leral.net | S'informer en temps réel
Lundi 23 Août 2010

Cri de coeur : Cheikh Abdoul Khadre Cissokho, le messie qui a trahi son peuple...Les ratés de l'histoire


"Plus l'espérance est grande, plus la déception sera violente", disait un penseur américain. Si la politique a rendu des villes vivables et enviables, elle a fait de Bakel une ville agonisante, voire morte, tant l'état actuel du département est catastrophique. En 50 ans d'indépendance du Sénégal, les seules retombées politiques tournent autour du bitumage des tronçons des routes nationales et des diverses réalisations hydrauliques, fruits de la coopération Sénégalo-asiatique. Que serions nous devenus, si cette générosité nipponne et taïwanaise n'était pas tombée sur nous comme une pluie divine ? On a connu depuis belle lurette les affres de la SENELEC, de la SONEES (devenue aujourd'hui SDE), de la politique politicienne, de la carte d'électeur contre un billet de 10.000 FCFA ... Pendant que le "Sénégal" bénéficiait de réalisations concrètes et bénéfiques, nos politiciens, eux, venaient miroiter du Franc CFA, des sacs de riz et d'autres cadeaux aussi futiles les uns que les autres. Personne ne me condamnera si je clame haut et fort mon dégoût envers nos hommes politiques. D'Abdou N'diaye à Aminata Diallo sans oublier « Sora Diatta » en la personne de Cheikh Adoul khadre Cissokho et le professeur Abdoulaye Bathily, rien de concret n'a vu le jour dans le département de Bakel. Qu'en est t-il de l’apport de nos soit disant cadres ? Ceux même qui devaient nous extirper des griffes de ces hommes politiques véreux. " Nada ! Touss ! Xari baane ! ". Etant minot, j’ai dansé, rigolé et couru des heures derrière les voitures des politiciens, mais grande est toujours ma tristesse à chaque fois que les souvenirs ressurgissent. En faisant un clin œil au socialiste Arnaud Montebourg, je dirai : " Bakel n'a qu'un seul défaut, c'est son compagnon politique ". Ce compagnon politique qui s'est toujours distingué par ses ambitions personnelles et par son incompétence. Quiconque connaît le cursus du fils du grand vétérinaire Feu Vieux Bambo Cissokho sait qu'il aurait pu vivre paisiblement de son métier d'ingénieur agronome. Cheikh avait de la matière. Un ingénieur agronome, malgré les conjonctures moroses du Sénégal, aurait gagné très bien sa vie. Ce qui devait être notre plus grand succès s'est révélé être notre plus grand flop. Si l'on faisait un sondage pour élire " le plus mauvais politicien Bakélois de tous les temps ", Cheikh Abdoul Khadre Cissokho aurait gagné sans aucune contestation. Il aurait gagné le "bidon d'or" de la politique. Les jeunes générations se demandent encore " Comment un homme si puissant qui a détenu pendant une trentaine d’années le pouvoir au Sénégal (Président de l'assemblée Nationale, Ministre) est complètement passé à coté de la plaque ? ". Deuxième personnalité de l'Etat, Cheikh avait tous les pouvoirs entre ses mains pour sortir Bakel de l'ornière. S'il existait un prix pour " la ville la plus fidèle à son mentor politique ", Bakel et Cheikh auraient massacré tout sur leur passage et cela une trentaine de fois. Gaoussou Bambo était un lion à Bakel. Comme l'appelaient les griots Bakélois, " Sora Diatta " avait un poids qu’aucun autre homme politique socialiste n'avait dans son terroir au Sénégal.



Cri de coeur : Cheikh Abdoul Khadre Cissokho, le messie qui a trahi son peuple...Les ratés de l'histoire
Tout le département de Bakel était réuni à sa cause et cela pendant une trentaine d'années. Et cela, n'en déplaise au " Coco taillé, vilain garçon» dit Abdoulaye Wade ou à la belle silhouette d'Abdoulaye Bathily. Cheikh, de par la voie de ses acolytes de tous les temps Ousmane N'diaye et Abdoul Aziz Tandia, a toujours pesé lourd dans son département. Les présidents Senghor et Abdou Diouf n'avaient aucun doute sur ce point. Les meetings du parti socialiste étaient toujours riches en couleur et en saveur. Les urnes suivaient sans conteste le même verdict. Si tout le Sénégal chavirait à droite, Bakel resterait toujours admise à sa cause. Certes, des années senghoriennes à celles dioufistes, tout le Sénégal, hormis la capitale, ne vibrait que pour le vert socialiste. Mais Bakel a marqué le summum de cette fidélité au régime socialiste. Pour preuve, après les obsèques nationales du parti socialiste en 2000, Bakel était le seul département à pouvoir encore garder le rêve socialiste au Sénégal. Tanor Dieng en quête de légitimité nationale, en a eu la preuve concrète lors des élections présidentielles de 2007. Son passage à Bakel a été l'âge d'or de la campagne présidentielle du PS. Dans son terroir, le vieux lion Cheikh a montré à la face du Sénégal qu'il était et restait un " dinosaure ". Quand il s’était accaparé du micro central, les populations bakéloises de toute éthnie étaient en transe. Haranguant la foule en Soninké, Peul, Wolof et Bambara, il a montré à Tanor que le vrai slogan socialiste " Fi nio ko mome" " (Ici, nous sommes propriétaires en wolof)" n'était vraiment véridique que dans le département de Bakel. Lors de ce meeting, il assène même une vérité exempte de toute contestation : "Ici à Bakel, nous avons toujours été socialistes’’, insista Cheikh Abdoul Khadre Cissokho, rappelant à ceux qui feignent d’oublier toutes les élections passées à Bakel depuis les présidentielles de 2000, notamment et qui, toutes, ont consacré la suprématie de la formation socialiste". Bakel a tout donné à Cheikh Cissokho et à ses compagnons". Cheikh Cissokho devait utiliser ce pouvoir pour bâtir sa région. Ayant été aux postes stratégiques du Sénégal, il avait une opportunité qu'aucun autre fils du département pour ne pas dire du Sénégal oriental ait jamais eue. Personne ne peut me contredire ?

