leral.net | S'informer en temps réel

Point de vue d'un citoyen sur les cent jours de Babacar Diop à la Mairie Ville de Thiès (Par Mamadou Abdoulaye Samb)

Je fustige la démarche de Babacar Diop qui relève purement et simplement de la politique politicienne. Dans sa sortie, Babacar Diop nous parle d’un audit ou d’un état des lieux, alors que le seul état des lieux officiellement validé, est bien consigné dans le rapport de passation de service, avec tous les dossiers annexés.


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Mai 2022 à 21:38 | | 0 commentaire(s)|

Point de vue d'un citoyen sur les cent jours de Babacar Diop à la Mairie Ville de Thiès (Par Mamadou Abdoulaye Samb)
La Mairie Ville de Thiès n’est ni FDS / Les Guéléwars, ni Ndiobène, ni une quelconque propriété privée de Babacar Diop, pour qu’il puisse confier un soi-disant audit à son propre frère Mouhamed Diop. Ce qui est répréhensible et, est qualifié de délit d'initié.
D’ailleurs, s’agit-il d’un audit interne ou externe ? N’y'a-t-il pas conflit d'intérêt ? Comment a été recruté le cabinet d’audit ? Y a-t-il eu appel à concurrence ? Quels personnes et services a-t-il interrogés ? Quelle démarche contradictoire a-t-il adopté avant de valider ce soi-disant audit ? Où est le rapport d’audit ?

La Mairie Ville de Thiès est un démembrement de l’Etat et, à ce titre, elle est soumise au contrôle des structures formellement établies par l’Etat et aux juridictions, telles que la Cour des Comptes, l'IGE et l’OFNAC. Durant le mandat de Talla Sylla, la vérification administration et financière (VAF), de la gestion municipale, a été régulièrement effectuée par des structures de l’Etat ou des juridictions financières compétentes telles que la Cour des Comptes. Babacar Diop n’en a nullement la compétence et lui-même est assujetti au contrôle.

Babacar Diop nous parle d’un recrutement de 300 agents, c’est une contrevérité grossière. A ce jour, la Mairie Ville de Thiès compte 107 agents permanents recrutés par CDI…à ne pas point confondre avec le service de la main-d’œuvre temporaire, qui est une opportunité telle que le FERA.
En cent jours, les agents sont persécutés, les congés sont bloqués, avec un refus catégorique de signer les heures supplémentaires.

Mise en danger de la vie d'autrui avec une liste d’agents pour faciliter la traversée de la route aux élèves aux heures d’école : des femmes enceintes, des personnes handicapés, des personnes qui souffrent de maladies chroniques (cardiaque, drépanocytose, crise d’épilepsie, tension artérielle...) mais aussi des personnes âgées.

En cent jours, le personnel est méprisé, snobé et humilié et il n'y a jamais eu de réunion ou une quelconque entrevue avec les agents. Depuis cent jours, c'est-à-dire trois mois, les salaires sont toujours payés après le dix du mois.

En cent jours, le Service de l'état-civil est souvent bloqué par l'absence et l'arrogance des officiers d'état-civil. En cent jours, les commissions ne sont pas encore mises en place. Il est le seul à prendre toutes les décisions sans consulter personne, ni le bureau de ville ni les services compétents de la ville ni son cabinet.

La démarche unilatérale du Maire de la Ville sur bon nombre questions, dont Mickey Land, Kajoor Glace, l'UCG, le traitement des agents municipaux et ses innombrables sorties médiatiques contre de dignes Thiessois qui n'ont fait qu'investir à Thiès et réussi là où personne n'a osé, nous donnent des raisons de nous interroger sur ses capacités à diriger cette institution.

Sur la gestion du foncier, je précise que toutes les opérations d’urbanisme (lotissement, désaffectation et autres) initiées dans le périmètre de la Ville par Talla Sylla, ont suivi une procédure légalement approuvée par le représentant de l’Etat et ses services techniques, notamment le Cadastre, l’Urbanisme et les Domaines.

Plutôt que de verser dans la politique politicienne, j’invite Babacar Diop à s’inspirer de son prédécesseur, dont le leadership et les réalisations sont visibles partout. Les populations qui l’ont élu, l’attendent sur des réalisations concrètes, non sur une démarche de dénigrement.






Mamadou Abdoulaye Samb, Juriste, Citoyen thiessois

La Rédaction

Titre de votre page Titre de votre page