leral.net | S'informer en temps réel

2 000 marchés et boutiques visités pour l’arrêté sur les prix: « Entre 30 à 40 % sont en infraction », selon le ministère du Commerce

Suite à l’arrêté fixant les prix de certains produits de grande consommation, le ministre du Commerce et des PME a organisé, ce samedi, une rencontre avec les délégués de quartier de Dakar. L’objectif étant d’outiller ces derniers qui servent de relais, pour que les mesures qui ont été prises par le gouvernement pour soutenir les ménages, soient appliquées au niveau des boutiques. Mais sur 2 000 marchés et boutiques visités pour l’arrêté sur les prix, « entre 30 à 40 % sont en infraction », selon le ministère du Commerce.


Rédigé par leral.net le Mardi 14 Septembre 2021 à 10:16 | | 0 commentaire(s)|

2 000 marchés et boutiques visités pour l’arrêté sur les prix: « Entre 30 à 40 % sont en infraction », selon le ministère du Commerce
Le ministère du Commerce et des PME continue son travail de contrôle et de sensibilisation des mesures que le gouvernement a prises, après la hausse des prix des denrées de première nécessité. Il renseigne qu’il a de plus en plus un niveau appréciable de respect des prix.

‘’Plus de 2 000 marchés et boutiques ont été visités. A ce jour, environ 30 à 40 % des établissements visités, sont en infraction. C’est vrai qu’au début, c’est un peu difficile, mais au fur et à mesure, il y aura un respect appréciable de la mesure, si on travaille avec les délégués de quartier’’, a indiqué Aminata Assome Diatta.

Madame le Ministre a présenté, ce samedi, aux délégués de quartier de Dakar, l'arrêté fixant les prix des produits de grande consommation. Ainsi, selon la ministre, cette rencontre avec les délégués de quartier, est extrêmement importante, parce que ces derniers sont proches des populations.

‘’Pour que l’information soit disponible dans tous les quartiers, il faut que nous travaillions avec les délégués de quartier. Ils disposent de certaines prérogatives. Et comme on ne peut pas mettre au niveau de chaque boutique, un contrôleur du contrôle économique, il est important d’informer les délégués de quartier sur les dispositions prises par l’Etat sur les prix’’, a ajouté Mme Diatta.

Ainsi, le consommateur qui voit que le boutiquier ne respecte pas les prix indiqués, peut en parler au délégué de quartier. Ce dernier va, en premier, essayer de faire entendre raison au vendeur. S’il n’y parvient pas, il peut saisir les services du ministère du Commerce pour qu’ils prennent les sanctions les plus appropriées.

En conséquence, pour Mme Diatta, il y a l’aspect contrôle et l’aspect médiation à la fois, pour que chacun joue sa partition pour le respect des prix fixés sur l’ensemble du territoire national.

Porte-parole des femmes délégués de quartier, Aïda Goudiaby dite Mme Guiro apprécie cette rencontre avec le ministère du Commerce en ces termes : “Il est plus facile pour le délégué de sensibiliser les boutiquiers, puisqu’il les connaît et vit avec eux. La hausse des prix se fait sentir partout dans le monde. Si l’Etat fait des efforts pour faire baisser les prix, nous ne pouvons que saluer cette mesure et sensibiliser les commerçants pour que les prix fixés soient respectés, au bonheur du consommateur”.







Enquête



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page