Ce jeune technocrate a été happé depuis Paris par le président Senghor alors qu'il voulait exercer son métier en France. Ancien élève de l'école élémentaire IMDB, du Lycée Faidherbe de Saint Louis et de l'université Cheikh Anta Diop, Cheikh a terminé ses classes d'agronome aux écoles nationales supérieures d'agronomie de Grignon et de Paris avant de finir par un stage à la Compagnie générale d’organisation scientifique de Paris. Senghor l'amène dans ses valises et lui ouvre le marché de l'emploi Sénégalais. Après avoir affûté ses armes entre 1966 1978 dans les compagnies SODAICA (Société de Développement d’Aménagement et d’Irrigation de la Casamance) et de la SAED ( Société d’Aménagement et d’Exploitation des Terres du Delta et des Vallées du Fleuve Sénégal ), il remplit la fonction de Secretaire d'État aux eaux et forêts avant d'être Ministre de la Protection de la Nature en 1983 et Ministre du Développement rural et de l’Hydraulique en 1988. La consécration absolue arrive en 1993 où le PS le nomme au perchoir. Comme dit l'age " Aux âmes bien nées, la nature n'attend point le nombre des années".

Cheikh Cissokho pouvait voir le président de la république quand il le veut, où il veut, comment il veut. Il était en quelque sorte son oreille et sa bouche. Nul ne se tramait dans les couloirs de la présidence sans qu'il ne soit au courant. Le président de l'Assemblée Nationale est dans les secrets de Dieu d'un pays. Quand Diouf voyageait, Cheikh devenait le président de la république du Sénégal.
Qu'est-il arrivé à Cheikh pour ne pas profiter comme tous les autres hommes politiques pour panser les plaies de la population Bakéloise ?

Y a t-il un démon au carrefour de Bakel qui faisait oublier les doléances Bakéloises à Cheikh ?

Le fils du vétérinaire Feu Bambo Cissokho avait-il d'autres projets personnels plus urgents que les revendications urgentes de la population agonisante de Bakel ?

Les voix de Bambo Sakho et Dembo Dramé l’étourdissaient-ils au point de ne pas entendre les cris de misère Bakélois ? Est ce le Yela haalpuular qui lui faisait perdre sa tête ?



Il fallait être un aveugle ou un déficitaire mental pour ne pas s'apercevoir que Bakel manquait de tout. Dans tous les domaines, des choses urgentes étaient à réaliser. Dans le domaine de la Santé, Cheikh a infligé la plus grande honte de l'histoire à Bakel. Le district de Bakel, qui devait être le fleuron de la santé dans cette zone frontalière à cheval entre le Mali, la Mauritanie et le Sénégal, resta le grand malheur Bakélois. Si Cheikh avait pris la peine de doter le district de matériels fonctionnels et d'un bloc opératoire de dernière génération en faisant appel à un personnel qualifié, cet établissement sanitaire allait être une merveille au Sénégal. Des villes et des villages de trois Pays de l'Afrique occidentale seraient acquis à tout jamais. Aucun malade n'aurait pris la peine de faire 900 Kilomètres pour aller faire la moindre opération bénigne aux hôpitaux Aristide le Dantec, Fann et Principal de Dakar . Le district de Bakel se serait transformé en un grand hôpital sous régional où Soninkés, Bambaras, Maures, Wolofs et Peuls viendraient guérir leurs maux à quelques encablures de leurs villages, et cela avec des retombées financières conséquentes pour les petits commerçants et transporteurs. A défaut de cela, les Bakélois sont contraints maintenant de se ruer vers la ville voisine d'Ourossogui pour soigner le moindre mal de dent ou une cataracte. Ourossogui, qui avait des allures de gros village à l'aube d’accession du Sénégal à l'indépendance, supplante Bakel dans plusieurs domaines.

