leral.net | S'informer en temps réel

Casamance / An 2 du meurtre du porte-parole du Mfdc: L’identité des auteurs et du commanditaire réclamée

Le 27 octobre 2019 était assassiné l’ancien porte-parole du Mfdc et responsable de la faction du Mfdc de Mangoucouro, Abdou Elinkine Diatta. Deux ans après, ses proches, qui ont tenu ce mercredi à commémorer ce triste événement au niveau de leur siège de Mangoucouro, réclament la tête des auteurs et du commanditaire de cet assassinat.


Rédigé par leral.net le Vendredi 29 Octobre 2021 à 17:37 | | 0 commentaire(s)|

Casamance / An 2 du meurtre du porte-parole du Mfdc: L’identité des auteurs et du commanditaire réclamée
Ce fut un jour de commémoration qui a mobilisé les proches partisans de l’ex-chef de la faction du Mfdc de Mangoucouro, au quartier Soucoupapaye, dans la commune de Ziguinchor.

Un événement ponctué par des prières, une lecture du saint Coran, des déclarations et témoignages sur la vie, l’œuvre et l’héritage de Abdou Elinkine Diatta, le natif de Mlomp (dans le Buluf) où il a été assassiné par des individus non encore identifiés. D’ailleurs, sur ce qui reste des chantiers du défunt dirigeant de l’aile politique de Mangoucouro, Amidou Djiba, le n°2 du bureau de Mangoucouro, est d’avis qu’il y a encore et toujours des négociations. Parce que toute guerre finit, note-t-il, par des négociations, même une guerre, dit-il, qui dure cent ans.

Face à la presse, en marge de cet événement, l’ex-lieutenant de Abdou Elinkine Diatta estime qu’un appel avait été lancé en ce sens, il y a très longtemps, afin que l’Etat s’assèye avec le Mfdc pour discuter de l’issue de cette crise. «Parce qu’il faudrait qu’on en finisse. Et nous pensons que l’Etat n’a pas saisi cette opportunité, d’où le statu quo», martèle-t-il. Et Amidou Djiba de lancer un nouvel appel à l’endroit du chef de l’Etat du Sénégal, pour qu’il s’inscrive dans la dynamique des négociations.

Car pour le responsable du Mfdc, cette guerre, qui a enregistré de part et d’autre, dit-il, des pertes humaines, ne saurait perdurer. Concernant le volet judiciaire du dossier sur l’assassinat de Abdou Elinkine, Amidou Djiba estime qu’une enquête avait été diligentée parles autorités étatiques et que le Mfdc s’attend toujours à ce que ces enquêtes révèlent, poursuit-il, l’identité du coupable. Et pour Amidou Djiba, l’enquête, jusque-là, piétine et le Mfdc n’a pas, souligne-t-il, d’informations dans ce cadre-là. «Le Sénégal a-t-il classé ce dossier ? On ne sait pas ; mais nous attendons que justice soit faite et qu’on identifie le commanditaire et l’acteur, pour les arrêter et les juger», dixit M. Djiba, pour qui l’Etat, deux ans après cet évènement malheureux, doit s’y mettre afin que l’on puisse savoir.

Qui a tué Abdou Elinkine et qui était le commanditaire. Quid de l’accident par mine de Kandiadiou qui a occasionné 5 morts ? A ce propos également, Amidou Djiba, qui qualifie ce drame de très malheureux et de très douloureux, est d’avis que l’Etat doit chercher la vérité pour trouver l’auteur de ce massacre. «Nous n’avons jamais prôné la violence, l’Abbé (Diamacoune Senghor) n’a jamais prôné la violence, tout comme Abdou Elinkine, car la paix ne se cherche pas avec les fusils et malheureusement, c’est ce qui se passe», se désole t-il, avant d’indiquer que ce drame de Kandiadiou est survenu le même mois de l’assassinat de leur ex-mentor. «Des morts de plus, inutiles parce qu’en fait, ce sont des adolescents ; c’est pénible et ce n’est pas normal», s’est-il indigné. Suffisant pour Amidou Djiba de condamner fermement ce drame ; parce que ce sont, dit-il, des vies humaines qui partent et que chaque vie est trop chère.





Le Quotidien

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page