leral.net | S'informer en temps réel

Zircon de Niafourang, Sénégal Air, Ahs...: ces dossiers qui fâchent le député Mamadou Lamine Diallo

Dans sa question économique du jour, le député, Mamadou Lamine Diallo s’interroge sur l’exploitation ou non du site de zircon de Niafourang, dans le département de Bignona.


Rédigé par leral.net le Mardi 29 Août 2017 à 19:31 | | 0 commentaire(s)|

Zircon de Niafourang, Sénégal Air, Ahs...: ces dossiers qui fâchent le député Mamadou Lamine Diallo
Dans son texte du jour, il semble répondre par la négative. Et pour cause ! « L’exploitation de ce gisement va détruire l’environnement quelles que soient les promesses des études d’impact ; Les populations locales n’y gagnent rien ainsi que leurs collectivités locales. L’Etat central ne gagne rien non plus compte tenu du régime fiscal en vigueur. Seule la balance des paiements y gagne à moyen terme avec les exportations », a-t-il tiré comme conclusion.

Pour l’économiste et chef de file du mouvement citoyen politique, il doit avoir un « débat public national » parce qu’«on ne doit pas laisser le ministre en charge gérer seul ce dossier avec le Président comme dans l’affaire du gaz avec Petro Tim ».
 
Dans le deuxième dossier évoqué, et concernant le transport aérien, il indique que le limogeage du Sieur Lamine Sow de la « galaxie de Macky Sall », de son poste de DG d’Air Sénégal S A, nous amène à aborder la question de l’intérêt économique de ce projet.

De l’avis de l’économiste, « le Gouvernement de Macky Sall a mobilisé les ressources de la Caisse des Dépôts et Consignations pour lancer ce projet avec un capital de 40 milliards. Selon l’OHADA, le quart du capital doit être mobilisé ».
 
« J’ai soulevé à l’Assemblée Nationale, la pertinence de l’étude stratégique confiée de gré à gré à un cabinet américain Sieburry, qui aurait coûté plus de trois milliards, c’est le minimum que facturent ces cabinets. Il y a l’expérience d’Air Ivoire. Comme pour le PSE, l’administration sénégalaise rectifie le tir mais est-ce suffisant ? », s’est-il interrogé.
 
« Si je prends l’exemple d’Air Ivoire, notre concurrent sur le marché ouest africain et la reprise des droits de trafic cédés à Royal Air Maroc et Corsair, il faudrait  une centaine de milliards pour acquérir 4 à 5 avions et soutenir l’exploitation pendant 4 à 5 ans.

Le Sénégal de Macky est loin du compte, lui qui préfère dépenser 55 milliards pour des cartes d’identité biométriques et une trentaine de milliards pour organiser une mascarade électorale lors des législatives du 30 juillet 2017 et s’octroyer des centaines de milliers de "suffrages" 
», a-t-il rappelé.
 
« Le plus grave, je dirai, est le traitement du handling (l’assistance au sol).  Le Gouvernement voudrait créer une nouvelle structure dans laquelle la SHS de l’entrepreneur Ousmane Diop est écrasée au tiers du capital, les Turcs le tiers et Air Sénégal SA et autres le reste. AHS disparaît en tout cas, formellement ».

Dans ses récriminations, le député indique qu’« après le verdict de la CREI contre Karim et Bourgi, le Sénégal a repris l’exploitation de AHS confiée à Abdoulaye Sylla et Cheick Tidiane Ndiaye, membres éminents de la galaxie. Mais AHS ne peut pas disparaître sans que le peuple ait un bilan des activités de ces dernières années ».

il ajoute que « la SHS de Ousmane Diop est éliminée de facto. Il est vrai que Macky Sall et BBY n’en ont cure du patriotisme économique, jeté aux poubelles avec les conclusions des Assises Nationales ».
 
La rédaction de Leral.net



Cliquez-ici pour regarder plus de videos