Au niveau des infrastructures, Cheikh aurait pu bâtir une ville moderne et galopante à l'image de ce que Idrissa Seck a fait de sa ville natale. Malgré tous les noms d'oiseaux que les Sénégalais puissent proférer à l'endroit du Maire de Thiès, force est de reconnaître qu’il n’a jamais failli à sa principale mission : faire de sa ville, un fleuron de l'économie Sénégalaise. Quiconque met les pieds à Thiès prendra plein dans la vue parce qu’Idrissa n'a pas englouti tout l'argent volé ou truandé dans ses seules entreprises personnelles.
Qui n'a pas entendu parler du problème d'eau et d'électricité à Bakel ? Avant que ce scandale énergétique ne devienne un problème national de nos jours, il a été avant tout et longtemps une épine dans les tendons bakélois. Nous avons eu nos " Sina Sidibé et Abdoulaye Yinghou " avant tout le Sénégal. Nous avons perdu notre frère Seydou Diattourou en 1997 dans des manifestations contre les coupures intempestives d'électricité et d'eau. " I di jatturu renmen kari seliŋen ma giri i xabaanun kanma" (On a tué l'enfant de Diattourou sans même que la poule sorte de sa couvaison). Cheikh et ses acolytes nous avaient promis de rendre justice. Qu'en est-il ? Sans jouer à l'avocat du diable, cette affaire a été étouffée depuis belle lurette. Ses parents n'ont toujours que leurs yeux pour pleurer. Sans vouloir m'opposer à la volonté divine, je me dis que Seydou aurait pu être aujourd'hui un grand mécanicien ou un menuisier de qualité pour venir en aide à ses parents. Mourir en soi n'est pas un scandale : " A Dieu nous appartenons et à Dieu nous retournerons " dit tout bon musulman. Ce qui est aberrant, c'est de mourir dans des conditions anormales et de voir le crime impuni. J'impute la mort de Seydou au régime socialiste comme les crimes de Sina Diatta (Kédougou) et Abdoulaye Yinghou (Ben Barack Dakar) sont au crédit des atrocités du pouvoir Wadiste. Cet événement devait sonner le glas de la révolte de Cheikh. Bakel avait besoin de lui et de son parti. A défaut de mettre notre assassin en prison à perpétuité, ils devaient répondre favorablement aux besoins urgents de la population du département de Bakel. L'eau devait normalement couler à flots. La lumière devait illuminer partout dans le département de Bakel. Des réalisations qui auraient pu honorer la mémoire de Seydou à jamais. Aujourd'hui, à Bakel, l'eau est aussi rare que le diamant libérien. Obtenir de l'eau potable est devenu la croix et la bannière dans le département. Il ne se passe pas un mois sans que les Bakélois ne se résignent à aller puiser l'eau au fleuve et aux puits. Les villageois, eux, sont plus que résignés sur leur sort. Si l'électricité est devenue plus que nécessaire pour le Sénégal, cela fait mathusalem qu'elle est considérée comme un luxe à Bakel. Vivre dans l’obscurité est devenu plus que normal dans la capitale du Gajaaga. Les congélateurs sont éteints. L'eau fraîche ne se trouve qu'au bureau du Préfet et du Maire. Les populations vivent sous une chaleur torride sans aucune goutte d'eau fraîche et de congélateurs pour conserver les produits au frais. Qu'en est-il de l'usine de glace qui embellissait le quartier HLM ? Son emplacement n'est aujourd'hui qu'un abri de chiens et de rats. Rien ne fonctionne à Bakel. Nous sommes revenus à l'âge de la pierre. Les bougies sont devenues les fidèles compagnons du Bakélois.

Sur le plan éducatif, le lycée Waoundé N'diaye qui devait devenir le porte étendard de l'éducation orientale n'est plus qu'un foutoir en décadence. Étroitesse, manque de professeurs et des matériels scolaires, retard numérique sont légion dans l'antre de Waounde N'diaye. Un lycée à été érigé derrière le district sanitaire de Bakel. Il n’est toujours pas fonctionnel. Il manque également des structures comme un laboratoire, une salle informatique, une salle de gymnastique...Les autres établissements du département Yaféra, Golmy, Diawara, Kidira manquent cruellement de moyens. Bakel, qui était une vitrine de cadres et d'intellectuels de renommée nationale, dont Cheikh Cissokho lui-même, n'est plus qu'un département où les élèves font des sacrifices pour sortir de la misère. Partir à l'université de Dakar et à Saint Louis constitue une grande évasion pour tout jeune du département de Bakel. A défaut d'une carrière exemplaire, ils auront au moins réussi à sortir de la vie infernale Bakéloise.

Plein d'autres domaines sont à l'agonie. Au niveau de l'emploi, le jeune bakélois n'est pas gâté. Il n’a que les trois choix : Aller à l'école, faire un métier manuel ou prendre la poudre d'escampette vers des horizons plus cléments. Cheikh pouvait mettre sur pied plusieurs micro-entreprises dans plusieurs domaines aussi différents les unes que les autres. Le fleuve Sénégal qui longe le département constitue un atout considérable pour l'agriculture Bakéloise. En tant qu'ingénieur agronome, il devait faire la révolution verte avant même le vieux fou (Wade). Cheikh a occupé le poste de Directeur général de la SAED, le poste de ministre du développement rural et de l'hydraulique sans compter d'autres postes d'expert international dans l'agriculture. Il aurait pu être notre "Cheikh Amar" départemental (PDG de TSE et TRE, fleuron de l'agriculture au Sénégal). Il avait les compétences et les moyens. Ingénieur agronome qualifié, il pouvait créer une multitude de productions agricoles et de transformations de produits locaux. Gaoussou Bambo pouvait faire de Bakel la "grande muraille verte " . Au nom de " Goundéni " et de » Gansambilaxe », par les profondeurs du " Balla Koumé " et la générosité du " Lothiandi " et du " Bassam ", seul Cheikh Abdoul Kadre Cissokho pouvait changer radicalement le visage de Bakel. On lui a fait confiance. On lui a donné notre âme et notre richesse électorale (Carte électeur), et cela pendant plus de trois décennies, mais Cheikh et sa cour de "rapaces" ont changé négativement la vie de toute une génération. Bakel reste délabré et croule sous la misère et la promiscuité.

