leral.net | S'informer en temps réel

Diagnostic des maux du Pds : le remède cheval de Taxawu Sopi

Les animateurs du courant «Taxawu Sopi» ont fait un diagnostic sans complaisance de la situation du Pds suite à leur journée de réflexion du 12 août dernier. Pour eux, la victoire de leur parti passe nécessairement par un aggiornamento sur le plan politique, social et économique.
Par Daouda GBAYA


Rédigé par leral.net le Lundi 7 Décembre 2009 à 13:40 | | 1 commentaire(s)|

Diagnostic des maux du Pds : le remède cheval de Taxawu Sopi
Leur journée d’étude du 12 août dernier, qui s’était tenue à l’Endss, a été l’occasion pour les animateurs du courant Taxawu Sopi de jeter un regard critique sur la situation de leur parti. Sous le thème : Quel parti libéral pour l’horizon 2012, Khalifa Faye et ses «frères» en ont fait la synthèse, assortie de recommandations. Au plan interne, les animateurs de Taxawu Sopi pensent que le Programme fondamental du Parti démocratique sénégalais (Pds), qui a servi de repère dans l’analyse, bien que très ancien, comporte ces deux aspects. «Il décrit la politique économique, industrielle que le Pds comptait mener pour faire du Sénégal un pays émergent, où toutes les inégalités qui ne seraient pas fondées sur le travail seraient combattues ; mais aussi où le façonnement d’un Sénégalais nouveau serait réalisé, pour mieux incarner le changement dans la conduite des institutions.» Ce qui est loin d’être le cas. M. Faye et ses «frères» en veulent pour preuves le «manque d’emprise du pouvoir libéral, sur le corps social national ; ce qui, de facto, a transformé la démocratie sénégalaise en un espace permanent d’agitations et d’indiscipline (et) l’absence du Pds au débat national et de la bataille d’opinions, du fait de l’inexistence de politique de communication préalablement définie, structurée et bien séquencée».
Pour les animateurs de ce courant, «tout le rayonnement du Pds est bâti sur le charisme de son leader ; ce qui expose de façon inconsidérée le Secrétaire général national». Alors que le Pds parle de «massification», ils estiment qu’il faudrait résoudre certains problèmes : «Manque de discernement dans l’accueil de transhumants» du fait de «l’absence de critères précis d’adhésion applicables aux anciens responsables socialistes et autres adversaires du Pds et de son leader ; effritement de l’encadrement des militants à la base…» Il y a également «la désorganisation du parti à tous les échelons», consécutive à la césure entre le sommet et la base. Pour eux, «le centre de gravité du parti s’est déplacé des sections et des fédérations vers les ministères et les bureaux des collectivités locales qui sont occupés, pour l’essentiel, par des personnes nouvellement arrivées au Pds, qui contrôlent les instances de base, en dehors du parti» censé l’être. Conséquence : «Le pouvoir libéral gouverne sans le Pds véritablement» entraînant «ainsi, la démobilisation généralisée dans les rangs du parti».
M. Faye et ses «frères» constatent qu’«aujourd’hui, le Pds est en train de reproduire certaines des tares ayant conduit le Parti socialiste à la défaite en 2000». Ces tares ont trait, entre autres, à la remise en cause du système de fonctionnement du parti, à l’insatisfaction de figures emblématiques contraintes souvent de quitter les rangs du parti.
En revanche, les «courantistes» décernent un satisfecit au «bilan matériel» du régime de l’Alternance. Ils citent les infrastructures (le nouveau visage de Dakar), la Case des tout-petits, l’attribution systématique de bourses aux étudiants à partir de la 2e année, la promotion de la Femme, les nouvelles universités et les Centres universitaires régionaux (Cur), le plan Sésame, la densification de la carte scolaire et de la carte sanitaire.

RECOMMANDATIONS
Ce «bilan matériel» suffira-t-il pour assurer la victoire du Pds aux joutes électorales de 2012 ? «Non !», semblent dire les «courantistes».
Au plan politique, ayant constaté que le Pds ne dispose au maximum pour se refonder ou se restructurer que de 16 mois, ils pensent que si sa refondation ou la réforme de ses statuts doit s’opérer, que les deux premiers alinéas de l’article 32 soient rigoureusement appliqués. Selon eux, «il serait hasardeux dans ce domaine, de convoquer par exemple un Bureau politique et de vouloir le transformer en congrès», comme c’est habituellement le cas. En effet, «les contraintes de délais vont dans le sens d’une réorganisation de l’administration du parti et l’instauration d’un débat objectif, lucide et responsable, sur les orientations du parti». Cette réflexion doit porter, pour Taxawu Sopi, sur les hommes, les structures, le programme et la doctrine. Ce travail appelle, de la part du Secrétaire général national, la volonté de commettre une équipe pour prendre en charge l’administration du parti dont la mission de coordonner le travail de commissions chargées de réfléchir sur les divers aspects sus évoqués. Bref, «elle sera un relai entre le sommet et la base ; elle rendra hebdomadairement compte au Secrétaire général national du niveau d’avancement des travaux ; elle définira une bonne politique de communication pour le Pds». L’équipe organisera un large débat sur le projet de réforme du Pds, porté par le sommet, mais qui doit être validé par la base.
L’administration du parti, à partir des contributions émanant des fédérations, des jeunes, des femmes, des anciens et des cadres, formulera des solutions susceptibles de prendre en compte les frustrés, les laissés pour compte, sans pour autant liquider systématiquement des responsables actuellement en pôle position… Cela permettra, d’après eux, de procéder aux renouvellements des instances du Pds par consensus.
Au plan économique, les «Courantistes» pensent que «personne ne peut nier les réalisations du pouvoir libéral, qui a fait du Sénégal d’aujourd’hui un leader dans la sous-région ouest africaine». Seulement, expliquent-ils, «il s’agit surtout de recadrer l’action économique afin de mieux répondre à l’aspiration des Sénégalais à une vie moins astreignante». Ils décernent un satisfecit au «bilan matériel» du régime de l’Alternance (lire ci-dessus).
Au plan social, Taxawu Sopi invite «tous les responsables du parti à adopter un comportement plus discret et moins arrogant, vis-à-vis des militants et des Sénégalais tout court». Il appelle à «sanctionner dé-sormais tout responsable qui pose des actes susceptibles de donner une image négative du parti et de ses dirigeants…». Il faudrait «éviter autant que possible, d’envoyer certaines personnes dont l’image ne passe plus auprès de l’opinion pour défendre ou expliquer les positions du parti». Autant d’«actes forts» qui peuvent aller «dans le sens de faire comprendre aux Sénégalais que leurs préoccupations sont comprises».

