise constitutionnelle si l'élection présidentielle devait à nouveau être reportée.

Après l'invalidation en justice de la réélection de M. Kenyatta lors du scrutin du 8 août, la question de la légitimité du président et de son gouvernement a été soulevée, notamment par l'opposition. Le procureur général Githu Muigai a dès lors pris l'initiative d'une conférence de presse vendredi pour "clarifier" certains points de la Constitution en amont du nouveau scrutin.

 

 

"Entre le jour de l'élection et la prestation de serment d'un nouveau président ou d'un président réélu, le gouvernement reste (en poste, ndlr) sans qu'il y ait la moindre vacance (du pouvoir, ndlr)", a-t-il déclaré, précisant que, hormis certaines nominations qu'il n'a plus le droit de prononcer, M. Kenyatta continue d'exercer pleinement ses fonctions de président.

Saisie par l'opposition, la Cour suprême a invalidé le 1er septembre la réélection de M. Kenyatta avec 54,27% des voix, contre 44,74% à l'opposant Raila Odinga.

Initialement prévue le 17 octobre, la nouvelle élection a été reportée jeudi au 26 octobre, de nombreux doutes demeurant toutefois sur la capacité de la Commission électorale (IEBC) à organiser le scrutin dans les temps. La Constitution stipule elle que la nouvelle élection doit être organisée dans les 60 jours suivant la décision de la Cour suprême, soit d'ici au 31 octobre.

"Même dans l'éventualité improbable que l'élection ne soit pas organisée le soixantième jour, cela ne délégitime en rien l'ordre constitutionnel", a soutenu M. Muigai, soulignant que plusieurs possibilités existent, notamment sous la supervision de la Cour suprême, afin d'étendre le délai constitutionnel pour l'organisation du nouveau scrutin.

Semblant réagir aux accusations du camp présidentiel selon lesquelles l'opposition tente de provoquer une crise constitutionnelle menant à un accord de partage du pouvoir et un gouvernement d'union nationale, M. Muigai a soutenu que la création d'un tel gouvernement serait "illégale".

Lors de la publication mercredi des attendus de sa décision du 1er septembre, la Cour suprême a sévèrement blâmé l'IEBC pour sa gestion des élections du 8 août, évoquant des irrégularités dans la transmission des résultats ainsi que des "problèmes institutionnels systémiques" au sein de cette institution.

L'opposition a conditionné sa participation au nouveau scrutin à la démission de plusieurs membres de l'IEBC, notamment. Le président Kenyatta a lui exclu tout remaniement en profondeur de l'institution. Le président a aussi vivement critiqué la Cour suprême, l'accusant d'avoir perpétré un "coup d'Etat" en invalidant sa réélection.

Avec AFP