Mars 2009, l'espoir naquit avec l'accession d’Aminata Diallo à la magistrature suprême Bakéloise. Une doctoresse en médecine en manque de légitimité nationale. Trois mois de carrière ministérielle. Dans ce foutoir qu'est devenu le PDS, les plus puissants n'arrivent même plus à sortir la tête de l'eau. Qu'en sera t-il des maillons faibles ? Je ne condamne pas Mme Diallo à l'échec, mais elle est plus en pente descendante qu'ascendante. Un bon maire doit avoir d'abord un poids national pour faire passer ses idées et ses projets. Sur l'échiquier politique national, les Bakélois ne pèsent pas le poids d’un atome. Les responsables du parti démocratique sénégalais du département Hamidou Diaye Koita de Diawara, Mamadou Djiby Diallo de Kidira, Aminata Diallo et Tahirou Diakhité ne peuvent faire bouger d'un iota la situation actuelle de Bakel. La plaie est si profonde qu'elle a commencée à ronger les points vitaux du département. Bakel est un malade condamné. Nos médecins sont nos politiciens et ils n'ont aucun remède à nos maux. Ce n'est pas un don de quelques moulins à mil qui vont redorer le blason du département. Ce n'est pas en disant que je suis en contact avec tel ou tel ministre de la république que les problèmes de Bakel seront résolus. La Maire de Bakel, Aminata Diallo n'est qu'une pâle copie des Maires socialistes précédents. Comme Ousmane Thiama N'diaye et Abdoul Aziz Tandia, elle réside à Dakar et est complètement déconnectée des réalités Bakéloises. Ce que nous avons combattu par le passé, nous le revivons présentement. L'Édile de Bakel a montré ses limites. L'adjoint du maire Monsieur Sall est également un homme invisible. Il est à l'image de son mentor. Bakel est mort depuis longtemps. Cheikh l'a tué. Seul son cadavre déambule entre les mains du régime actuel. Le régime socialiste a pris l'âme de Bakel, cela depuis le temps d'Abdou N'diaye. Notre département a raté la plus belle occasion du match face au gouvernement Sénégalais. Aminata Diallo et sa bande ne sont là que pour amuser la galerie. Cheikh Cissokho, l'homme qui a trahi son peuple qui l'aimait tant.

Samba KOITA dit EYO pour www.bakelinfo.com
(Plus d'informations demain sur leral .net)




1.Posté par karim opposant le 24/08/2010 00:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tres touchant!!!
prenez le temps de lire cette article lond mais plein d enseignements sur le sort de nos concitoiyen!!
vraiment j en ai les larmes aux yeux
monsieur dites just aux bakelois de preparer 2012 et d elire des hommes et femmes responsable!!
qu allah vous vienne en aide
ooooooooh mon pays

2.Posté par Jambur le 24/08/2010 00:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Temoignage emouvant. Je suis desole pour Bakel, mais mon cher bled du Ndiambour n'est pas mieux loti. J'ai meme l'impression que nous avons recule de 30ans a Louga.
Dommage. Mais c'est le Senegal qui est gravement malade. Il y'a urgence!
Du courage!

3.Posté par fath le 24/08/2010 02:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher compatriote, je peux pas beaucoup faire, mais permettez-moi au moins de compatir à cette douleur qui est aussi mienne.

Qu´allah le Miséricordieux nous assiste.

4.Posté par Makha le 24/08/2010 04:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Article rempli de fautes. Trop long. Tendancieux meme si j'aime le rappel historique.

5.Posté par Sénégélais le 24/08/2010 04:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SAMBA ta"tartine est véridique pathétique triste émouvante et surtout HISTORIQUE. Avec deux citations seulement,je pointe et m'arrete: 1)"... le dos du sooninké ploie plus facilement pour porter un étranger plutot que son propre fils pour le mettre à califourchon." 2) " BAKEL SOUS LES CENDRES DE l'oubli ".par celui qui porte le nom de l'ex école régionale de notre chère commune;ècole qui, naguère, accueuillit feu Dr Lamine Coura GUEYE.

6.Posté par Balla le 24/08/2010 07:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est des citoyens qui méritent leur citoyenneté. Mon frère EYO en est un. Son papier est juste et objectif. C'est une manière de marquer l'histoire. Notre sort, nous africains, c'est nous même qui en sommes responsables. Autant ces individus cités ont une part de responsabilité, autant nous qui les élisons en avons les nôtres.
Nous sommes dans une ère de travail, de développement malheureusement le train de l'émergence n'est en panne que chez nous.

