REWMI sur l'appel au dialogue du Président Macky Sall, "c'est la preuve manifeste de la peur qui gagne ses rangs"

Pour les camarades d'Idrissa Seck à Thiès, l'appel au dialogue du Président Macky Sall n'est qu'une façon de diviser l'opposition. Les rewmistes estiment d'ailleurs que c'est la "preuve" que le pouvoir a peur.


Rédigé par leral.net le Mercredi 19 Avril 2017 à 14:44 | | 0 commentaire(s)|

REWMI sur l'appel au dialogue du Président Macky Sall, "c'est la preuve manifeste de la peur qui gagne ses rangs"
La coordination départementale du parti Rewmi à Thiès refuse l'appel au dialogue lancé par le Président Macky Sall. En assemblée générale d'information et de remobilisation, les rewmistes de la cité du Rail estiment que "le moment n'est pas opportun et que cet appel n'augure rien de bon".

Député de la formation Rewmi, Mamadou Dialang Faye et ses camarades se veulent clairs sur la question. "Il ne saurait être question pour Rewmi de répondre favorablement à cet appel à la veille des élections. Cette main que que le Président Macky Sall tend, n'est que la preuve manifeste de la peur qui gagne son rang. Par conséquent, nous la rejetons systématiquement parce qu'il ne s'agit ni plus, ni moins que d'une volonté de saper la dynamique unitaire enclenchée au sein de l'opposition. Nous ne lui donnerons pas cette opportunité".

La coordination départementale de Rewmi a par ailleurs, donné "carte blanche" à son leader Idrissa Seck de négocier à la mise en place d'une coalition en direction des prochaines Législatives. "Rewmi est en discussion très avancée avec certains partis membres de Manko Wattu Sénégal. La base électorale qui a été stabilisée à cet effet, est composée de REWMI, du PDS, du Grand Parti, de Bokk Gis Gis, de Tekki et d'AJ/PADS. Le Président Macky Sall est conscient que face à cette force, il va droit vers un échec aux Législatives", a notamment affirmé Yankhoba Diattara, responsable de la formation politique. Il assure d'ailleurs que Khalifa Sall a promis de les accompagner, "qu'il soit ou pas en prison".

source: le quotidien