leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Sweet Beauté: Les incohérences de Ndèye Khady Ndiaye qui risquent de condamner Sonko

La patronne de Sweet Beauté, très prolixe dans les médias ces derniers jours, va finir par enfoncer celui qu'elle a toujours défendu, bec et ongles.


Rédigé par leral.net le Jeudi 25 Février 2021 à 06:00 | | 0 commentaire(s)|

À quoi joue Ndèye Khady Ndiaye alias Tata Fina dans sa volonté de justifier son activité et les fréquentations de son institut par le leader du Pastef ? En effet, celle qui était revenue sur ses propos tenus chez nos confrères de Emedia s’adonne ces derniers jours à une série de déclarations qui contredisent sur plusieurs points le leader du Pastef.

Jurant sur tous les saints et sur le Coran que Ousmane Sonko a effectué sa première visite dans son salon un jour de Tabaski à la suite d’un heureux hasard, Ndèye Khady Ndiaye vient de mettre à mal la stratégie de défense du patriote en chef qui disait lors de son point de presse avoir connu le salon de massage sur recommandation d’un des amis.

Divergences en vue

Les versions de Ousmane Sonko et de Ndèye Khady Ndiaye risquent d’être un point de divergence devant le procureur et discréditer à jamais la propriétaire du salon Sweet Beauté SPA. Depuis son interpellation et sa garde à vue avortée, la patronne de Adji Sarr n’arrête pas de contredire le candidat malheureux à la présidentielle de 2019. Alors que Ousmane Sonko soutenait s’être rendu au salon Sweet Beauté Spa sur recommandation d’un ami, et mieux n’avoir effectué sa première séance qu’après échange avec la proprio et avis d’un guide religieux, voilà que « Tata Fina » comme surnommée par ses « élèves » nous sert à deux reprises que Sonko a débarqué chez elle par erreur un jour de Tabaski confondant un institut qui a pignon sur rue au niveau de la corniche à son institut logé dans les ruelles sablonneuses à quelques encablures de l’église Saint Lazare.

Ndèye Khady Ndiaye première à toucher le corps de l’ex-Inspecteur des impôts un jour de Tabaski…



Ndiaye dans une énième version nous sert qu’elle fut la première à toucher le corps de l’ex-Inspecteur des impôts un jour de Tabaski quand ce dernier s’est présenté à elle avec sa pommade pour jouir de soins devant un mal qu’il ne pouvait supporter. De la version de Ndèye Khady Ndiaye nous sommes à même de nous demander à quel moment ce dernier a pu interroger « son guide » pour que ce dernier « autorise » la pratique de ce massage par une femme à des fins de thérapie ? Pourquoi Sonko n’a-t-il pas rebroussé chemin pour se rendre à Imodsen une fois la méprise constatée ? Il ne fait aucun doute que les propos de Ndèye Khady Ndiaye sont cousus de fil blanc et que El Malick Ndiaye semble s’être excusé un peu trop tôt devant cette dame qui dans sa tentative de se tirer d’affaire enfonce chaque jour un peu plus Sonko. Nul besoin d’être dans le secret de l’instruction pour se faire une idée de la crédibilité de cette dame qui dans ses propos tenus lors de son interview avec Dakar Matin avait soutenu recevoir des appels sur un téléphone qui lui avait été auparavant confisqué par la gendarmerie. On se demande encore comment elle a pu converser avec ces inconnus qui lui ont proposé 15 et 40 millions pour changer de version sur un téléphone qui se trouvait au moment de sa surveillance entre les mains d’un gendarme ?

Lots de contradictions

Une version qu’elle n’a pas eu du mal à changer une fois remise en liberté sous le coup disait-elle de l’effet de surprise lors de sa première interview. Sweet Beauté SPA et sa responsable sont un lot de contradictions, car la maîtresse des lieux et son époux ne cessent de vouloir se justifier au-delà de l’affaire Sonko. Face aux déclarations de la « Lettre Confidentiel révélant un passage du député Sonko avec la demoiselle Adji Sarr dans une posture peu catholique dans le jacuzzi, Ndèye Khady Ndiaye a soulevé comme prétexte l’utilisation de cet espace par des couples dans le cadre de soins. Il en est de même pour le tarif appliqué de 50 000 FCFA pour un massage à 4 mains alors qu’il faut juste débourser 20 000 pour celui à deux mains……Des tentatives maladroites de donner sens à la rumeur populaire qui participent un peu plus à fragiliser la thérapie de Sonko.

Documents administratifs brandis

D’ailleurs, dans les services de l’administration on rit sous cape devant les actes administratifs brandis sur tous les toits par Sweet Beauté comme une autorisation d’exercice. En effet, un cadre de l’administration nous a confié, que ces documents servent qu’à justifier d’une activité commerciale à savoir un NINEA et un registre de commerce pris sous le régime déclaratif. Il est connu de tous que le NINEA et le Registre de Commerce ne peuvent en aucun cas justifier l’exercice d’une pratique règlementée et cela les inspecteurs des impôts le savent. En sus, la dame Ndèye Khady Ndiaye en exhibant son registre de commerce et son NINEA a suscité l’intérêt des services fiscaux et ceux de la Direction générale du travail, qui ne disposent d’aucun historique sur son entreprise. Aucun employé déclaré, aucune taxe, ni retenue reversées au niveau des impôts et des institutions sociales. Il est temps que la boss de Sweet Beauté SPA arrête de s’enfoncer dans ses déclarations, elle qui semble être sous le coup d’inculpations multiples dont l’exercice d’activités au-delà des heures règlementaires, de proxénétisme et de complicité de viols. A force de parler, elle risque à elle seule de faire condamner Ousmane Sonko, alors nous lui imposons de garder le silence devant de telles incohérences dans ses propos.

Directnews.com

Mr Ndao B

Titre de votre page Titre de votre page