leral.net | S'informer en temps réel

Problème foncier: Après Mbour 4, la DSCOS détruit plus de 5000 bornes dans la Commune de Chérif Lô

La Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation du sol (DSCOS) – Thiès, a procédé à la désinstallation de plus de 5 000 bornes "irrégulièrement" implantées, dans les villages de Thiaoune sérère et Thiaoune bambara, nichés dans la commune de Chérif Lô. "Emedia"


Rédigé par leral.net le Samedi 10 Juillet 2021 à 09:37 | | 0 commentaire(s)|

Une opération menée afin d’éviter ce qui s’était passé à Mbour 4, dans le cadre de la politique de prévention de la DSCOS, selon les explications du Commandant de la Brigade de la DSCOS - Thiès, Habibou Ndiaye.

"Nous avons trouvé des terrains illégalement lotis. C’est la raison pour laquelle, on a mené notre intervention. Sachez que ni l’État ni la DSCOS ne sont là pour prendre vos champs. Si nous sommes là, c’est pour vous faire comprendre que seul le ministre de l’Urbanisme a le droit de donner des autorisations de lotir ou de construire, et non le contraire."

Une intervention sollicitée également par les populations de Thiaoune sérère, qui luttent depuis des années contre l’accaparement illicite de leurs terres. "C’était en 2016 qu’on a commencé à mener ce combat-là. Nous, habitants, avions mis sur pied un comité pour que tous les jeunes du village puissent avoir un terrain. Mais à notre plus grande surprise, deux ans après, des propriétaires ont loti leur terrain pour le revendre. On a saisi la DSCOS pour vaincre ce fléau", s’est plaint un habitant, au micro de Radio Sénégal.

Mis au banc des accusés, le maire de Chérif Lô, Ousmane Sarr, se disculpe. "Je suis un entrepreneur et cela fait 26 ans que je suis dans l’immobilier. Quand je débutais dans le morcellement de terrains, je n’étais même pas encore maire. Ici, à Thiaoune sérère, tout est net. Quant au lotissement de Thiaoune Bambara, qui suscite toutes ces réactions, je fais savoir que c’est le Khalife de Ndiassane qui m’a donné l’autorisation de le lotir au bénéfice des populations. Car, la cité religieuse est devenue exiguë. Tout s’est bien passé, dans les règles de l’art. Car, c’est le Conseil municipal qui a fait la délibération approuvée par les autorités locales. J’ai tous les papiers", a répliqué l’édile.







Emedia


Titre de votre page Titre de votre page