leral.net | S'informer en temps réel

Préparation du Conseil présidentiel sur la pêche: Les acteurs alertent le Président Macky Sall

Les associations de la pêche artisanale s’inquiètent des démarches entreprises par l’Etat pour la tenue du prochain Conseil présidentiel dédié à leur secteur. Mercredi, lors d’une rencontre de capacitation des animateurs d’émissions de pêche au Sénégal, les acteurs du secteur ainsi que les Ong ont demandé au Président Macky Sall, de veiller à ce que les consultations soient inclusives.


Rédigé par leral.net le Vendredi 30 Avril 2021 à 10:01 | | 0 commentaire(s)|

L’exploitation des ressources halieutiques a plongé dans une grosse inquiétude les acteurs de la pêche artisanale, du fait de la rareté de la ressource. C’est pourquoi, lors d’une rencontre de formation au profit des animateurs et animatrices d’émissions de pêche des radios communautaires et généralistes du Sénégal hier, la Confédération Africaine des Organisations de la Pêche Artisanale (Caopa) s’est montrée sceptique quant à la suite des conclusions qui seront issues du Conseil présidentiel.

Selon Gaoussou Guèye, président de l’Apprapam, par ailleurs président de la Caopa, les maux de la pêche au Sénégal sont provoqués par le manque de ressources halieutiques.

«S’il y avait de la ressource, on n’aurait pas de problème. C’est pour cela qu’on va vers un Conseil présidentiel. La ressource doit être disponible pour que le consommateur sénégalais puisse en bénéficier.

On sait tous qu’il y a d’énormes difficultés pour consommer le poisson dans notre pays. Même la sardinelle considérée comme le poisson du pauvre, n’est plus à la portée des moins démunis
», explique Gaoussou Guèye.

Pour lui, les concertations ne doivent pas être ciblées. «Surtout que le président de la République a demandé d’organiser des rencontres avec l’ensemble des acteurs concernés. Hier, les fabricants de glace ont sonné l’alerte», avertit-il, avant d’émettre des réserves sur l’utilité de la rencontre, d’autant que de nombreuses conclusions dorment dans les tiroirs.

Particulièrement amer, Gaoussou Guèye relève des problèmes de transparence dans la gestion de la ressource halieutique. «C’est pour cela que nous réclamons le listing des bateaux qui opèrent au Sénégal. On nous dit qu’il y a 130 ou 140 bateaux, mais on ne voit pas de liste. Au même moment, dans les autres pays africains, ces listes sont publiées et mises à jour. Pourtant, les ressources maritimes appartiennent au peuple sénégalais. Par conséquent, le minimum pour le citoyen, c’est d’accéder à l’information. Dans le cas contraire, cela pose un problème de gouvernance et de transparence», tranche-t-il.

Affichant ses craintes, Omar Diaw, président de l’Association des Communicateurs en Pêche des radios communautaires et généralistes (Acprg), déplore le fait que le Sénégal tiennent des Conseils présidentiels sans suite.

«Quand on parcourt le communiqué du Conseil des ministres qui relate le conseil présidentiel, on parle de pirogue, d’aquaculture et de gilet. Mais on reste silencieux sur la ressource», fustige-t-il.





L’As



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page