leral.net | S'informer en temps réel

Thiès / Covid-19: 5 mois sans primes de risque, mouvement d’humeur des agents du CTE

Les agents du Centre de traitement des épidémies (CTE) de Thiès réclament cinq mois de primes de risque et de motivation. Le collectif a tenu un sit-in hier, à l’hôpital régional de Thiès. "Payez-nous !’’ est le slogan scandé par les agents du centre de traitement des épidémies de Thiès. Sur les pancartes et sur les blouses, on peut lire : ‘’L’heure est grave, 5 mois sans primes de risque !’’ ; ‘’Les soldats de la pandémie réclament leur argent’’ ou encore ‘’Trop, c’est trop !’’.


Rédigé par leral.net le Vendredi 24 Septembre 2021 à 10:27 | | 0 commentaire(s)|

Thiès / Covid-19: 5 mois sans primes de risque, mouvement d’humeur des agents du CTE
En brassards rouges, ils ont tenu à manifester leur mécontentement. Cinq mois sans primes de risque, ils trouvent l’attente trop longue.

‘’C’est un cri de désespoir que nous lançons aujourd’hui. Les malades sont à l’intérieur, nous ne les abandonnons pas, mais il nous fallait marquer ce temps pour informer l’opinion publique’’, a déclaré Pape Mor Ndiaye, Secrétaire général du Sutsas/Thiès et membre du Collectif des agents du CTE de Thiès.

Ces travailleurs, des médecins, infirmiers, techniciens de surface, agents de labo, voient en cette situation une maltraitance de la part de l’Etat du Sénégal.

‘’Nous ne méritons pas cela. Nous côtoyons la mort tous les jours. Beaucoup d’entre nous ont vécu les deux vagues de la Covid-19, allant jusqu’à infecter leurs familles. Mais eux se contentent de dire à travers la presse, que les agents des CTE sont de vaillants soldats. Ce n’est pas suffisant ! Il faut nous payer’’, a martelé Pape Mor Ndiaye.

Selon lui, il n’était plus question de motivation, après cinq mois de pandémie, mais de salaire. Cinq mois à raison de 150 000 FCfa par mois et par agent. Depuis, le collectif dit avoir entamé plusieurs démarches sans succès.

‘’Nous avons rencontré les autorités de l’hôpital. Elles sont sensibles à la situation, mais ne peuvent rien faire. C’est le ministère de la Santé qui doit régler la situation. Là-bas, ils reçoivent nos états, car nous émargeons, mais ils ne font rien’’, explique encore Pape Mor Ndiaye.

Leur nombre se réduit entre les trois vagues de la Covid-19, ils sont aujourd’hui au nombre de 75 à réclamer leur dû.

Autre problème dénoncé par ces agents, le manque de ressources humaines et de concertations dans le secteur de la santé. Pour eux, les inaugurations en grande pompe d’infrastructures sanitaires de ces derniers temps, contrastent avec la situation du personnel de santé.

‘’C’est bien beau de construire, mais il faut un personnel suffisant et qualifié. Sinon, ce sont des investissements en infrastructures et matériel sanitaires qu’on risque de perdre’’, a ajouté le secrétaire général du Sutsas/Thiès.

Le Collectif des agents du CTE de Thiès va toutefois continuer à assurer le travail. Il n’est pas question, pour ces agents, de laisser les malades sans assistance.





Enquête



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page