7.Posté par tiély le 24/08/2010 08:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il a toujours sorti les gros moyens qui étaient à sa disposition pour le département mais ces seconds à l'image de O T N ont toujours distribué l'argent aux chanteur de yélla et à vos parents car c'est cela la politique sénégalaise.
vous le savez trés bien.
les mouvements tout va mal à bakel étaient dirigé contre qui !!!
SON PRINCIPAL ERREUR S'EST SON CHOIX SUR LA PERSONNE QUI EN A FAIT SON ENNEMI AUJOURDHUI ET A QUI PAR LA GRACE DE DIEU LUI DOIT TOUT AVEC SA FAMILLE

8.Posté par sada le 24/08/2010 10:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salut
c vraiment triste pour Bakel. Seulement j'ai envie de faire du copie - coller pour ma ville NIORO DU RIP. qui souffre le meme maux ou pire que bakel.

Preparons 2012 les gars.

9.Posté par Bakélois le 24/08/2010 13:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

Cet article est plein d'enseignements. Ce frère a bien pointé du doigt les malheurs de Bakel. Cet article ressort mon amertune. Bakel devait gagner beaucoup de choses sur tous les plans avec Cheikh Cissokho, mais hélàs. Ce fut une perte énorme.
Dans cette entreprise de destruction massive, Ousmane N'diaye ( Maire de Bakel a plusieurs reprises ) en est aussi un artisan à part entière. Il était la voix de Cheikh à Bakel.

Il nous ont mis dans la merde et vivent désormais en pacha... Dieu les voit. C'est clair également qu'avec le regime actuel ( Aminata Diallo et autres ), Bakel ne peut décoller. Ils sont limités dans le domaine de la compétence.

10.Posté par kgb le 24/08/2010 14:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le drame de Bakel c'est d'être "socialiste". Tant que cela reste vrai, le pouvoir "PDS" ne fera aucun effort pour la région et la situation sera de pire en pire.

11.Posté par alou le 24/08/2010 14:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vraiment Monsieur ca se voit que que tu connais rien de Bakel, tu es de la nouvelle Génération.d'abort c'est pas Senghor qui a fait venir Cheikh de la France, il est venu de lui même pour travailler pour son pays, Senghor l'a déhiché la SAED car il était brillant. c'est lui qui a étendu la SAED à Bakel et jusqu'à la falémé, avant la SAED se limité dans les terres du delta, c'est avec lui que la SAED est devenu société de d'aménagment et d'exploitatation des Terres du Delta et de la falémé. Cheikh à doter bakel de pojet de boisement villageois où plusieurs jeunes de bakel travaillait. ce projet avait pour but de regener le couvert végétal et de stoper l'avancé du désert, c'est cheikh qui a financé le projet des jeunes de Bakel pour l'agriculture du riz à Faloboula, c'est lui également qui a monté les fédérations des payans de Bakel en les dotant de maztériel agricoles (tracteur,ect.;) sur le plan culturel il est l'initiateur des journées culturels de Bakel, ces journées ont fait connaitre Bakel à travers le monde entier. Il a sorti bakel de l'enclavement avec le butumage des roures tamba bakel Ourossogui. et j'en passe. pendant que Cheikh était là entrain de trravailler pour sa localité oû étaient les autres cadres de Bakel , ils la coulaient dousse à Dakar sans se soucuer de leur terroir. Lui combien de fois à t-il évacuer des malades, et des corps. combien de fois a t'il donner la dépenses, les aides à nos parents

Ecoutez Monsieur il faut rendre à César qui appatien à césar. Les jeunes de Bakel n'aiment pas travailler disons le. Pourquoi toi tu ne descents pas à Bakel pur le réveil des consciences faire de spropositions concrêtes pour les Bakelois.



12.Posté par saloum saloum le 24/08/2010 14:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sincerement cette article dois etre publier partout au sénégal ,pour permettre aux politiciens de bien travailler dans leur bases ou leur localité .

mais je cite un homme en exemplaire qui est devenu peuvre a cause de la politique cette personne n'est d'autre que el hadji malick gueye lui tout ses milliard il l'a donné aux population de latmingué et environ ,je veux dire que demain l'histoire retiendra que c'est la seul personne qui pouvait aujourdhui avoir des immeubles et biens partout a dakar mais cet homme a prefere soutenir les necéssiteux tout ce quil possedev ,il le donne aux gens,dans sa region il est seul politicien le plus accessible et plus généreux ,lui soutien sans calcul ,de grande réalisation portent son nom forage ,routes ,mosqué ,mariage ,bamptemes ,
si le pouvoir ne reconnait pas dieux est reconnaoissant milk du courage bou kaadi

