leral.net | S'informer en temps réel

Sénégal : le Président Macky Sall appelle à « traquer » les tueurs d’enfants

Au Sénégal, où une série d'enlèvements et de meurtres d'enfants sème l'effroi, le président Macky Sall a appelé à « traquer » les auteurs de ces crimes particulièrement monstrueux et à les traduire en justice.


Rédigé par leral.net le Samedi 24 Mars 2018 à 17:43 | | 0 commentaire(s)|

Sénégal : le Président Macky Sall appelle à « traquer » les tueurs d’enfants

Cliquez-ici pour regarder plus de videos

« J’ai appris avec douleur ces rapts d’enfants suivis de meurtres. J’ai déjà donné des instructions les plus fermes [aux forces de sécurité] pour traquer ces malfaiteurs, les traduire devant la justice », a déclaré Macky Sall sur la radio privée RFM.

« Le Sénégal se mobilisera plus que par le passé pour mettre un terme définitif à ces actes regrettables. C’est ignoble, c’est inacceptable et le Sénégal ne saurait tolérer cela », a ajouté Macky Sall.

Meurtre d’un enfant de deux ans

Ces derniers jours, deux enfants ont été assassinés et cinq autres ont fait l’objet de tentatives d’enlèvement, a indiqué mardi la police sénégalaise. D’autres cas ont été rapportés par la presse locale, sans être toutefois confirmés par les autorités.

Le dernier meurtre en date a eu lieu à Rufisque, près de Dakar, où le corps sans vie d’un garçonnet de deux ans et demi a été retrouvé lundi. Il avait disparu depuis plusieurs jours.

D’après les forces de l’ordre, aucun suspect n’a encore été arrêté. Lors d’une conférence de presse, le directeur de la Sécurité publique, Abdoulaye Diop a indiqué que la police a été renforcée en moyens matériels et humains pour faire face à ces enlèvements et meurtres.


« Silence, on tue nos enfants »

Une véritable psychose s’est emparée du pays, où des parents ont affirmé à la presse retenir leurs enfants à la maison malgré plusieurs grèves des enseignants du secteur public ces derniers jours et les vacances scolaires du printemps qui ont commencé hier vendredi.

Une marche est prévue samedi à Dakar à l’initiative du « Collectif Silence on tue nos enfants », une association de la société civile.






Jeune Afrique