leral.net | S'informer en temps réel

Trafic d’êtres humains: La Dic neutralise une mafia nigériane à Ouest Foire

Quinze ressortissants nigérians dont le parrain de la bande, Emuan Bright Odalo, ont été interceptés à Ouest Foire par la Division des investigations criminelles (Dic), dans le cadre d’une rocambolesque affaire d’association de malfaiteurs, de trafic d’êtres humains, de faux, d’usage de faux et escroquerie en bande organisé via internet.


Rédigé par leral.net le Jeudi 14 Mars 2019 à 09:17 | | 0 commentaire(s)|

Selon les informations de Libération, la Division des investigations criminelles (Dic) a exploité, durant plusieurs jours, un renseignement anonyme avant de passer à l’action. Les premiers éléments obtenus par les enquêteurs attestaient de l’existence d’une vraie mafia avec sa tête Emuan Bright Odalo. Son rôle consistait non seulement à convoyer des jeunes dans des pays tiers d’où ils ne peuvent compter sur aucune ressource financière ou humaine dans le but de les exploiter mais également, à leur offrir un gite et le couvert une fois au Sénégal.

Le modus operandi de la bande consistait à utiliser des identités usurpées sur les réseaux sociaux, pour escroquer d’honnêtes citoyens avec la méthode Scam149 ou escroquerie nigériane. La mafia avait pour cible les citoyens des pays asiatiques (Chine et Japon), américains (Usa, Canada) et africain (Ghana).

Le transport effectué par les enquêteurs à Ouest Foire où Emuan Bright Odalo avait pris un appartement pour gérer son business, a permis d’interpeller les mis en cause dont la tranche d’âge variait entre 18 et 20 ans. Une perquisition a permis de saisir 16 ordinateurs portables, 24 téléphones portables, des clés Usb et Internet, trois cartes bancaires Visa verve, des cartes bancaires Mastercard et une carte bancaire Uba.

L’exploitation de tous ces supports a permis de détecter des documents cachés et stockés. Il s’agit, entre autres, de nombreuses photos d’identité de tierces personnes de diverses nationalités servant à créer des profils usurpés sur les réseaux sociaux.







Libération



Cliquez-ici pour regarder plus de videos