13.Posté par LE VELINGAROIS le 24/08/2010 14:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eh wiiiiiiiiiiiii ce témoignage sur la ville de BAKEL est à la fois triste et poignant pour une contrée dont les dirigeant ont été au coeur du pouvoir mais Hélas en voulant trop se servir on n'oublie ceux grace à qui nous sommes arrivés au sommet de l'Etat.
Moi je dirais que ce témoignage pathétique de la ville de BAKEL, est aussi valable pour le département de Vélingara!!!!
Voici un département qui a été de toutes les batailles du parti socialiste mais jamais les populations de ce département n'ont été récompensées mais plutot oubliées et confinées a etre toujrs un bétail electoral taillable et corbeable à merci!!!
Aujourdhui ce département ou le PDS a remporté haut la main les dernieres elections locations, ce département de vélingara se dresse avec une face vraiment ideuse du à un manque criard d'infrastructures, routes, hopital, garage j'en passe !!!
aujourdhui les populations de ces villes oubliées doivent sonner la révolte et arreter d'etre le dindon de la farce

14.Posté par kille le 24/08/2010 16:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tant que le senegalais prendra la politique en termes affectifs,les politiciens ne feront rien??? car ils sont tous fils de ??? Ce brave type vient glaner des sous ici au conseil general de l'isere a grenoble et c'est dilapider dans les colloques a saly et les locations de 4x4...
ne pleurez pas sur le destin de bakel,on a la femme et le fils qu'on merite.....

15.Posté par picso le 24/08/2010 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Beaucoup de promesses pré electorale pou'r accoucher du néant. C'est le peuple ou le systéme ? je siais plus. Ce qui est sur c'est que la méme situation ou même pire est vécue partout dans le pays. Des maires et responsables locaux fantômes aprés une élection. Et le bateau de revendication est toujours rempli, santé, éducation, sécurité ,économie , j'en passe. Toujours est 'il que le choix fait défaut et les conséquences sont terribles . Des élus locaux qui gitent pas dans leur localité doit cesser.
Mais les responsables actuel de Bakel devrait crier plus fort que les autres. Du fait que leur ville est trop éloignée des centres de décision et enclavée . Pour ceux qui y ont jamais été Bakel se situe aprés le fouta a partir du nord et aprés Tamba pour le SUD. Tout est à faire.

16.Posté par xalaas le 24/08/2010 17:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher Samba, il faut comprendre que Diouff, ne pouvait pas trouver des miliards, comme Wade. Allez voir à Louga où Douff, était originaire, c'est comme un village.Votre article justifie l'echec du regime socaliste.

17.Posté par papo le 24/08/2010 18:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je vois que celui qui a écrit cet article croit que l'histoire commence avec cheikh cissokho. Il faut savoir que le premier responsable de Bakel qui a été ministre, député maire de bakel pendant 25 ans, c'est à dire abdoul ndiaye est quelqu'un qui a débrousaillé bakel fait les pistes et les routes qui s'y trouvent et cela du temps de senghor. A ce moment bakel était respecté. C'est en 1978 que cheikh cissokho a commencé à bakel. Il a eu ce qu'il a eu grâce à abdoul ndiaye qui l'a introduit dans le milieu politique. C'est abdoul ndiaye que cheikh a trahi le premier. Maintenant parler de bakel sans abdoul ndiaye c'est comme parler du sénégal sans senghor. Ensuite bakel a trahi abdoul ndiaye car depuis son décès en 2007 personne n'a daigné pensé à lui dédier une rue ou une école. Alors que les soi disant cadre dont vous faites allusion on eu ce qu'ils revendiquent aujourd' hui grâce à abdoul ndiaye le seul homme politique patriote de bakel. L'article n'est pas si mauvais mais l'histoire de bakel c'est d'abord abdoul ndiaye avant personne. Un peu de reconnaissance au moins. S'il n'y a rien, comme vous dites, sachez que ce qu'il y a c'est abdoul ndiaye qui l'a fait. L'histoire ne commence pas en 1978

18.Posté par Auteur le 25/08/2010 07:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam,

Je ne sais pas si je viens me jetter en patûre ou pas mais vu vos réactions, je me dois de venir discuter avec certains d'entre vous.
Tout d'abord, je m'excuse de la longueur du texte et les quelques erreurs qui se sont glisser à tord ou à raison dans le texte.

Je vous remercie de vos réactions qui m'ont également émues. Je devine bien que le mal dont souffre le département de Bakel doit être le cas de certaines villes du Sénégal qui ont également eues des opporunités considerables ( Louga, Vellingara, Nioro ...). Le cas de Bakel m'a interpellé parce que cela me ronge au plus profond. Je dois préciser que je ne fais pas de politique. Je ne l'ai jamais fait et je ne milite pour aucun homme politique ni aucun parti de notre département. Ce qui me désole surtout c'est l'éat de Bakel après tant d'opportunités que l'histoire nous a offerte.

Allou, certes Cheikh a pu faire quelque chose pour Bakel : " Assurer le riz et la viande pendant ses meetings " ou aussi " Envahir les maisons de corbeilles de Poissons Yaye Boye. Le "Foloboula" dont tu parles n'est qu'un tas de ruine de nos jours. D'ailleurs, les differentes actions que Cheikh a pu faire dans notre département ont été toutes au bénéfice de ces partisans. Tu parles de la SAED, as-tu mis les pieds à la Saed de Bakel ? Cette structure n'a jamais fonctionné comme il fallait. Les eaux et forêts dont tu fais allusion est également une structure qui n'a été implanté que pour les ambitions de Cheikh. Jeune, j'ai participé à des campagnes de reboisement. J'ai mis plusieurs fois les pieds dans ce service. Chaque quartier avait son secteur. Les campagnes de reboisement n'étaient que des moyens parmi tant d'autres de endormir la population. Chaque campagne était un rendez-vous entre partisans de Cheikh qui faisaient ce que bon leur semble. A chaque campagne, on inondait Bakel de pots de sardines, de Corn Beef, de riz, de mil afin de mobiliser la population. Un bon moyen certes pour faire sortir la population. Hélàs, tous ces aliments étaient détournés par son camp et ne bénéficiaient nullement à la population Bakéloise. Cheikh avait fait de Bakel une foire où les populations miséreuses se battaient pour ses faveurs.

