leral.net | S'informer en temps réel

Portrait : KHALIFA SALL, MAIRE DE DAKAR

Maire depuis 2009, Khalifa Sall tient à arracher un second mandat. Sa bataille contre le Premier ministre Aminata Touré s’annonce épique. Mais son parcours et son bilan donnent à croire que Khalifa est sous une bonne étoile.


Rédigé par leral.net le Mardi 17 Mars 2015 à 21:46 | | 0 commentaire(s)|

Portrait : KHALIFA SALL, MAIRE DE DAKAR
EN 2009 , juste après son élection, Khalifa a étalé noir sur blanc tous ses biens devant un jury d’honneur composé d’Amadou Mahtar Mbow, Mamoudou Touré, Cheikh Hamidou Kane, Abdoul Aziz Kébé et Abbé Jacques Seck. « Ce n’est pas un acte politique encore moins des calculs politiques ou politiciens », a-t-il juré, la main sur le cœur.

« En France, un maire de ville de plus de 100.000 habitants est obligé de faire ce genre de déclaration. Si elle n’est pas faite à temps ou si elle est incomplète, le maire peut être inéligible », argue-t-il. Volonté de transparence, selon Amadou Makhtar Mbow, « attitude citoyenne », apprécie Cheikh Hamidou Kane. La décision du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall d’effectuer une déclaration de patrimoine a séduit plus d’un.

Devant un jury d’honneur qui force le respect, Sall a fait la lumière sur ses biens. Tous s’accordent à magnifier un acte à la portée pédagogique certaine. « Je ne sais pas si je suis riche, mais je rends grâce à Dieu, je me suis évertué à travailler très tôt en m’organisant surtout pour être à l’abri de certains besoins primaires », a déclaré le maire de Dakar.

La polémique s’installe dans son propre parti. Aminata Mbengue Ndiaye et Abdoulaye Willane annoncent qu’ils ne se soumettront pas à l’exercice. Si à cet acte on ajoute son courage face aux ambulants, sa prise de position sur l’affaire du mur de l’ambassade de Turquie et l’opération de pavage des rues de Dakar, il y a de quoi se demander si Khalifa Sall ne vaut pas le suicide collectif : faire sauter Benno Bokk Yaakaar. C’est en 1983 que Khalifa Sall est élu député pour la première fois. En 2000, après la défaite de son parti, il fait cap sur Londres, et revient à Dakar avec deux masters en poche en anglais et gestion financière.

Mise en page 1

En 2009, à l’issue des Locales, trône au sommet de la plus importante municipalité du pays, celle de Dakar. Ses choix et sa liberté de ton, ne laissent personne indifférent. Tout semble indiquer, en tout cas, que le maire de Dakar est sous une bonne étoile. Presque tout réussit à Khalifa Sall.

C’est toujours lui qui finit par avoir le dernier mot. Comme avec les mécaniciens révoltés de l’ex-Champ des courses, comme avec les marchands ambulants déguerpis des principales rues et avenues de la capitale. « Il n’a pas changé. Parfois ce qui m’irrite en lui c’est qu’il cherche la perfection ; c’est son combat de tous les jours », souligne un de ses amis.

Mbodj Diouf, membre du bureau politique du Ps confie : « il est bien imprégné du socialisme et bien entendu, des valeurs du socialisme. C’est un homme qui a le courage de ses opinions et qui n’hésite pas à dire les choses telles qu’il compte les réaliser.

C’est un critère déterminant dans l’appréciation que les Sénégalais ont de sa personne, plus particulière – ment, nous autres ses camarades de parti ». Un homme discret, mais charismatique à bien des égards. « C’est un homme de caractère qui force le respect ». Ainsi parle Serigne Diaw qui se présente comme un ami d’enfance de Khalifa Ababacar Sall.

En fait, il le connaît depuis 1968, au quartier Grand-Yoff, fief de l’actuel maire de Dakar. « Je vous assure qu’il fait partie des hommes les plus respectés de Grand-Yoff. Quand il marche dans la rue, tout le monde essaye de converser avec lui ou alors le saluer tout simplement. Khalifa a forgé son caractère et sait se défendre », poursuit notre interlocuteur, tout content de témoigner.

Pour rempiler à la mairie de Dakar, Khalifa Sall a dû braver la discipline de parti. C’est avec sa propre liste dénommée And Taxawu Ndakaru qu’il va affronter Mimi Touré à Grand-Yoff, Premier ministre et tête de liste de la coalition Benno Book Yaakar. Le duel Khalifa Sall contre Aminata Touré s’annonce épique. Même si nombre d’avis recueillis sont favorables à Khalifa Sall.

« Il est très sociable, très proche de nous en nous aidant à résoudre nos problèmes », confie une habitante de ce quartier très populeux et populaire de Dakar. Un jeune handicapé du quartier enfonce le clou : « je ne savais même pas qu’Aminata Touré était de Grand-Yoff. Moi c’est Khalifa que je connais.

Il a recruté des jeunes, réalisé quelques projets, et il vient souvent nous rendre visite. C’est quelqu’un de simple je trouve ». Le fait est que Khalifa Sall jouit d’une plus grande popularité. Question : jusqu’où ira-t-il ?

afrikvisioncommunication.com



Cliquez-ici pour regarder plus de videos