leral.net | S'informer en temps réel

Révision des règles du système fiscal international : Les priorités de Macky Sall


Rédigé par leral.net le Vendredi 3 Juin 2016 à 13:21 | | 2 commentaire(s)|

Macky Sall a pris part, hier, à Paris, à la réunion de haut niveau du comité directeur du centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (Ocde). A cette occasion, rapporte Le Quotidien, le chef de l’Etat est largement revenu sur un certain nombre de défis qui interpellent le monde entier dont les flux financiers illicites. Ce phénomène impacte négativement l’économie et le processus de développement. Ainsi, pour ce qui concerne la révision des règles du système fiscal international, le Président Sall, en sa qualité de président du comité d’orientation du Nepad, a fixé les priorités des pays en développement. « Pour nous pays en développement, la révision des règles du système fiscal international devrait aussi inclure trois priorités essentielles : l’assistance technique en matière d’identification des besoins de réforme et de planification stratégique ; le renforcement des capacités des administrations fiscales, y compris le soutien à leur informatisation et, plus important encore, le soutien à la révision des codes miniers et des hydrocarbures et la conclusion de contrats plus équitables dans ces domaines », décline-t-il. De toute évidence, assène Macky Sall, « la première mesure de lutte contre l’évasion fiscale doit consister à faire payer la fiscalité là ou se crée la richesse, c’est-à-dire dans les pays où les compagnies mènent leurs activités et tirent leurs profits. Or, dans beaucoup de nos pays, les activités minières échappent depuis des décennies à la fiscalité, au motif qu’elles ne relèvent de l’industrie, alors que les mêmes activités, considérées comme industrielles dans les pays développés, sont dûment taxées. Si nous voulons que l’effort interne finance davantage le développement, nous devons instaurer plus d’équité entre le respect des droits légitimes de l’investisseurs et ses obligations fiscales ».

A son avis, l’Afrique ne doit être ni la victime désignée ni le réceptacle indiqué de fonds illicites. Voilà pourquoi le Sénégal appelle à une meilleure coopération internationale contre toutes les formes de pratiques et activités illégales associées aux flux financiers illicites ». Le Président sénégalais a, tout de même, salué « les initiatives heureuses de l’Ocde sur la fiscalité internationale ». Mais, soutient-il, « pour avoir une portée encore plus ample dans la conception et la mise en œuvre, il me paraît souhaitable que ces initiatives soient élargies au Fmi et à la Banque mondiale, compte tenu de leur expertise et de l’étendue de leur champ d’activité en la matière ».

Après Wade, Macky Sall est le deuxième Président africain a participer à la réunion de haut niveau du comité directeur de l’Ocde.



Cliquez-ici pour regarder plus de videos