A chaque election, il venait avec son lieutenant Ousmane N'diaye pour berner encore davantage la population : visite de courtoisie, Glissement de billets de banque, dons de riz, Maïs... Combien de fois, j'ai vu la voiture de Cheikh Cissokho devant la grande mosquée de Bakel pendant les élections. Il venait amadouer les marabouts, les notables...pour un seul objectif rester au pouvoir à Bakel. Comme l'a souligné Balla, la population Bakéloise est également fautive. Chaque descente de Cheikh a Bakel, c'est des millions qui s'envolaient dans l'air au détriment des réalisations dans le domaine sanitaire, agricole, industrielle et sociale. Des cars Senecartours pour ces larbins, des cars locaux pour ses militants de tout bord, des 4x4 à n'en plus finir remplissaient le décor Bakélois. Il distribuait des tee shirts en son effigie dans tous les quartiers. Dieu m'a par sa grâce épargné de son cirque. Alhamdoulilahi, je n'ai pas jamais porter ses tee shirts et casquettes sataniques. Il distribuait ses posters dans tous les quartiers en glissant des billets de banque. Malheureusement, la population Bakéloise n'a rien vu venir. D'ailleurs, pas mal de résidents Dakarois venaient voter pour Cheikh à Bakel. Ils remplissaient des cars de Dakarois de tout bord pour venir gonfler ses statistiques electorales. Cheikh a pratiqué la politique du carte d'electeur contre le CFA au lieu de promouvoir la politique carte d'electeur contre les réalisations concrètes. Il nous a berné et maintenant nous payons les pots cassés.

Je suis d'accord avec THIELY qu'Ousmane N'diaye a été également grand acteur de cette mascarade politicienne. Un maire fantôme qui ronflait à la Sicap Liberté pendant que les populations souffraient. Walaye par mon jeûne, si les populations du département n'avaient pas de digne fils en Europe, USA, Afrique Centrale, nous aurions fait des émeutes sanglantes de la faim avant tout le Sénégal. Dieu merci par la grâce divine. Nous avons toujours bénéficié des retombées de l'émigration. Certes, cette émigration est l'une des causes de notre perte mais au moins, elle est devenue un mal necessaire. Nous avons par pur hasard compris avant tout le Sénégal que notre succès est dans " Tuuki " ( Voyager ) lol. Voyager nous a permis d'amortir les affres de la politique merdique de Cheikh et compagnie. Le Soninké, Peul de Bakel a commencé a voyagé depuis l'aube des années 1900.

Papo, tu as bien fait de souligner Abdou N'diaye. Pour être franc, je ne connais pas très bien cet homme. Tout ce que je sais c'est qu'il était puissant et faisait également la même politique. Mais Abdou N'diaye n'a jamais occupés des postes stratégiques comme Cheikh. Abdou N'diaye est de la génération Senghorienne. Je suis curieux de connaître les réalisation d'Abdou N'diaye. A Bakel, je ne peux te citer une seule réalisation encore existante de la politique Abdou N'diaye. Il était également un fan de griots. D'ailleurs le chanteur Djiby Dramé ne rate pas une occasion de le chanter. S'il a fait quelque chose à Bakel, c'est vraiment insignifiant parce que nous n'avons rien hérité de lui. Je suis curieux de savoir... Peut-être c'est l'argent destiné à la population Bakéloise qui a permise de créer la 2STV. Je m'arrête là, à vous de faire la parralèle entre Abdou N'diaye et le patron de la 2STV. Je ne vais pas faire de révélation qui me couterai un séjour à REBEUS à mon prochain voyage au Sénégal. PAPO, ces hommes politiques ont monayé notre devenir contre leur enrichissement personnel.

Allou, tu m'as invité à aller éveiller les consciences Bakéloises. Bonne proposition. Mais ne t'inquiètes pas. J'essaie de faire ce que je peux pour le département de Bakel. Je suis dans l'action pas dans l'inaction. Je me devais d'éclairer la lanterne de ma génération sur les ratés de l'histoire : Abdou N'diaye, Cheikh Cissokho, Ousmane N'diaye, Abdoulaye Bathily, Aminata Diallo.
.

Concernant notre rimbabelle de cadres à Dakar, je dirai juste que ce sont des compléxés de l'histoire. Ils ont échoué parce que la vie ne se limite pas qu'à son confort personnel. S'ills vivent en Pacha à Dakar, leurs familles triment à Bakel parce que là-bas nous sommes dans la même merde. Ils sont également des ratés de l'histoire.

