leral.net | S'informer en temps réel

Port illégal de la tenue et des attributs des Forces spéciales par des individus : La police décidée à y mettre fin

Un homme averti en vaut deux. La Police nationale ne veut plus voir des individus porter la tenue et les attributs des Forces spéciales. Seydou Bocar Yague et ses hommes l’ont fait savoir dans un communiqué parvenu hier à «L’As».


Rédigé par leral.net le Mercredi 17 Novembre 2021 à 09:40 | | 0 commentaire(s)|

Port illégal de la tenue et des attributs des Forces spéciales par des individus : La police décidée à y mettre fin
Les tenues que portent les éléments de sécurité et les nervis qui accompagnent les hommes politiques lors des manifestations, dérangent visiblement les responsables de la Police nationale. Voulant sans doute éviter aux populations de faire une confusion entre des civils animés par leurs propres intentions et les forces de défense et de sécurité,

Seydou Bocar Yague et ses hommes sont sortis de leur réserve, pour taper du poing sur la table. «Depuis quelques temps, nous constatons que certains individus portent des cagoules et arborent des tenues et attributs dédiés aux forces de défense et de sécurité, notamment ceux réservés aux forces spéciales.

De pareils agissements créent la confusion aux yeux des populations et peuvent semer le doute sur l’imputabilité de certains actes malveillants, susceptibles d’être commis par des personnes malintentionnées. C’est pourquoi la Police nationale tient à rappeler que le port de la tenue et l’utilisation de matériels de protection individuelle réservés aux forces de défense et de sécurité, sont régis par la Loi
», indique le bureau des Relations publiques de la Police nationale dans un communiqué parvenu hier à «L’As».

Par conséquent, prévient la Police, le non-respect de ces dispositions, expose son auteur aux sanctions prévues par les lois et règlements.

La sortie de la Police nationale sur le port illégal de la tenue et des attributs des forces spéciales, n’est pas une nouveauté. Lorsqu’une loi a été votée sous le régime du Président Abdoulaye Wade dans ce sens, les limiers procédaient très fréquemment à la saisie des treillis militaires que portaient les passants.

Pour la petite histoire, l’ancien garde du corps et homme de confiance d’Idrissa Seck, Vieux Sandiéry Diop, a été arrêté en 2016 pour des faits similaires.

En effet, les éléments de la Sûreté urbaine avaient été surpris de voir, au centre-ville près de l’hôtel Ndiambour, des agents habillés comme les éléments des corps d’élite de la Police et de la Gendarmerie, en l’occurrence la Brigade d’Intervention Polyvalente de la Police (Bip) et le Groupement d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (Gign).

Ils ont cru d’abord à une intervention de ces corps d’élite avant de se rendre compte qu’il s’agissait, en fait, d’agents de sécurité du «Groupe Elite International» dont le gérant est Vieux Sandiéry Diop.





L’As


Titre de votre page Titre de votre page