leral.net | S'informer en temps réel

Deux camps de la mouvance présidentielle s’entre-déchirent a Thiès Nord: «Thiès debout» et Bby au bord de l’escalade

La tension est en train de monter à la commune de Thiès Nord, où deux camps de la grande majorité présidentielle s’entre-déchirent. Il s’agit du mouvement «Thiès debout» composé de responsables opposés à l’avènement du «mburook soow» et de la coalition Benno Bokk Yakaar. Ils sont aujourd’hui au bord de l’escalade, après la confrontation intervenue dans la nuit du mercredi au jeudi.


Rédigé par leral.net le Samedi 15 Janvier 2022 à 09:56 | | 0 commentaire(s)|

Après 5 jours de campagne électorale en vue des élections locales du 23 janvier 2022, la tension est en train de monter à la commune de Thiès Nord, où deux camps de la grande majorité présidentielle risquent de s’expliquer en justice, si l’on n’y prend garde. Il s’agit du mouvement « Thiès debout », composé essentiellement de responsables de l’Alliance Pour la République (Apr) dont la particularité est de porter le combat contre le «mburook soow» et la coalition Benno Bokk Yakaar, qui bat campagne derrière le candidat Lamine Diallo de Rewmi. La tension est tellement vive que les ingrédients d’un risque de s’expliquer devant la justice, se réunissent de plus en plus

Ainsi, indique "L'As", après la guerre des affiches, la violence physique s’installe petit à petit. L’illustration en est donnée par les incidents intervenus dans la nuit du mercredi au jeudi et qui ont fait quelques dégâts matériels. Comme la coalition Benno Bokk Yakaar qui sillonne les quartiers de la commune pour appeler à la reconduction du maire Lamine Diallo, le mouvement « Thiès debout » s’est aussi doté d’une caravane à travers les rues, pour demander aux électeurs d’ouvrir les yeux et de tourner le dos à la liste Bby, composée de « gens téléchargés, de robots avec des télécommandes qui n’ont aucun respect, aucune piété, aucune considération et disponibilité à l’endroit de la population, des femmes mais surtout des jeunes ».

En ce qui concerne les incidents, Bassirou Sall, un des responsables de Thiès debout, dit que comme d’habitude, le mouvement « Thiès debout » était en caravane et après Keur Mame El Hadji et Keur Cheikh, il était en route pour Médina Fall quand son cortège a été attaqué, violenté. Il y a eu des blessés et des dégâts matériels, avec des véhicules caillassés. Selon lui, un huissier a été commis pour constater tous les dégâts et le mouvement se réserve le droit d’ester en justice. Bassirou Sall accuse nommément Seynabou Ndiéguène de l’Apr et tête de liste proportionnelle, comme l’instigatrice principale de ces violences, parce que, dit-il, « ces responsables de Bby sont conscients d’avoir déjà perdu la bataille ».

Toutes nos tentatives pour joindre Seynabou Ndiéguène ont été vaines. Le mouvement « Thiès debout » a été porté sur les fonts baptismaux après l’investiture de responsables de Rewmi au niveau des 3 communes et à la ville, suite aux retrouvailles entre le Président Macky Sall et Idrissa Seck. Pourfendeur du « mburook soow », il avait pris la décision de combattre la liste de Benno Bokk Yakaar et avait très tôt promis d’investir le terrain nuit et jour, à l’occasion de cette campagne électorale, pour dénoncer la reconduction du maire sortant. Le mouvement prône l’émergence d’une nouvelle conscience citoyenne « pour favoriser des choix non contraignants et très objectifs, quand il s’agit par exemple, de déterminer ceux ou celles qui auront en charge de conduire la gouvernance locale ».

Bassirou Sall, chargé de la communication, disait: « Ces responsables ne sont mus que par leurs propres intérêts. Ainsi, quand vient l’heure de la raison, de la lucidité politique et du sens des responsabilités, nous devons faire face et être debout avant que l’irréparable ne se produise et que les destinés de cette ville ne soient pas mises à terre».

« Il n’est plus question pour nous de cautionner le schéma insultant de la médiocrité et de la honte », avait-il martelé, avant d’affirmer que le réveil sera brutal pour ceux qui pensent que les dés sont déjà jetés et que la population a abdiqué. «Thiès ne sera plus à la merci de ces politiciens véreux, qui font de la mauvaise gestion leur jeu favori », avait-il conclu, en lançant la croisade contre la coalition Bby.

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page