Bonne lecture chers concitoyens. Samba

19.Posté par papo le 25/08/2010 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cher auteur
j'ai lu votre réaction et je pense que vous avez au moins été honnête pour dire que vous ne connaissez pas abdoul ndiaye. Sans parti pris aucun, je suis de bakel et je vous assure que ce que bakel a eu comme notoriété c'est grâce à abdoul ndiaye. Il a été ministre sous senghor ensuite vice president et questeur à l'assemblée nationale. Vous savez s'il voulait s'enrichir il l'aurait fait depuis longtemps comme les cheikh ou les alternoceurs actuels. Le problème c'est que les gens confondent l'histoire du sénégal avec la période DIOUF ou il y a eu beaucoup d'abus qui continue avec wade. Il faut vous rapprocher des vieux pour mieux connaitre la période senghor ou personne ne pensait a s'enrichir car c'est cette génération qui a crée la base du sénégal actuel. A bakel abdoul ndiaye a crée la route bakel kidira, le camp de gendarmerie, l'aeroport, la place de l'indépendance... Seulement à cette époque au début de l'indépendance le gouvernement devait gérer la transition et construire les hopitaux dans chaque région, les centres de sante et les différents quartiers actuels ou vous vivez ainsi que vos familles. Je peux vous assurer qu'aucun homme politique de la génération senghor ne s'est enrichi sous senghor car à commencer par senghor c'était des patriotes qui voulaient surtout montrer qu'ils pouvaient remplacer les colons. Il faut que la génération actuelle revisite l'histoire. En tout cas je ne pourrais jamais accepter que quelqu'un critique un ancien de la génération senghor car on leur doit tout. Le problème c'est que DIOUF et sa clique ont trahi cette génération senghor et les gens parlent du PS en globalisant. Même si je suis contre wade, je remarque qu'il ne mélange jamais diouf et senghor. Demandez à wade qui connait bien abdoul ndiaye pour vous dire son intégrité. C'est pourquoi vous ne le connaissez pas. Concernant la 2stv, ca appartient au beau fils de abdoul ndiaye qui a crée son entreprise tout seul. Et a ce moment abdoul ndiaye n'était plus dans les affaires depuis au moins30ans. Concernant les cadres de bakel, c'est grâce a abdoul ndiaye qu'ils le sont devenus. Dans les années 60 et 70 il les faisait venir à dakar pour poursuivre des études supérieures et il les accueillait chez lui. Tout ca pour que aujourd'hui bakel puisse avoir des responsables nationaux. Demandez qui a construit les écoles à bakel?
Abdoul ndiaye a surtout mis en place les bases avec les écoles et les routes pour penser aux générations à venir
bonne lecture

20.Posté par Auteur le 25/08/2010 13:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Papo,

Je vois que le vieux Abdou N'diaye a un avocat posthume lol. Papo, comme je l'avait dit, pour être honnête. Je ne connais pas très bien Abdou N'diaye. Nous ne connaissons que quelques bribes de son histoire. S'il s'avère qu'il a fait toutes ses réalisations, comment son histoire a pu être aussi occultée pour les générations futures ? Cela me turlupine. Je suis d'accord que la génération Senghor, malgré tout, a plus de mérite que la génération actuelle de " rapaces ". J'ai surtout connu la période Cheikh à Bakel d'où le postulat de mon article.
Concernant nos cadres, je pense qu'ils ont été malhonnêtes. L'histoire retiendra. Ils ont jamais pensé à la génération future.

Par ailleurs, j'aimerai correspondre avec toi car tu en sais des choses sur Bakel apparemment. Et tout ce qui touche Bakel m'interesse. Tu peux m'envoyer un mail via cette adresse webamster@bakelinfo.com.

21.Posté par Auteur le 25/08/2010 13:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Papo, je voulais dire l'adresse webmaster@bakelinfo.com

22.Posté par Serigne Bass le 28/08/2010 15:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Certe il y a du vrai dans ces propos, mais nous n'avons pas de leçon à apprendre de ces caïmans qui ont mis à genou notre pays.
Je me rappelle de Abdou criquet Cissoko et des mic-macs qu'il faisait dans sa politique à l'époque. Sont pires que Wade et le Diable avec sa queue.
J'ai dis!!!

23.Posté par Niasse Goumbé le 30/08/2010 13:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce papier est tellement bien que ce que vous relatez ,est à l'image des socialistes ,ceux qui veulent briguer le suffrage des sénégalais.Ce qui me retient dans ta thése,c'est que nous avons quelque chose que nous gardons en nous,qui nous appartient ,et qui est une richesse nationale pour nous ,notre "carte électorale".De grâce,celui qui est là,qui viendra demain ou aprés demain,le sera pour lui et sa famille et son entourage. Le bon choix sera nous et exclusivement nous.Ne nous laissons pas abuser et ayons la claire conscience que les choses ne bougeront que si nous serons en phase avec nos choix.C'est vrai qu'il existe des infrastructures de dernière génération ,mais c'est pas suffisant.Tout doit être revu et corrigé.Ayons confiance en Dieu et sollicitons-Le dans nos prières.Si nous LUI faisons confiance,IL nous aménera le messie qui nous sauvera.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site
Titre de votre page Titre de votre page