a
leral.net | S'informer en temps réel

Un associé de Massata Diack tombe à Singapour


Rédigé par leral.net le Samedi 17 Février 2018 à 09:52 | | 0 commentaire(s)|


Les juges du pôle financier du parquet de Paris avaient ouvert une enquête sur le paiement de 2 millions de dollars durant la campagne du Comité olympique japonais pour l’organisation des JO-2020 à Tokyo.

Ce paiement destiné à une société dénommée ‘’Black Tidings’’, liée à Papa Massata Diack, le fils de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) mis en examen et cloué en France, avait suscité des inquiétudes. Le Comité olympique japonais avait désigné trois juristes chargés de faire la lumière sur ce versement suspect.

L’enquête, bâclée, avait vite conclu que le versement était légal et qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat. Ainsi, Massata Diack et son plus qu’associé dans ‘’Black tidings’’, Tan Tong Han, qui a lui donné le nom de son fils unique, étaient blanchis.

Sauf qu’un rebondissement spectaculaire s’est produit il y a de cela 48h : Tan Tong Han, qui dirige aussi Sportage à Dakar, a été intercepté par l’office anti-fraude de Singapour, placé en garde-à-vue puis inculpé avant d’être libéré sous caution.

Les enquêteurs ont découvert que ce dernier avait livré un faux témoignage dont le but était de ‘’couvrir’’ Papa Massata Diack, qui fait désormais face à trois fronts.

Visé par un mandat d’arrêt délivré par les juges français, mis en examen par défaut à Rio, il est désormais dans le collimateur de la justice à Singapour. Qui plus est, son associé, sera jugé le 15 mars prochain.

Que lui reproche-t-on au juste ? Selon l’acte d’accusation, Tan a menti sur une somme de 547 891 dollars transférée du compte bancaire de Pamodzi Consulting Sarl, détenue exclusivement par Massata Diack, vers celui de ‘’Black Tidings’’ le 27 mars 2014. Il avait juré qu’il s’agissait du paiement d’une prestation, ajoutant que quelqu’un du nom de ‘’John Pierre Bonor’’ avait usurpé l’identité de Papa Massata Diack, en transférant 5424 064$ du compte bancaire de ‘’Black Tidings’’ vers celui de l’athlète Liliya Shobukhova.

Des vérifications ont formellement établi qu’il s’agissait de deux gros mensonges et qu’effectivement, ‘’Black Tidings’’, dont l’adresse sociale correspond à un bâtiment abandonné, n’était qu’une société écran.
En fait, les juges français ont des éléments attestant que lorsque l’athlète Liliya a menacé de tout déballer. Apres avoir versé une forte somme pour étouffer son dossier de dopage, elle a été remboursée via ‘’Black Tidings’’.

Les mêmes sources renseignent que plusieurs mouvements financiers ont été effectués entre Massata et ‘’Black Tidings’’ qui servait de ‘’caisse noire’’.

Le 5 aout 2013, 5 jours avant le début des Mondiaux d’athlétisme à Moscou, la societe a effectué trois transferts pour un montant total de 750 000 dollars, dont un virement de 100 000 dollars vers un compte de Tan Tong Han, et un autre de 350 000 dollars vers Sporting Age suarl, à Dakar. Pour les seules journées des 6 et 12 novembre 2013, 197 000 dollars ont été virés de ‘’Black Tidings’’ vers Pamodzi consulting, et 20 000 dollars de la société singapourienne vers un compte personnel de Papa Massata Diack. Curieusement, ‘’Black Tidings’’ a été dissoute en 2014.




Libération



Cliquez-ici pour regarder plus de videos