leral.net | S'informer en temps réel

"Scandale au cœur de la République": 15 millions FCFA dans un ndogou des étudiantes de la Cité Claudel

Dans son livre " Scandale au cœur de la République, le dossier du Coud", le journaliste-chroniqueur de Dakarmatin, Pape Alé Niang y révéle les "cafards" de l'ancien directeur du Coud, Cheikh Oumar Hanne. Pour se faire une idée des énormités en matière de malversation financière de l'actuel ministre de l'Enseignement supérieur. En 2014, pendant le mois de Ramadan, en organiant la rupture du jeûne à Claudel à l'Ucad, Cheikh Oumar Hanne et ses services auraient décaissé 15 millions FCFA, selon le journaliste d'investigation dans son livre.


Rédigé par leral.net le Samedi 1 Février 2020 à 00:05 | | 0 commentaire(s)|

« Un montant de 15 millions FCFA a été dégagé pour organiser un ndogou en faveur des étudiantes de la Cité Claudel (22 septembre 2014). Mais la direction du COUD et l’Agence comptable sont dans l’incapacité de préciser à l’OFNAC le montant exact dépensé et encore moins de lui fournir la moindre pièce justificative relative aux dépenses effectuées. ».

D'autres irrégularités financière ont été pointées du doigt telle que la soirée du gala de l'Émergence ( 3 Mars 2015 ), animée par le chanteur Doudou Ndiaye Mbengue où "L'Ofnac a constaté une dame du nomMariama Ndiaye a décaissé la somme de 3 millions FCFA du COUD à l’occasion de la soirée du chanteur Doudou Ndiaye Mbengue (3 mars 2015, Gala de l’Emergence). Interpellée à ce sujet, elle n’a pu apporter la moindre pièce justificative relative à l’utilisation de ces fonds publics…. ».

En ce qui concerne les "primes budgétaires irrégulieres non justifiées"

« L’OFNAC, en fouillant les états financiers du COUD, a remarqué que lors de l’élaboration du budget, des primes non justifiées allant de 200 mille à 1,200 million FCFA sont allouées à des agents dont le seul mérite est d’être directeur ou proche de ce dernier. »

« Or, au moment de l’audit, avec la pléthore de personnel temporaire, l’enveloppe de 700 millions FCFA destinée au paiement de ces derniers était déjà épuisée alors que l’année n’était pas encore terminée. Pire, le personnel permanent risquait d’être en cessation de paiement à partir du mois de septembre. »

ReseauNews



Cliquez-ici pour regarder plus de videos