leral.net | S'informer en temps réel

STAR MULTIDIMENSIONNELLE : Que doit faire Youssou Ndour de plus pour être « Prophète » chez lui ? Monsieur le Président Macky Sall, ouvrez le bal !

Pas même une avenue, une rue à son nom. Et que n'a-t-il pas amené au Sénégal en matière de distinctions? Qui est le Sénégalais le plus connu dans le monde ? Le plus influent ? Evidemment, Youssou Ndour ! Alors...


Rédigé par leral.net le Vendredi 31 Décembre 2021 à 05:46 | | 0 commentaire(s)|

Pour camper le débat sur Youssou Ndour, je lance un message d’abord au président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall: « Youssou Ndour est un patrimoine vivant et mondial. Donnez-lui l’hommage qui lui sied de son vivant. Si j’étais à sa place, je ne voudrais pas d’un hommage posthume. Entrez encore dans l’Histoire en devenant le premier Président qui l’a fait ».

Et aux artistes, en citant nommément Baba Maal, Ismaïla Lô, Omar Pène, Ouza Diallo et tant d’autres, n’attendez pas que « Beuy weuy Mbouss », pour tenter de faire quoi que ce soit. Si j’étais à votre place, un spectacle grandiose de plusieurs jours sera organisé pour lui rendre cet hommage mérité, qu’un digne fils doit recevoir de sa Nation. Concerts, exposition, et tout ce qui rendrait attrayant ce spectacle, ne doit pas être laissé en rade. Vous aussi, méritez cet hommage, mais il faut commencer par le premier. Le Meilleur. De tous les temps au Sénégal et l’un des tout meilleurs dans le monde.

PREMICES D’UNE FORTE PERSONNALITE ET AURA

Dire combien le Sénégal est important pour Youssou Ndour, dire ce qu’il a fait en matière musicale et dans toutes les entreprises investies, ce serait comme dire, faisant allusion au proverbe Ouolof, « Guedji gui amna khorom ». Quelque chose en moi me disait qu’il ne pouvait pas en être autrement. Depuis le bas âge. Quand je l’ai rencontré aux HLM. On se mettait sur des bidons vides ou tout autre objet qui pouvait nous servir de support, pour lorgner et écouter des bribes lors des répétitions du Super Etoile, chez ce qui est désormais le domicile de son « grand », Khalifa Sylla. Youssou Ndour nous a permis, mes amis et moi-même, de voir, de près, Alpha Blondy (quand il débutait sa carrière avec "Brigadier Sabari"), rastas dans le vent, chemise bleue ciel, béret rouge, jeans made in Jamaïca. Je n’oublierais jamais ces moments. Peter Gabriel, Seven Seagal et tant d’autres personnalités mondiales, qu’on a pu toucher grâce au natif de la Médina, un quartier populaire de Dakar.

Je me souviens des matchs amicaux entre le Super Etoile et le Super Diamono, joués au terrain « marché » des HLM 5. Malgré une bonne présence de la bande de You, Omar Pène et les siens prenaient quasiment toujours le dessus.

Près de 40 ans de carrière

Avec une carrière qui a été formalisée en 1984 avec la sortie de son premier album, « Immigrés », suivi de quelques mois plus tard de « Bitim Reew », Youssou Ndour ne s’est plus arrêté. En 2021, soit 37 ans d’expérience, c’est trente-huit (38) albums qui sont dans sa besace, non sans souligner les dix (10) compilations qu’il a faites avec d’autres artistes de renommée, vingt (20) participations et dix apparitions en autant de films différents.

Ceci pour dire que l’homme est un artiste complet. Mieux, il a surpris tout son monde en devenant ministre de la Culture et du Tourisme le 4 avril 2012. Youssou N'Dour perd son portefeuille mais est nommé conseiller à la Présidence, avec rang de ministre et mission, sans définition officielle, de promouvoir l’image du Sénégal à l’étranger.

Quel nouveau thème aborder ?

Dites-moi, quel thème Youssou Ndour doit aborder. Doit chanter. Personnellement, je n’en trouve plus. Quand il chantait « Immigrés », les candidats d’aujourd’hui n’étaient pas encore nés. Il n’y avait aucune organisation qui défendait les intérêts de ces immigrés, encore moins d’associations. Avec l’émigration clandestine, cette chanson qui a participé à l’essor de sa carrière, montre comment il est un visionnaire. « Live tv », « Climat », pour ne parler que la prolifération des médias et même du changement climatique. « Tangaay bi, sédday yi… » et cela se ressent de plus en plus avec les variations climatiques, n’en déplaise à la toute dernière COP 26 qui s’est tenue à Glasgow, en Ecosse, il a tout dit.

Bref, parler de Youssou Ndour, même un livre ne suffirait pas. L’homme est comme un champ qu’on n’a pas encore défriché. On peut en tirer des thématiques à l’infini. Après avoir subjugué lors de l’inauguration du TER le 27 décembre dernier, place à Dakar Arena. Un lieu qui a déjà, avant de commencer, a fait oublier Bercy.






Par Omar Sharif Ndao, Journaliste





Mr Ndao B

Titre de votre page Titre de votre page