leral.net | S'informer en temps réel

Thierno Alassane Sall: Un fieffé ignorant qui refuse d’apprendre ( Cellule de Communication du Parti Libéral Social Sénégalais )

Après son éphémère passage au ministère de l'Energie (car, de tous les ministres qui ont été nommés dans ce département, il a eu le plus bref séjour), Thierno Alassane Sall veut malicieusement s’arroger le titre d’expert en Oil and Gaz. Or, en lisant ses réflexions trop hasardeuses, aériennes et sans consistance dans le fond, on se rend compte qu'il ignore tout du secteur de l’Energie. Il n’a pu rien apprendre de ces éminents Cadres du Ministère de l’Energie lorsqu’il dirigeait ce département.


Rédigé par leral.net le Lundi 12 Avril 2021 à 01:43 | | 10 commentaire(s)|

 L’humilité n'est-elle pas la première qualité d’un homme  intelligent, pour acquérir du savoir?  Cela, lui fait malheureusement, défaut. TAS est un fieffé ignorant, qui refuse d’apprendre en plus.
 
Les Sénégalais sont habitués de voir TAS prendre toujours une maligne précaution de conjuguer ses verbes au conditionnel. Parce qu'il n'a aucune certitude sur la véracité des arguments qu’il avance. Et, lorsqu'on n'est sûr de rien, on emprunte le conditionnel pour se couvrir d’un éventuel démenti tranchant à venir.
 
Sur la politique énergétique du Sénégal, Thierno Alassane Sall véhicule des rengaines qu’il manipule en boucle, tel un générique de film de dessins animés. A chaque fois, il balance les mêmes éléments de langage sur le même sujet. C’est alors, la raison pour laquelle, dans sa démarche paresseuse habituelle, il se répète et utilise souvent, les mêmes mots dans ses arguments qu’il peine à renouveler. L'ignorance et la paresse cohabitent dans la tête bien carrée de cet homme. 
 
Dans son fameux livre aux multiples copies invendues qui servent de dessert aux colonies de rats dans les librairies, qu'au cours de ses émissions insipides, sans oublier ses communiqués vides de sens, qu'il signe sous le pseudo : «Cellule des Cadres de la République des Valeurs », TAS mélange les pinceaux et se perd dans ses diatribes.  
 
D’abord, insistons à dire que le parti de Monsieur Sall n’a aucune cellule des Cadres. Il est l’unique membre de son petit parti «télécentre», car mêmes ses frères et sœurs nous dit-on, sont dispersés entre l’Apr et certains partis de l’opposition.
 
Thierno Alassane Sall assume en même temps les charges  de Président, de Secrétaire général, de Président des Cadres, de responsable des Jeunes et de Président de la Section féminine de son parti de quartier. TAS est seul dans son cinéma. 
 
«La République des Valeurs» est un Parti Politique Privé Confidentiel (PPPC) qui n’existe que dans les rédactions et un peu sur Facebook. Il urge aujourd'hui, de mettre un terme à cette nouvelle forme d’escroquerie pour assainir le landerneau politique Sénégalais.
 
Si le président Samuel Sarr est parmi les meilleurs en matière de management, de conception de politique publique en énergie, de mise en œuvre et de mobilisation de financements en Afrique, c'est parce qu'il est sorti de la bonne école, et fort de plusieurs années d'expérience.
 
Samuel Sarr n'est pas un semi cadre de l’Asecna tombé par effraction dans le secteur de l'énergie. Au Nigéria, en Gambie, au Zimbabwé, en Afrique du Sud etc…, son expertise est sollicitée par les autorités de ces pays.
 
Si le géant Général Electric (GE) a accepté d’investir au Sénégal dans ce projet, c’est grâce au respect que les patrons de cette entreprise américaine portent sur Samuel SARR.
 
Rappelons que, c’est en février 2020 au cours de la visite d'une haute autorité américaine, que l’implication GE dans le projet de West African Energy a été confirmée. 
 
C'est ce projet aujourd'hui piloté par Samuel Sarr, dont la pose de la première pierre a été effectuée ce 31 mars 2021, en présence des géants du monde de la haute finance et du secteur Oil and Gaz : Banquiers, Diplomates, Financiers, Opérateurs économiques, Experts en énergie, etc.
 
Mais, en vérité, qu'est ce qui devrait véritablement déranger Thierno Alassane Sall dans ce projet de West African Energy ?
 
Est-ce les opérateurs économiques sénégalais qui le portent ?
 
Est-ce les retombées dans la baisse des coûts de production de Senelec, que tireront les ménages et les industries  du projet de West African Energy qui le perturbent ?
 
Est-ce le gain politique que récoltera le Président Macky Sall des résultats de ce projet qui l’étouffe ?
 
Il se pourrait que le succès qu’est West African Energy, lui rappelle ses nombreux échecs dans ce secteur ?
 
Très franchement, un chef de parti comme TAS, qui nourrit l'ambition de diriger un pays, devrait d'abord être en mesure de définir un Projet de société ambitieux et cohérent, en y dégageant les axes majeurs de sa Vision (s’il en a), tout en exposant les orientations de sa politique énergétique.
 
Au Sénégal, le débat politique doit porter sur les idées et sur la pertinence des offres de développement.
 
Il faut un « choc des programmes», plutôt qu’une compétition de délations et d’affabulations qui n’honorent pas son auteur.
 
Mais malheureusement, Thierno Alassane se contente de passer par des raccourcis et s'affiche ainsi comme un adepte des critiques faciles par paresse de pouvoir proposer mieux, afin de mériter la  confiance des Thiessois d’abord et des Sénégalais, ensuite.
 
 
Le leader de la «République des Valeurs », devrait faire un petit effort pour enfin exposer à ses compatriotes, sa propre vision pour le Sénégal. Il ne doit guère se soustraire à cet exercice s'il aspirait réellement à diriger ce pays. 
 
Il gagnerait également à rendre public, sa vision en énergie, éducation, économie, sécurité, agriculture, santé, etc… pour prouver son savoir-faire et sa compétence à pouvoir faire mieux que ceux qui ont aujourd’hui, les destinées du Sénégal. Puisqu’en vérité, la critique systématique ne remplit pas les ventres, il faut savoir prouver qu’on peut mieux faire, car les actes ont plus d'importance que les verbes.
 
TAS n'a ni Vision, ni Programme, ni Plan, ni Projet de société. Il n'existe que dans les médias. Ce prototype d'hommes politiques n'excelle que dans les sociétés en profonde régression intellectuelle.  
 
Pourquoi TAS, déverse toute sa haine chronique et maladive contre Macky Sall et ces opérateurs économiques sénégalais, pourtant loin des cercles politiques, et qui ont bâti toute leur crédibilité sur le travail et le don de soi au service de leur pays?
 
Disons tout simplement que la bave fétide du crapaud n’atteindra jamais les ailes de la belle et blanche colombe.




 
 
Cellule de Communication du Parti Libéral Social Sénégalais du Président Samuel-A-SARR



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page