leral.net | S'informer en temps réel

Plaidoirie des avocats de l’Etat : Khalifa Sall et Cie traités comme une « organisation mafieuse »


Rédigé par leral.net le Jeudi 15 Février 2018 à 19:01 | | 0 commentaire(s)|

Dans leurs plaidoiries ce jeudi 15 février devant le tribunal correctionnel, les avocats de l’Etat ont réclamé 6,8 milliards de FCFA à titres de dommages et intérêts. Aussi, ils n’ont pas raté le maire de Dakar Khalifa Sall et ses co-prévenus.

En effet, selon les avocats de l’Etat, les faits de malversations financières portant sur 1,8 milliards de FCFA dans le cadre de la gestion de la caisse d’avance qui sont reprochés aux prévenus, ne souffrent d’aucune contestation.

A les en croire, c’est Khalifa Sall et Mbaye Touré qui sont au début et à la fin des fausses factures de riz et de mil du Gie TABBAR dans le seul but de se remplir les poches. « La vérité a l’éclat d’un diamant et elle est dure dans sa cruauté. La culpabilité des prévenus est indéniable. Les fonds de la caisse n’ont jamais servi à la mission de service public comme le prétend mordicus le maire et aucun grain de mil et de riz n’a été livré par le Gie TABBAR.

C’est une grande organisation mafieuse que Khalifa Sall, Mbaye Touré, Yaya Bodian, Fatou Traoré, Ibrahima Yatma Diaw et Amadou Moctar ont créée à la ville de Dakar pour ensuite permettre à Mbaye Touré d’aller décaisser chaque mois, 30 millions de FCFA au niveau des deux percepteurs. Et les témoignages faits devant cette barre sont plus accablants. On a entendu que sur les 63 mosquées de Grand-Yoff, 50 ont eu des panneaux solaires grâce à Khalifa Sall ce qui se comprend bien, car c’est son Grand-Yoff qui est son fief politique. Dans la vie, il faut savoir prendre ses responsabilités, on ne peut jouer au poker pour gagner sans perdre
», martèle Me Baboucar Cissé.

Dans cette même veine, Me Samba Biteye de renchérir : « La ville de Dakar n’est pas la Calédonie ou la Corse, ni un Etat dans le Sénégal. Et la caisse d’avance n’est pas une caisse de voyous ou de délinquants. Ce procès est le procès de la bonne gouvernance car au lieu de rester sur les faits, la défense parle de procès politique. Et c’est une contrevérité de dire que les fonds politiques n’existent que dans la ville de Dakar. C’est un vocable utilisé tout simplement par Mbaye Touré et Khalifa Sall pour receler les fonds de la caisse d’avance ».




Kady Faty, LERAL



Cliquez-ici pour regarder plus de videos