leral.net | S'informer en temps réel

Plateforme anti-fraudes : L’Opposition «pose» Macky Sall par terre


Rédigé par leral.net le Vendredi 14 Décembre 2018 à 15:30 | | 0 commentaire(s)|

Les leaders de l’Opposition ont encore vilipendé Macky Sall et son régime. Profitant hier du lancement de leur Plateforme opérationnelle de sécurisation des élections (Pose), Me Mame Adama Guèye et Cie se sont engagés à œuvrer ensemble pour forcer le président Macky Sall, candidat à sa propre succession, à organiser le scrutin du 24 février prochain, dans la transparence la plus totale…
 
La Pose est désormais opérationnelle. Au lancement de cette plateforme mise sur orbite par son initiateur et non moins coordonnateur, Me Mame Adama Guèye, on a noté la participation de leaders tels que Pr Issa Sall, Abdoul Mbaye, Idrissa Seck, El Hadj Malick Gackou, Aïda Mbodj, Ousmane Sonko, Me Madické Niang, entre autres. Satisfait de cette présence massive de poids lourds de l’opposition, le leader de Senegaal Bou Bees a une fois de plus, vilipendé le président Macky Sall qui, selon lui, est en train de remuer ciel et terre pour obtenir un second mandat.
 
«Votre présence massive ici, aujourd’hui, démontre à suffisance votre engagement. Soyez donc les bienvenus à cette manifestation exclusivement consacrée aux intérêts supérieurs de la Nation mis en danger par les tendances autocratiques d’un candidat sortant, qui a déclaré préférer la mort à la défaite », a-t-il martelé, en faisant allusion aux propos du président de la République lors de la cérémonie de lancement de son livre autobiographique.
 
Toujours selon l’ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats du Sénégal, Macky Sall et son régime sont en train de préparer les esprits avec leurs sondages. A l’en croire, ceux qui savent, ceux qui doivent savoir, savent. Me Mame Adama Guèye a invité l’assistance à se poser « un certain nombre de questions » comme celles-ci par exemple : « Quand on veut avoir la mainmise sur les réseaux sociaux, qu’on verrouille les médias publics, qu’on veut avoir la main sur les médias privés, qu’on achète des armes anti-émeutes, qu’on instaure le parrainage de manière perverse, qu’on distribue les cartes d’identité de manière sélective, qu’on rallonge l’âge de retraite des magistrats, qu’on laisse à sa place le directeur de la Daf qui doit aller à la retraite, mais tout cela n’est pas un hasard.
 
Il y a aussi l’entêtement à vouloir garder quelqu’un qui a ouvert un conflit au ministère de l’Intérieur car ayant dit qu’il travaillerait inéluctablement pour la réélection de son candidat. C’est clair ! Macky Sall s’est disqualifié lui-même. Parce que c’est un conflit d’intérêts ouvert. Pourquoi vouloir insister ?
 
Je donnerai un autre exemple : on nous avait dit que s’il y a une centaine de candidatures, ça serait trop cher. Pourquoi on ne se pose pas de question sur le bulletin unique ? » Sur cette lancée, l’initiateur de la Pose a donné l’exemple du fichier électoral. Pour citer que l’article L48 qui dit que « les partis d’opposition ont droit de regard et de contrôle sur la tenue du fichier électoral... ».
 
« Pourquoi, se demande-t-il, alors cette obsession à ne pas permettre aux partis de l’Opposition d’exercer ce pouvoir ? Voilà, pense-t-il, autant de faits qui montrent aujourd’hui qu’un hold-up électoral est en préparation. »

« C’est pourquoi, nous avons voulu anticiper en mettant en place la Pose. Son rôle est de poser des actes par anticipation sur la base d’une réflexion stratégique et d’un plan d’action, pour empêcher que leur vœu (Ndlr, celui des gens du pouvoir) devienne réalité », soutient Me Guèye, qui indique que le Sénégal, « pour la première fois depuis le Code consensuel de 1992, s’achemine vers une élection sans consensus.
 
Pis, notre démocratie s’affaisse sous les coups de boutoirs administrés pernicieusement par le candidat sortant Macky Sall, obsédé par la volonté de se faire réélire.
»

Me Madické Niang : « Macky Sall ira inéluctablement au deuxième tour et sera battu si nous avons 6 coalitions assez fortes »
 
Pour Me Madické Niang, ceci est déjà un début d’alliance. Ce programme minimum, soutient le candidat de la coalition « Madické Président 2019 », sera accepté de tous et « demain nous pouvons nous engager ». « Nous pouvons nous promettre de soutenir celui qui va sortir de cette plateforme. Nécessairement, il nous faut une plateforme des candidats. Il nous faut des coalitions fortes qui vont totaliser des suffrages importants », pense l’ancien ministre des Affaires étrangères sous le régime du président Abdoulaye Wade.
 
Poursuivant, le « candidat alternatif » du Pds soutient que « si nous avons, par exemple, rien que 6 coalitions assez fortes et qui vont totaliser des suffrages allant de 8 à 12 %, Macky Sall ira inéluctablement au deuxième tour et il sera battu ».

Idrissa Seck  : «  Macky Sall ne sera pas capable d’arriver à ses fins parce que le peuple sera déterminé à lui faire face »
 

Venu prendre part à cette cérémonie de lancement de la Plateforme opérationnelle de sécurisation des élections (Pose), le candidat de la coalition « Idy2019 », Idrissa Seck, soutient que les leaders de l’opposition ont vu « une succession d’actes posés par le candidat sortant pour éliminer des candidats du système, manipuler la justice pour empêcher une distribution convenable des cartes aux citoyens, donc, effectivement ce sont des actes inquiétants ».
 
En conclusion, et parlant du président Macky Sall, le leader de Rewmi dit penser qu’ « il ne sera pas capable d’arriver à ses fins parce que le peuple sera déterminé faire face ».






 
Source Le Témoin



Cliquez-ici pour regarder plus de videos