leral.net | S'informer en temps réel

RESPECT DE LA LOI ! par Pape Mahawa Diouf, Coordinateur Cellule communication de BBY


Rédigé par leral.net le Lundi 4 Janvier 2021 à 21:54 | | 0 commentaire(s)|

RESPECT DE LA LOI ! par Pape Mahawa Diouf, Coordinateur Cellule communication de BBY
L’intervention de Monsieur le Ministre de l’Intérieur sur ce qu’il serait convenu d’appeler l’affaire PASTEF, soulève des passions au niveau de la classe politique et de la société "civile" : je mets société civile entre guillemets, car certaines positions pouvaient être qualifiées de partisanes.

Si l’on devrait qualifier en quelques mots, l’intervention du Ministre de l’Intérieur, c’est simplement de dire"Respect de la loi !"

En effet, de quoi s’agit-il ?

Il s’agit de respecter les dispositions de la loi 81-17 du 06 mai 1981,relative aux partis politiques, modifiée par la loi 89-36 du 12 octobre1989 sur le financement des partis politiques.

Cette loi dispose en son article 3, l’obligation pour chaque parti de déposer chaque année, au plus tard le 31 janvier, le compte financier de l’exercice écoulé, ce compte doit faire apparaître que le parti politique ne bénéficie d’autres ressources que celles provenant des cotisations,dons et legs de ses adhérents et sympathisants nationaux et des bénéfices réalisés à l’occasion de manifestations.

En conséquence, il leur est formellement interdit de recevoir "des subsides de l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal".

La violation de cet interdit, expose le parti à la dissolution,conformément à l’article 4 alinéa 2 de la loi de 1981.

Le communiqué du parti PASTEF indique bien une levée de fonds internationale et précise en outre un numéro de compte (SN169 01001 001300433701) domicilié à la BNDE, par lesquels les fonds devraient transiter ainsi qu’un numéro de téléphone (77 477 01 00).

Cette démarche est en violation des dispositions de la loi de 1981 susmentionnée. Dans un contexte sous-régional de bouillonnements des factions terroristes, dans une perspective d’exploitation du pétrole et du gaz, la vigilance devra être de mise sur tous les flux financiers qui alimentent des formations politiques.C’est une question de sécurité nationale et là, il nous faudra une intransigeance sans faille.

Le Ministre de l’Intérieur ne demande ni plus ni moins que le respect de la loi.



Pape Mahawa Diouf
Coordinateur Cellule communication de BBY



Titre de votre page Titre de votre page