leral.net | S'informer en temps réel

Procès de Hussein Habré : Me François serres parle de «deal politico-financier»

Dans une interview exclusive accordée au magazine «Les Afriques» pour sa parution de ce lundi, Me François Serres, l’avocat français de Hussein Habré est sorti de sa réserve. Tout en qualifiant le jugement de son client de deal politico-financier, ce ténor du barreau de Paris interpelle les autorités, la ministre de la Justice en premier, l’Assemblée nationale et les magistrats qui seront choisis pour faire passer l’ancien homme fort de Ndjamena à l’échafaud.


Rédigé par leral.net le Lundi 5 Novembre 2012 à 07:01 | | 1 commentaire(s)|

Procès de Hussein Habré : Me François serres parle de «deal politico-financier»
Très remonté contre les autorités qui ont planifié le jugement de l’ancien chef de l’Etat tchadien refugié au Sénégal, Me François Serres, du barreau de Paris, trouve «la décision dépourvue de fondement juridique». De même il pense que «le mandat conféré au Sénégal par l’Union africaine est une violation des dispositions de son traité». Pour lui, «ce mandat est également invalidé par la décision de la cour de justice de la Cedeao qui avait indiqué que l’UA, exerçant un pouvoir exécutif au niveau continental, ne pouvait se comporter comme une juridiction». Me Serres s’est surtout étonné de la demande faite par le gouvernement sénégalais de donner pouvoir au président, Macky Sall pour ratifier le protocole signé avec la commission de l’UA le 22 août dernier. Un protocole que la ministre sénégalaise de la justice, Mme Aminata Touré, n’a pas été en mesure de produire, indiquant qu’il est en cours de finalisation. Il s’est posé des questions sur ce qui peut être soumis aux députés, «si ce n’est l’autorisation de ratifier un document tenu secret, conférant ainsi un véritable blanc seing au président Macky Sall de modifier l’organisation judiciaire, en dehors de tout contrôle parlementaire et en violation des droits exclusifs de l’Assemblée en la matière». La robe noire ne demande pas moins aux députés de refuser une telle manipulation qu’il assimile «à une violation de la Constitution». Me François Serres voit dans cet empressement à vider le dossier de son client, «le résultat d’un engagement politico-électoral pris auprès de ceux qui ont soutenu la candidature de l’actuel chef de l’Etat sénégalais». Qualifiant le président Deby de «financier du procès, avec une contribution de deux milliards», il voit en lui, «l’enquêteur en chef et de facto, le procureur pour juger Habré». Il a par ailleurs révélé avoir adressé au président Macky Sall et à la patronne de la justice, deux lettres qui sont restées sans suite. Il en tire la conclusion que «les autorités sénégalaises ont déjà choisi leur camp». Me Serres n’a pas manqué de tirer sur Robert Dossou qu’il qualifie «d‘avocat d’affaires, devenu accessoirement président de la cour constitutionnelle du Bénin et qui dans un troisième temps, a une autre activité professionnelle, qui consiste à se faire l’avocat du procès d’Habré en violation des règles régissant le fonctionnement de l’institution qu’il dirige». Pour l’avocat français, «Robert Dossou est un juge constitutionnel qui s’arroge le droit de violer les décisions de la Cour de la Cedeao qui a autorité sur lui et qui est dans cette affaire, l’éternel représentant de l’UA». S’agissant des magistrats sénégalais qui auront la tâche de juger Habré, Me Serres est d’avis qu’ils ont «une responsabilité historique». Raison pour laquelle, il leur demandera «de refuser de telles compromissions». L’avocat de l’ancien chef de l’Etat tchadien est pour la constitution par l’Assemblée d’une commission d’enquête qui pourrait apprécier l’ensemble des violations qu’il a dénoncées.

NDIOGOU CISSE

Le Pays au Quotidien



1.Posté par Benlieuz@r le 19/12/2012 23:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui me désole , ces que les personnes qui disent que Abré est un criminelle posé la question a ses victime qui n'etaient autres que espions khadafi qui voulait conquérire le nord tchad . Donc , je pense qu'il n'a fait que ce défendre avec les moyens qu'il avait et aussi avec l'aide de l'armée française . Ne l'oubliés pas !

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site