a
leral.net | S'informer en temps réel

Affaire de faux monnayage : Ngaaka Blindé verse des larmes à la barre


Rédigé par leral.net le Jeudi 13 Décembre 2018 à 17:52 | | 0 commentaire(s)|

Affaire de faux monnayage : Ngaaka Blindé verse des larmes à la barre
Baba Ndiaye alias "Ngaaka Blindé" ne peut pas contenir ses émotions. Il a fini par verser des larmes, ce mercredi, devant la barre du tribunal correctionnel de Dakar. Cela fait suite à la déclaration de l’agent judiciaire de l’État (Aje) qui a évoqué que c’est une dame qui s’est présentée au commissariat de police des Parcelles-Assainies pour soutenir que Baba Ndiaye lui aurait remis un faux billet de banque. L’artiste rappeur de s’expliquer, la voix étreinte par l’émotion : "Les propos de cette dame m’ont fait tellement mal. Car c’est à cause d’elle que ceux qui avaient cru que les faux billets de banque étaient pour le clip, ont commencé à avoir des doutes sur mon innocence. Alors que je ne la connais même pas."

Toutefois, au cours des débats d’audience, Baba Ndiaye, âgé de 25 ans, est revenu sur les circonstances de son arrestation. "J’ai fait un son de 3 minutes 19 secondes intitulé ‘’Argent, maison, ma femme et maman’’. La musique avait plu tout le staff et on avait décidé de faire le clip. On avait discuté du synopsis et, du coup, on avait besoin de quelques faux billets de banque. On devait tourner le clip finalement le 19 décembre à Saly (Mbour), après un premier report. Saneex devait jouer le rôle du père".

Avant de poursuivre : "De plus, on avait fait le faux monnayage avec des feuilles blanches. Ce n’était pas de vrais faux billets de banque. Lorsque Khadim Thiam m’a remis l’enveloppe contenant les billets, je l’ai posée sur le tableau de bord. Pour dire que je ne pensais pas que c’était une infraction."

Sur le pourquoi de son interpellation à Diamalaye, le prévenu a déclaré qu’il avait loué un appartement à la cité Mixta pour un jour. Juste le temps de se regrouper avec les figurants pour le tournage du clip. "Je devais retourner à Guédiawaye avec quelques amis pour prendre une chemise, une montre et le chicha. Je ne sais même pas qui a informé les policiers, car ces derniers s’étaient dirigés directement vers l’enveloppe. Lorsque j’ai été arrêté, j’ai dit à ma mère qu’on allait me relâcher immédiatement, mais la nouvelle s’est propagée dans le monde comme une trainée de poudre".

"J’ai fait plus de 10 vidéos et je n’ai jamais demandé d’autorisation. Je l’ai fait une seule fois, car je devais tourner un clip à la plage Malibu de Golf. Je ne savais pas qu’on demandait une autorisation pour faire les clips", a-t-il ajouté.

Co-prévenu du rappeur, Khadim Thiam, 28 ans, a également nié les faits. "Je suis un étudiant en Master à la faculté des Sciences économiques et de Gestion (Faseg). J’habite à Guédiawaye, de même que Baba Ndiaye, et je fais partie de son label. Ce dernier voulait une simulation de billets de banque dans son clip. Il m’a dit comme j’avais une imprimante, je devais lui en faire des copies. J’ai imprimé les billets et j’ai fait des photocopies en couleur". Il continue : "Dans le clip, une fille devait être couverte de billets de banque dans une baignoire. Raison pour laquelle la dame qui a accusé Baba Ndiaye, a changé de version en soutenant ne plus se souvenir de la personne qui lui avait donné le faux billet et c’était en présence de Ngaaka Blindé."

Les témoins de cette affaire, Idrissa Sèye, Talla Guèye, Awa Ndiaye et Cheikh Sarr, appelés à la barre, ont tour à tour lavé à grande eau les prévenus poursuivis pour contrefaçon de billets de banque, altération de signes monétaires d’un montant de plus de 6 millions de francs Cfa.







seneweb



Cliquez-ici pour regarder plus de videos