leral.net | S'informer en temps réel
Vendredi 18 Mai 2018

1er vendredi de Ramadan- Forte affluence : Les fidèles se ruent vers les mosquées


Le Ramadan, mois de chasteté et de dévotion totale à Dieu, semble être une opportunité pour les musulmans de pratiquer davantage leur religion. L’affluence vers les mosquées, constatée pour le 1e vendredi de ce mois béni, prouve à suffisance que les Sénégalais, aiment dans tout ce qu'ils font, les premiers moments. Généralement, après 10 à 15 jours de diète, certains d’entre eux, à défaut d’abdiquer, abandonnent la prière de vendredi à la Mosquée. Très astucieux, ils évoquent généralement des maladies imaginaires pour retrouver les vieilles habitudes. Décryptage…



Les habitués des mosquées ont constaté pour le 1e vendredi de ce mois béni une forte affluence des fidèles musulmans vers les différentes mosquées de la capitale. Certaines mosquées, révèle-t-on, refusent même du monde. Heureusement, le temps est resté très clément en ce début du mois de Ramadan.

Sinon, les dernirs arrivées sur les lieux de prière qui s’installent le plus souvent à l’extérieur des mosquées, feraient face à l’ardeur des rayons du soleil. « Considérée comme une bonne action, effaçant les péchés, le Ramadan est l’un des cinq piliers de l’islam, une période de recueillement  au cours de laquelle, les musulmans n’ont pas le droit de manger, boire, de fumer, ou encore d’avoir des rapports sexuels, pendant la période de l’aube jusqu’au coucher du soleil », a décrypté le mécanicien, Ismaël Guèye, rencontré à la Mosquée d’Ouest-Foire.
 
Ce dernier précise que les Sénégalais, sont difficiles à comprendre. Puisqu’à chaque début de ramadan, les mosquées sont envahies par les fidèles musulmans. Cette affluence est plus constatée aux heures de prière des premiers vendredis. Mais, juste après deux à trois prières de vendredi, il faut repasser, relève-t-il, pour voir de visu la démission des moins convaincus. « Ces personnes qui se bousculent aujourd’hui, vont bientôt déserter les Mosquées », prévient Ismaël Guèye.
 
Ainsi, le même scénario, nous dit-on, a été signalé sur l’avenue Lamine Guèye où l’affluence vers les Mosquées était au rendez-vous. Sur ladite avenue, il était quasi-impossible de se frayer un chemin. Les ruelles voisines sont même occupées par les fidèles pour la prière du vendredi. Commerçants et clients ont laissé la place pour remplir un devoir religieux. Seulement, l’assaut des fidèles sur la grande partie du boulevard Lamine Guèye, a même bloqué la libre circulation des automobilistes.
 
Et les pratiquants s'évertuent dans ce décor de sérénité et de piété, à trouver de meilleures places pour avoir une écoute parfaite des déclamations du Saint Coran.  Cette option pousse certains de ces fidèles à converger très tôt sur les lieux de cultes pour avoir une "bonne place". D’autres fidèles interpellés, considèrent que nombreux sont ceux qui affirment que c’est un moment unique, qui mérite toute la dévotion possible. Les fidèles, moins convaincus que d’autres, vont malheureusement, déserter très tôt les mosquées.





  
O WADE Leral
 



Titre de votre page Titre de votre page