leral.net | S'informer en temps réel

Présidentielle française: Les quatre scénarii du second tour


Rédigé par leral.net le Dimanche 7 Mai 2017 à 16:34 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Qui d’Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen entrera à l’Elysée ? Cette élection présidentielle hors normes livrera son verdict dimanche à 20 heures. Mais ouvre une ère d’incertitudes.

Quel que soit le verdict des urnes ce dimanche soir, les prochaines semaines et les prochains mois s’annoncent lourds d’incertitudes. Si Emmanuel Macron reste le favori des sondages, l'écart avec Marine Le Pen pourrait bien être déterminant pour la suite. Notre quatrième scénario prévoit aussi tout de même une petite victoire de la candidate frontiste : que se passerait-il alors?

1. La dynamique En Marche !

Présidentielle française: Les quatre scénarii du second tour
Avec 65 % des voix, Emmanuel Macron est choisi nettement par les Français pour devenir leur nouveau président. A vingt points d'écart ou plus avec Marine Le Pen, il peut respirer ! Les digues ont tenu, même si le front républicain anti-FN s'est lézardé entre les partis politiques.

« Il a surtout les coudées franches pour composer une équipe autour de lui, avec des appels du pied très clairs en direction des élus Républicains qui ne se retrouvent pas dans la ligne droitière imprimée ces dernières années par Sarkozy, Fillon et maintenant Wauquiez », anticipe une députée macroniste, en pensant très fort aux proches d'Alain Juppé, mais aussi à Xavier Bertrand.

Macron va vouloir aller vite, nommer un Premier ministre et surtout un gouvernement symboliques de cet esprit d'ouverture et de changement auquel aspirent visiblement les Français. Avec ce résultat, il aura un bon vent de dos pour se concocter une majorité aux législatives où il compte bien présenter des candidats En Marche ! dans les 577 circonscriptions.

En revanche, pas sûr que les Républicains et la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon survivent à ce bouleversement inédit dans le paysage politique français.

D'autant que, avec 35 %, même si le score est inférieur à ses ambitions, Marine Le Pen peut encore espérer être la deuxième force politique du pays à l'issue du scrutin de juin. Pour la présidente du Front national, qui aura quand même laissé quelques plumes dans cet entre-deux-tours, tout n'aura pas été perdu.

2. Pour Macron, l'Elysée... et des soucis

Présidentielle française: Les quatre scénarii du second tour
A plus de 40 %, Marine Le Pen peut se réjouir. Alors, à 45 %, cela devient une défaite au goût de victoire. Dix points d'écart suffisent à Macron pour entrer à l'Elysée, mais pas pour diriger le pays. En donnant les clés du pouvoir à l'ancien ministre de l'Economie avec un score serré, les Français doublent le coup de klaxon du premier tour. Et dessinent un scénario totalement incertain pour les prochaines législatives, avec la possibilité très forte d'une cohabitation.

« On va assister à une reconfiguration politique. Notre objectif, c'est d'avoir au moins deux groupes à l'Assemblée : Front national et Debout la France. Cela constituera une force politique », anticipait récemment Philippe Olivier, l'un des stratèges de Marine Le Pen dans cette hypothèse.

3. Une victoire « à la Chirac »

Avec 80 % des voix, Macron écrase Le Pen. Un score qui rappelle celui de Chirac en 2002, face à son père. C'est un boulevard qui s'ouvre pour le rouleau compresseur Macron jusqu'aux législatives. Encore faut-il entendre le message adressé par les Français à travers ce résultat, qui est tout sauf un chèque en blanc: non au FN, mais oui à la recomposition du paysage politique.

Macron semble en avoir conscience : « Le jour d'après, Jacques Chirac n'en avait pas tiré les conséquences. Il avait fait un gouvernement de droite et du centre classique, confiait le leadeur d'En Marche ! il y a quelques jours. Il faudra respecter la promesse de l'alternance profonde et du renouvellement. Et donc, de tourner la page des vingt dernières années. »

Au FN, une telle défaite sonne comme un coup d'arrêt brutal pour Marine Le Pen, après une campagne globalement ratée. Elle pourrait se retrouver fragilisée dans la perspective d'un congrès dans les prochains mois, avec Marion Maréchal-Le Pen en embuscade. Un cadre frontiste pronostique un « bain de sang », dont Philippot « ferait les frais ».

  4. Le FN au pouvoir

Présidentielle française: Les quatre scénarii du second tour
Personne ne l'avait imaginé, surtout pas les sondeurs. Avec à peine plus de 50 %, et surtout une abstention d'un niveau jamais atteint, Marine Le Pen est élue présidente de la République. C'est la victoire du « ni Le Pen-ni Macron », scandé entre les deux tours par une partie des électeurs dégoûtés par ce casting inédit. Un tremblement de terre à tous points de vue, pas seulement politique. Encore lui faudra-t-il confirmer l'essai un mois plus tard aux législatives.

« Si elle gagne, elle aura rempli son pari. Mais il lui faudra surtout une majorité pour lancer une nouvelle équipe. L'Elysée n'est qu'une première étape », confirme Nicolas Dupont-Aignan, son rallié souverainiste. Une gageure quand même, tant les poches de résistance au FN sont encore très fortes en France, à gauche comme à droite. Marine Le Pen, qui mise sur la recomposition du paysage politique, sait déjà qu'elle devra donner certains gages. Comme elle l'a fait sur l'euro avec Dupont-Aignan. En tendant la main, notamment, à la frange la plus droitière des élus LR qui serait tentée de la rejoindre au sein d'une majorité présidentielle élargie.

Le Parisien