leral.net | S'informer en temps réel

Santé: And Geusseum dénonce les médecins qui ont des cliniques parallèles

L’alliance And/ Geusseum qui réunit différents syndicats de la santé a entamé, ce mardi 18 décembre, son 17e plan d’actions. Malgré les ponctions de salaires opérées par leur ministère de tutelle, les réquisitions brandies par les médecins-chefs de districts et les menaces de licenciement, la grève continue.


Rédigé par leral.net le Jeudi 20 Décembre 2018 à 17:47 | | 0 commentaire(s)|

C’est par une forte mobilisation des sous-sections de l’hôpital régional El Hadji Ibrahima Niass de Kaolack, de Nioro, de Guinguinéo et de Ndoffane que les blouses blanches ont répondu à leur hiérarchie.

» Tous les infirmiers chefs de poste, les sages-femmes et les Comités de développement sanitaire ( CDS) sont présents pour démontrer la détermination de And / Geusseum à poursuivre la lutte. Malgré les ponctions de salaires opérées par le ministre de la Santé, le combat va continuer. Pour des gens qui sont restés 8 mois sans toucher la paie, c’est ironique », a martelé Mouhamadou Nourou Sow.

« Boycott des campagnes de vaccination »

» Depuis un certain temps, le ministère insiste pour dérouler les campagnes de vaccination. Mais si demain des problèmes surviennent, on aura déjà avisé car les doses ont non seulement perduré dans les postes de santé mais les spécialistes de la Santé ne sont mêlés ni de près, ni de loin à cette campagne », a précisé le porte parole du jour de And /Geusseum.

« L’intimidation des médecins »

Les médecins-chefs du district de Kasnack et celui de Guiguinéo ont été vilipendés par les syndicalistes. Pour ces derniers, ils versent dans l’intimidation et l’arbitraire en multipliant des » soi- disantes réquisitions » à tour de bras. » Le médecin-chef adjoint du district, Dr Boucal a transformé un atelier de formation en atelier de réquisition, en débarquant avec des hommes de tenue pour intimider nos camarades », a révélé Ibrahima Ndiaye, responsable de la sous section du SYTSAS de Kaolack. » Ce monsieur n’est pas un modèle car il a sa clinique à côté de l’hôpital, il n’a jamais fait un temps plein, il n’est pas une référence, c’est lui qu’on devait réquisitionner pour qu’il fasse son travail » continue-t-il.

» Quant au docteur Diouf de Guiguinéo, il a franchi le Rubicon en faisant le tour des postes de santé du département avec un soi-disant bloc-notes de réquisitions. Mieux, il s’est même permis d’appeler les familles de nos camarades pour les vilipender. Pourtant, quand ces mêmes médecins étaient en grève, ils ont reçu des indemnités et maintenant, ils interviennent dans notre lutte pour nous mettre les bâtons dans les roues », a fustigé M. Sow.

Comme pour jeter de l’huile sur le feu, la direction de l’hôpital régional El Hadji Ibrahima Niass de Kaolack vient de licencier 5 membres du SYTSAS.





senenews



Cliquez-ici pour regarder plus de videos