a
leral.net | S'informer en temps réel

Vérification des parrainages : Abdou Wahab Ben Geloune demande « aux sages du Conseil constitutionnel d’accepter qu’ils se sont trompés »


Rédigé par leral.net le Vendredi 4 Janvier 2019 à 13:03 | | 0 commentaire(s)|

Le plus jeune candidat à la candidature à l’élection présidentielle de 2019 est disqualifié par le Conseil constitutionnel. Seul 6650 signatures ont été validés pour lui. Abdou Wahab Ben Geloune monte au créneau pour décrier le système informatique du Conseil constitutionnel.

Pour lui, « ces rejets qui sont aux nombres de 31.763, sont liés à un bug informatique et c’est inacceptable. On ne peut pas nous éliminer sur la base d’un oubli informatique. Ils ont fait des cartes biométriques qui nous servent à rien. Normalement, avec ces cartes, il ne devait pas y avoir de doublon», a déclaré Wahab, hier, lors d’une conférence de presse, à son siège à Dakar.

Le président du mouvement ‘’Wahab Président’’ demande aux 7 sages du Conseil constitutionnel d’accepter qu’ils se sont trompés. « Si le rejet est confirmé, je serai très déçu de notre pays parce que renier ma candidature, c’est renier la jeunesse. Il faut que le Conseil constitutionnel accepte qu’il s’est trompé. Quand vous avez un examen et que sur 10 candidats les 8 échouent, vous devez vous poser la question sur l’examen que vous avez mis en place et non sur les candidats », regrette-t-il.

Revenant sur la saisie des parrains, Wahab demande si un être humain est capable en 48h de traiter 31 000 parrains sous format papier. « Il faut les remplacer, les vérifier alors que la saisie n’est pas encore venue. Ce logiciel ne prend pas en charge les formats Excel comme il le faut. Le système informatique est faillible », a-t-il expliqué.

Il ajoute : « Ce rejet ne fait pas partie de ce qu’on a mis sur la note explicative. Je serai prêt à me soumettre, si cela s’est bien passé ou que je n’ai pas eu assez de parrains. Mais, il y a erreur au niveau de l’informatique. Ils n’ont qu’à se pencher sur les carnets que nous leur avons remis ».






Thierno Malick Ndiaye



Cliquez-ici pour regarder plus de videos