leral.net | S'informer en temps réel

Saint-Louis / Veille de Korité: Les clients fustigent la hausse des prix des denrées

A quelques jours de la fête de la Korité, c’est l’effervescence dans les marchés de la vieille ville. Malgré les rigueurs du Ramadan, les clients ont pris d’assaut le grand marché de Sor et les alentours de l’avenue Général de Gaulle, dont les trottoirs sont anarchiquement occupés par les marchands ambulants. Une situation synonyme de bonnes affaires pour les vendeurs. Tout le contraire des tailleurs et vendeurs de tissus.


Rédigé par leral.net le Mercredi 12 Mai 2021 à 10:04 | | 0 commentaire(s)|

Saint-Louis / Veille de Korité: Les clients fustigent la hausse des prix des denrées
Dans certains coins du marché, il faut jouer des coudes pour se frayer un passage. Sur l’avenue commerçante De Gaulle, les rangées de tables de fortune placées tout le long de la route pour servir d’étals aux revendeurs, ont fini de créer une dangereuse situation, qui oblige les piétons à disputer la chaussée aux véhicules.

D'ailleurs, pour sécuriser les usagers et réguler la circulation, la police a renforcé son dispositif sur cette avenue.

Au marché de la volaille et des céréales, c’est un autre décor. Abdourahmane Diop, la cinquantaine bien sonnée, dément la rupture de poulets annoncée sur le marché et affiche un large sourire.

Il y a suffisamment de poulets sur le marché. Les clients seront bien servis à des prix raisonnables. A quelques jours de la Korité, la volaille s’écoule très bien. Si le rythme d’écoulement est maintenu, nous réaliserons, à coup sûr, de bons chiffres d’affaires’’, s’est-il félicité.

Une satisfaction que ne partagent pas certaines clientes rencontrées dans ce coin du marché. Pour elles, les commerçants peuvent afficher le sourire, parce qu’ils ont augmenté les prix des produits.

Les Sénégalais ont l’habitude de faire flamber les prix à la veille des fêtes. Ils affichent souvent des prix exorbitants, parce qu’ils savent que les clients n’ont pas beaucoup de marge de manœuvre. Nous sommes obligés d’acheter pour passer une bonne fête avec nos familles. Le poulet, le mil, le pain de singe, la pâte d'arachide, les légumes et tous les ingrédients qui entrent dans la préparation des repas de fête, ont vu leurs prix presque doubler’’, a dénoncé Fatou Niang.

Teint noir, bonnet “Baye Fall’’ sur la tête, des balles de tissus pour rideaux et pour vêtement exposés devant lui, Mame Cheikh vante la qualité de ses produits et marchande avec quelques clients debout devant son étal.

A l’en croire, le marché grouille de monde, mais peu de gens achètent pour le moment. Ceux qui le font, n’achètent d’ailleurs qu’en petites quantités. “Les clients marchandent et repartent. Pourtant, il y a de beaux tissus et les prix ne sont pas hors de portée des acheteurs. Peut-être que les populations n’ont pas d’argent pour célébrer la fête…. On attend d’ici demain pour voir si la donne va changer’’, a-t-il soutenu.

Une situation qui est quasi similaire dans les ateliers de tailleurs du marché de Sor. Pour Lamine et Pape Diack, les tailleurs n’ont pas affiché le plein de commandes pour la Korité. “Pour l'Aïd-El-Fitr de cette année, il y a peu de clients. On n’a pas réalisé de bonnes affaires, à deux jours de la fête. Comble de malheur, les quelques rares clients qui ont apporté leur tissu, tardent toujours à venir les récupérer. Pourtant, nos familles nous attendent pour les préparatifs de la Korité’’, se sont-ils désolés.





Tribune



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page