leral.net | S'informer en temps réel

Tambacounda : 3éme édition foire régionale de l’artisanat:Le président de la chambre des métiers et le maire expose les doléances des acteurs

La cérémonie officielle de la troisième édition de la foire régionale de l’artisan a vécu ce samedi. Présidée par le ministre Mamadou Talla, l’occasion a été saisie par le président Abdoulaye Sarr, de magnifier le travail des artisans mais aussi, d’exposer les doléances des artisans et surtout justifier le choix du thème.


Rédigé par leral.net le Mercredi 5 Avril 2017 à 22:26 | | 0 commentaire(s)|

La chambre des métiers  sous l’égide d’Abdoulaye Sarr, vient d’organiser sa troisième foire régionale de l’artisanat. La cérémonie officielle qui est  présidée par le ministre de tutelle, en présence des autorités locales, a été une occasion pour le président de la chambre consulaire et pour l’édile de la commune, d’exposer  les doléances du secteur et de ses acteurs.

Organisée avec comme thème pour cette édition, « l’artisanat et l’agriculture », le président Sarr soutient que la région de Tamba a plus de 40% de sa population active qui travaille dans l’artisanat. Mieux, explique le président de la chambre des métiers, la région a une économie de type rurale, basée sur l’agriculture. Ce qui  pour eux, a motivé le choix du thème. Le patron des artisans de la région de poursuivre, l’agriculture,  avant, pendant et après les récoltes, reste fortement tributaire de l’artisanat qui lui procure la presque totalité du matériel nécessaire à son épanouissement.

Aussi bien le matériel de préparation du sol que celui du semis, jusqu’au matériel aratoire en passant  par  celui post récolte, tout est fabriqué par les artisans et ce, dans des entreprises artisanales, se réjouit Abdoulaye Sarr. Cependant, le président Sarr n’a pas été avare en parole pour dénoncer la situation précaire des travailleurs du secteur. Les artisans, malgré les belles réalisations qu’ils font dans des conditions presque moyenâgeuses, manquent  de tout. Le secteur de l’artisanat  souffre de beaucoup de difficultés même si, il faut le noter, il fait partie des priorités du Pse dans son axe 1. Entre autres maux, il évoque, le manque de formation des acteurs qui constitue un véritable goulot d’étranglement. L’accès aux matières premières et  au foncier sont aussi de vrais freins au développement du secteur, martèle Sarr.

Et, cela entrave la production et la productivité des artisans qui vivent de leurs productions. Autres mal évoqué par le patron des artisans, c’est la faiblesse des moyens alloués pour l’encadrement des artisans. Nous vouons des sessions de formation pour nos acteurs, cependant, les moyens font souvent défaut, se désole le président.  Le principal goulot d’étranglement reste le problème du financement. Nos artisans n’ont pas souvent accès au crédit car, n’ayant aucune possibilité d’avoir des garanties qui leur permettraient d’avoir des crédits dans les institutions financières. Tout cela constitue des freins au développement de l’artisanat et à l’épanouissement des acteurs du secteur.

Le manque de productivité, principale case de l’émigration clandestine.
Le maire de la commune avait lui aussi  axé son discours dans ce sens. Pour Mame Balla Lô, l’artisanat  régional  présente beaucoup d’atouts surtout en ce qui concerne les matières premières agricoles, forestières, entre autres. Cependant, le problème demeure au niveau de la formation, de l’encadrement et surtout de l’accès au financement des artisans. « Les acteurs ont besoin de formation, d’équipements modernes et de financements pour mieux améliorer leurs productions », martèle l’édile de Tamba.  

S’adressant au ministre, le maire  explique, le secteur regorge beaucoup de jeunes désœuvrés  du fait du manque de productivité. « c’est d’ailleurs la principale cause de l’émigration clandestine dans la région », signifie Mame Balla. D’où l’importance de les accompagner à mettre en place des petites et moyennes entreprises, afin qu’ils puissent répondre efficacement  à l’appel des 15% des marchés de la commande publique.