Visite de chantier du Premier ministre : Building administratif, que cache l’Etat ?


Rédigé par leral.net le Vendredi 15 Décembre 2017 à 12:25 | | 0 commentaire(s)|

Visite de chantier du Premier ministre : Building administratif,  que cache l’Etat ?


Les journalistes de la presse privée ont été tous bonnement interdits de couverture de la visite de chantier du Premier ministre hier, au Building administratif. Venu constater l’état des travaux, en compagnie du porte-parole du gouvernement Seydou Guèye et du ministre de l’Habitat, Diène Farba Sarr, l’opinion du chef du gouvernement sur ce chantier qui a soulevé beaucoup de vagues, n’a pu être recueillie que par la Rts.

Y a-t-il des choses pas très catholiques dans le chantier du Building administratif ? En tout cas, la surprise a été grande hier, quand la presse privée a été éconduite lors de la visite de chantier du Premier ministre au Building administratif. Accompagné du ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, Diène Farba Sarr, de Seydou Guèye, ministre secrétaire général et porte-parole du gouvernement et d’autres autorités, le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne a effectué hier après-midi, une visite sur le chantier du Building administratif.

Venue couvrir cette entre venue du Premier ministre avec les responsables du chantier, la presse privée a été sommée de vider les lieux D’un pas lent, l’homme avance vers nous et de manière courtoise, il demande : « Monsieur, vous êtes de quel organe ? » L’identité déclinée, il souffle : « Nous sommes désolés mais seule la Rts est autorisée à couvrir cette visite ».

Soudain, un chapelet d’interrogations nous taraude l’esprit. Que cache-t-il ? Pourquoi ? Mais pas besoin de se triturer les méninges. Puisque depuis le départ, en 2013, à travers un appel d’offres restreint qui avait suscité polémique, l’Etat du Sénégal avait attribué le marché initial de la réfection du Building administratif, immatriculé T1431/13, à l’entreprise Bamba Ndiaye Sa. Mais très vite, rappellent nos confrères seneweb, les coûts de la réfection vont se révéler plus élevés que prévu, puisque plusieurs avenants vont s’ajouter au marché initial.

Alors que l’Etat du Sénégal n’avait même pas pensé encore réceptionner l’immeuble dont la réfection devait au départ coûter 30 milliards FCFA, on nous renseigne qu’un deuxième avenant a été conclu au premier trimestre de 2017.Il a été signé entre l’Etat du Sénégal, par le biais de la primature, et l’entreprise Bamba Ndiaye Sa, adjudicaire initial du marché. Le montant de la rallonge budgétaire était de 6,4 milliards FCFA. Ce qui d’après le site d’informations, portait la facture à 39 milliards FCFA. L’affaire était tellement grosse qu’elle charriait une vague d’indignations dès le début. La première alerte a été lancée par l'Ordre des Architectes du Sénégal, qui a été relayée par le président du parti Rewmi, Idrissa Seck. Que nous cache-t-on encore ?





L’Observateur