leral.net | S'informer en temps réel

Usine Twyford Ceramics: Les travailleurs exigent le respect de la législation du travail

Le Syndicat unitaire des travailleurs des industries minières et activités connexes (Sutimac) a, une fois de plus, rué dans les brancards pour dénoncer les méthodes de l’administration de Twyford Ceramics et alerter ainsi l’opinion nationale et internationale, sur la situation « humiliante et dramatique » dans laquelle les travailleurs de cette entreprise de production de carreaux, sont mis.


Rédigé par leral.net le Mercredi 7 Avril 2021 à 17:24 | | 0 commentaire(s)|

Usine Twyford Ceramics: Les travailleurs exigent le respect de la législation du travail
« Esclavage », le mot n’est pas de trop pour les travailleurs de l’entreprise « Twyford Ceramics » implantée à Sindia depuis 2017 par des Chinois. En voici quelques preuves : 12 heures par jour, sans arrêt et sans pause ; normes relatives aux conditions sanitaires, sécuritaires et de protection des travailleurs inexistantes ; conditions de travail d’une extrême pénibilité ; travail en position debout durant 12 heures.

C’est Aliou Ndiaye, coordonnateur des délégués du personnel et secrétaire général du Sutimac, qui liste ces maux. « Depuis sa création en 2017, cette entreprise multinationale à qui l’Etat du Sénégal a tout facilité pour lui permettre de promouvoir l’emploi des jeunes, continue de profiter de cette facilité d’investissement au détriment des travailleurs, essentiellement des jeunes, qui voient les ressources de leur pays surexploitées et qui en plus, y sont traités comme des esclaves des temps modernes », s’est indigné le syndicaliste, dont la position est celle de plusieurs agents qui estiment que depuis plusieurs années, les travailleurs sont exposés à « des conditions dignes de l’esclavage ».

Ce, en dépit des incessants avertissements de l’Inspection régionale du Travail, soulignent les travailleurs. « Nous sommes traités au contraire de la législation en vigueur au Sénégal. L’entreprise Twyford Ceramics ne fournit pas des équipements de protection individuelle (EPI) adéquats et appropriés dans certains départements de l’usine où les travailleurs qui y interviennent, sont exposés à des risques graves. L’entreprise ne paie pas de primes de salissures, ni de risque et ni de transport », dénonce Alioune Ndiaye.

« Au moment où dans d’autres entreprises, on subventionne la restauration des travailleurs, ici on prend leurs primes de panier pour les remplacer avec des repas d’esclaves juste pour faire du bénéfice. Dans cette entreprise, les emplois sont précaires et elle ne favorise pas la promotion de l’emploi des jeunes. Twyford est une entreprise génératrice de chômeurs et non créatrice d’emplois », poursuit le délégué syndical dans les colonnes du journal "Le Témoin".

Abdou Sène, un autre délégué des travailleurs, d’ajouter que l’environnement de travail est caractérisé par une insécurité totale du fait qu’un « chef chinois » peut frapper, battre et agresser un « employé noir », sans être sanctionné. Face à cette situation délétère, le collectif des délégués du personnel n’a cessé d’engager un dialogue social. Mais les multiples tentatives de dialogue et de négociations initiées sont restées vaines, relèvent les responsables syndicaux locaux.

Pis encore, le collectif qui défend les droits des travailleurs est en train de subir des sanctions selon ses membres. « Les délégués vivent actuellement une discrimination de la part de leurs supérieurs hiérarchiques, qui les laissent en rade quant à l’avancement dans les emplois. Et pour couronner le tout, la direction est sur le point d’arrêter les contrats des délégués, en prétextant que certains d’entre eux ne font pas leur travail », ont laissé entendre les délégués syndicaux de l’entreprise.

Ainsi, le 12 avril 2021 prochain, leur préavis de grève va prendre fin et le Sutimac va dérouler un plan d’action pour, dit-il, « exiger de l’entreprise Twyford le respect de la législation du travail en vigueur au Sénégal, le traitement des travailleurs dans la dignité », rapporte "Le Témoin".



Cliquez-ici pour regarder plus de videos