leral.net | S'informer en temps réel

Thierno Seydou N. Sy, DG de la BNDE: «La Convention Etat-Employeur est le seul moyen de régler le problème des jeunes diplômés»

La problématique de l’employabilité des jeunes interpelle les autorités. A l’occasion de la cérémonie de présentation de la nouvelle identité visuelle de la Banque Nationale pour le Développement Economique, le Directeur général Thierno Seydou Nourou Sy a édicté un recette contre le chômage.


Rédigé par leral.net le Samedi 29 Mai 2021 à 09:54 | | 0 commentaire(s)|

Thierno Seydou N. Sy, DG de la BNDE: «La Convention Etat-Employeur est le seul moyen de régler le problème des jeunes diplômés»
Apres 7 ans d’existence, la Banque Nationale pour le Développement Economique (Bnde) change d’identité visuelle. Ce changement, selon M. Sy, découle du fait que la banque est devenue un acteur majeur dans la vie économique du Sénégal.

Revenant sur le mode de financement de la Der, le Directeur général de la Bnde déclare : « La partie de financement que la Der fait, aucune banque ne peut la faire. Il y a eu un mauvais procès contre cette institution, mais cet instrument est indispensable dans notre pays parce qu’il fait de l’amorçage ».

M. Sy ajoute qu’avec la Der, ils ont financé plus de 2 000 micro-entreprises éparpillées partout au Sénégal et des jeunes porteurs de projet stratégique comme la pêche, le transport, le numérique, l’anacarde. Pour ce qui est de l’insertion des jeunes, il propose de redynamiser la convention Etat-Employeur.

« Cette convention va permettre l’insertion des jeunes diplômés sans emploi, parce que c’est d’abord eux qu’il faut insérer. Et c’est a eux qu’il faut trouver du travail, parce que l’on ne peut pas faire des études, sortir et ne pas trouver du travail. A mon avis, les entreprises sont prêtes à adhérer a cette convention Etat-Employeur, mais il faut qu’elle soit fonctionnelle et qu’elle donne des résultats », indique le DG de la Bnde, qui estime que la convention Etat-Employeur est le seul moyen de régler le problème des jeunes diplômés sans emploi.

« Cela permet aux entreprises de les recruter et de partager avec l’Etat, les frais salariaux jusqu’a ce que le jeune ait acquis de l’expérience. Nous l’avons fait pendant 2 ou 3 ans, mais nous nous sommes rendu compte que la partie ou l’Etat devrait rembourser, n’a jamais été faite. Finalement, c’est nous qui avons pris en charge le jeune pendant toute cette période », révèle-t-il pour s’en désoler. Ceux qui n’ont pas de diplômes, plaide-t-il, doivent être formes.

« Pour les jeunes entrepreneurs, il faut leur donner le cadre pour leur permettre d’avoir le financement et l’accompagnement qu’il faut, afin qu’ils puissent créer des emplois. Il faut que les jeunes sachent qu’il n’est pas nécessaire de chercher des projets lies a leur formation. Il faut une flexibilité dans les projets.

Que l’on aille faire autre chose parce qu’il y a beaucoup de choses a faire dans le pays. Il faut qu’ils soient beaucoup plus réalistes dans la gestion des projets et des entreprises. Une entreprise est une personne morale qu’il faut laisser en vie. Il ne faut pas qu’elle soit une caution de sinécure et que le jeune aille chercher une belle voiture, une belle maison
», conseille Thierno Seydou Nourou Sy.





L’As


Titre de votre page Titre de votre page