leral.net | S'informer en temps réel

Stupeur au procès d'Imam Ndao : les cibles visées par les djihadistes, les intérêts français en priorité

L’audition de Matar Diokhané confirme, aujourd’hui, qu’il est l’un des éléments-clés de ce dossier avec des révélations détonantes. Il a été très précis sur les projets de Daesh. Le présumé terroriste a déclaré à la barre que des batiments administratifs, des banques, casernes militaires et intérêts français sont leurs principales cibles.


Rédigé par leral.net le Lundi 30 Avril 2018 à 18:50 | | 0 commentaire(s)|

Il y avait bel et bien des projets de mouvements terroristes contre le Sénégal et d’autres pays d’Afrique de l’ouest. Matar Diokhané à la barre ce matin du lundi 30 avril, a donné les détails de ce funeste projet. Il a souligné que les intérêts français sont visés.

«Le projet visait à détruire les bâtiments administratifs et des banques. Il y avait également l’attaque des casernes et des camps militaires. Et pour ce faire, il ne fallait pas dépasser 300 cent hommes», a-t-il révélé.

Le sieur Diokhané a déclaré aux gendarmes qu’une reconnaissance du terrain avait été déjà effectuée. Mais à la question du Juge dans ce sillage, il a expliqué : «je voulais fournir des informations aux gendarmes sénégalais».

Le présumé terroriste a été interpellé sur ses connexions avec Mohamed Diop, Zeiy Ba, Ibrahima Ba, Assane Dièye Abdallah Ba et Abdallah Dièye qui sont tous des membres actifs de Daesh en Libye.

«Un nommé Moustapha Faye m’a mis en rapport avec eux. Il m’a appelé un jour quand j’étais en Mauritanie pour me dire qu’il va nous mettre en relation avec un nommé Omsen parce que je m’intéressais aux questions liées à l’actualité du terrorisme. J’ai rencontré Omsen une fois et on m’a dit qu’il était un Franco-Sénégalais et il était poursuivi en France».

Toutefois Matar Diokhané nie toute collision avec Daesh parce qu’il ne partage sa philosophie, ni son mode opératoire. «Ils (membres de Daesh) utilisent la force. Et, moi je ne suis pas pour eux. J’ai été isolé au niveau du camp pénal».