leral.net | S'informer en temps réel

Saint-Louis: Célébration de la Journée mondiale du diabète. 

Saint-Louis a été choisi au plan national, pour abriter la célébration de la Journée mondiale du diabète ce dimanche 14 novembre 2021.
Un choix dû à la forte prévalence de la maladie à Saint-Louis, qui est la plus elevée du Sénégal, mais aussi au dynamisme de l'antenne régionale locale selon docteur Abdoulaye Léye, endocrinologue,  diabétologue à la Faculté de médecine de l'université Cheikh Anta Diop.


Rédigé par leral.net le Lundi 15 Novembre 2021 à 14:08 | | 0 commentaire(s)|

Il a déclaré que l'état des lieux au Sénégal n'est pas très différent de ce qui se passe dans le reste du monde, et avec l'infection Covid beaucoup de patients qui n'étaient pas connus diabétiques, se découvrent diabétiques à l'occasion de cette infection.

Le spécialiste en diabète  a recommandé aux populations d'être très vigilantes, et d'avoir des stratégies de diagnostic de prise en charge standardisée et efficace, operationnelle, pour une detection précoce afin d'éviter cette mortalité constatée chez les diabétiques. Une mortalité cinq fois plus elevée que chez les sujets non diabétiques. 

" Le taux est sous-estimé chez les enfants qui ont une forme particulière de diabétique de type 1, qui en quelques jours, peut amener le patient en coma ", à-t-il ajouté.

Docteur Abdoulaye Léye a souligné que la prévalence augmente chez les jeunes, d'où l'urgence d'une sensibilisation des familles.

" Pour espérer voir le taux de diabète baisser, il faut que les populations s'approprient les recommandations, en faisant des activités sportives , mangeait  moins gras, moins sucré, éviter la mal bouffe, l'obésité, le stress. Il faut agir sur le style de vie, c'est dur de l'appliquer mais tant que ces facteurs-là ne sont pas réglés, la situation ne changera pas", a t-il assené, avant d'avouer que la prise en charge pose problème, dans la mesure où il ya un déficit de personnel qualifié, mais il a ajouté que des efforts sont en train d'être faits à la Faculté de médecine de l'Ucad, pour régler le problème, et que le gouvernement a favorisé la spécialisation dans les années à venir dans tout le pays.

Selon lui, les efforts dans la disponibilité et l'accessibilité des médicaments,
doivent être redoublés, pour qu'ils soient plus disponibles.

Il a rappelé qu'au delà du sucre, l'hypertension, le cholestérol sont des facteurs de risque. "Le traitement est un ensemble qu'il faut prendre en compte de façon globale ", a-t-il conclu.

Une journée qui a vu la présence du gouverneur de région Alioune Badara Samb, d'une délégation du ministère de la Santé et de l'Action sociale, des patients et des différents acteurs et associations qui s'activent dans la lutte contre le diabète.






Adama Sall (Saint-Louis) 

Mr Ndao B

Titre de votre page Titre de votre page