leral.net | S'informer en temps réel

Serigne Mboup à Baïdy Agne du Cnp: "Le Sénégal perd beaucoup de temps et d’argent dans des réformes qui à la fin n’aboutissent sur rien"


L’Union Nationale pour le développement du Sénégal (UNDS) a tenu hier sa réunion d’information, avec comme invité, Serigne Mboup, président de l’Union Nationale des Chambres de commerce du Sénégal et Moustapha Cissé Lô, Vice Président de l’Assemblée Nationale. Cette cérémonie de partage et de concertation qui a réuni, différentes parties prenantes venues d’horizons divers a été une occasion pour le Pdg de CCBM de tacler Baïdy Agne et ses amis qui ont émis l’idée de reformer les Chambres de Commerce d’Agriculture et d’Industrie du Sénégal.


Rédigé par leral.net le Vendredi 28 Août 2015 à 22:02 | | 0 commentaire(s)|

Le président de l’Union Nationale des Chambres de Commerce du Sénégal, Serigne Mboup qui a pris part hier à la réunion d’information de l’Union Nationale pour le développement du Sénégal (UNDS), a saisi cette occasion pour apporter une réplique sanglante à la proposition du patronat de Baïdy Agne qui souhaite voir les CCIA vers des réformes. "Nous devons appuyer les chambres de commerce. Le commerce n’est pas un métier, mais un service. On nous a donné des attributions pour représenter les entreprises, les industries de commerce et d’agriculture. Nous apportons notre concours au niveau des associations pour défendre ensuite leurs intérêts. Aujourd’hui, si cette initiative est prise dans l’intérêt de l’ensemble des activités commerciales et industrielles, nous le défendrons ensemble. Notre rôle, en tant que chambres de commerce est de créer un cadre de concertation avec les associations. Moi-même, qui suis président de chambre de commerce, compte tenu de la diversité de mes activités, je suis membre du CNP (Conseil National du Patronat). Nous ne devons pas être en déphasage avec les associations. Nous devons plutôt leur apporter notre soutien, mais il fau qu’elles lreconnaissent l’autorité de la chambre de commerce", déclare Serigne Mboup. Qui ajoute que "le CNP doit dépasser ce genre de réflexion, puisque l’industrie est inséparable du commerce ". Attaquant le Comité de réflexion sur la réforme des Chambres consulaires, il a noté que "le Sénégal perd beaucoup de temps et d’argent dans des réformes qui à la fin n’aboutissent sur rien. D’autant plus que les agriculteurs ou autres industriels ne peuvent attendre tout le temps que devra prendre la mise sur pied d’une réforme pareille…"






Cliquez-ici pour regarder plus de videos