dgbaya@lequotidien.snCet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir



1.Posté par poussy cate le 07/12/2009 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

1.Posté par Jack le 07/12/2009 16:21
et sa villa à Versailles que wade a fait retapée et embellir La vérité sur le Patrimoine de Abdoulaye WADE et de sa Famille en 2008

1° - Une Villa au Point E, agrandie par le rachat de la villa voisine. Valeur estimée après transformation toujours en cours : 1 milliard
2° - Un terrain de 5000 m2 à Yoff Layenne. Valeur estimée : 750 millions
3° - Quatre terrains de 10.000 m2 aux Almadies. Valeur estimée : 8 milliards
4° - 60 terrains de 500 m2 sur la VDN à hauteur de la Cité Gorgui. Valeur estimée : 6 milliards
5° - 5 Immeubles de 6 étages contenant 4 appartements par étage. Valeur estimée : 7 milliards
6° - 10 terrains de 200 m2 dans le domaine du Cices. Valeur estimée : 400 millions
7° - 30 Hectares de terrain dans aux alentours de l'aéroport. Valeur estimée 60 milliards
8° - Un terrain bientôt rasé de 3 hectares dans Dakar Centre Ville. Valeur estimée : 30 milliards
9° - Un immeuble de 10 étages à la Rue Docteur Theze. Valeur estimée : 2 milliards
10° - Une cité de 20 villas sur la Corniche, à hauteur de la villa de l'ex président Senghor. Valeur estimée 10 milliards
11° - Un terrain de 10.000 m2 au niveau du Stade LSS. Valeur estimée : 1.750.000.000 f
12° - Un terrain de 100 hectares à Touba
13° - Un terrain de 150 hectares aux environs de Tivaouane
14° - Une propriété de 10 hectares à Popenguine
15° - Une cité de 100 maisons à louer à Kebemer
16° - 60 maisons achetées du Plan Jaxaay
17° - Des vergers et champs cultivés d'à peu près 5000 hectares répartis dans différentes régions du Sénégal

18° - Une propriété à Versailles, en copropriété avec mon épouse, réfectionnée et étendue. Valeur estimée : 4 milliards
19° - Un immeuble de 4 étages à Paris XVIème. Valeur estimée : 8 milliards

20° - Une propriété à Montpellier - Une propriété à Bordeaux - Une villa en Côte d'Azur - Une villa à Orléans - Une maison de maître à Lille -


Une propriété dans le Michigan - Une propriété à New-Orléans
- Une propriété dans le Wisconsin - Un immeuble de 3 étages à New Jersey
21° - Un hôtel de 90 chambres à Casablanca - Un hôtel 60 chambres à Marrakech - Un hôtel de 48 chambres à Paris XIVème - un hôtel 50 chambres en Suisse

22° - Des actions dans les structures suivantes, soit directement ou indirectement : AIBD (20 % des actions totales) - DAPORT Sénégal (30 % des actions) - BEN LADEN Sénégal (20 % des actions) - Dakar Dem Dikk (80 % des actions totales) - SATTAR ( 30 % des actions) - OIL Libya
(30 % des actions) - ZAM ZAM (20 % des actions) - Jafza Sénégal (10 % des actions) - Veolia Sénégal (10 % des actions) - GECOM Industries (20 % des actions) - IRIS Sénégal ( 20 % des actions) - Expresso
Sénégal (15 % des actions) - DELARUE Sénégal (5 % des actions) - MEDIATIQUE Afrique (10 % des actions) - AFRICA SALT (10 % des actions) - DP World Sénégal (10 % des actions) - HENAN Chine Sénégal (10 % des actions) - OFFNOR Shipping Sénégal (20 % des actions) - SERPM (Société
d'Etude et de Réalisations des Phosphates de Matam, 25 % des actions) - Cabinet CICE (30 % des actions) -

23° - Divers comptes en banque, soit à son nom ou au nom de Abdullah Wad, ou au nom de Aboula Tzipi Wade ou au nom de Abadalaye Fabien Wade :
*** 4 comptes bancaires à Dubaï contenant respectivement : Commercial
Bank Of Dubaï => 32,5 millions de dollars - CityBank => 26,3 millions
de dollars - Emirate Bank => 16,1 millions de dollars - Standard
Chartered Bank => 10,9 millions de dollars
*** 2 comptes bancaires à Chypre : Bank of Cyprus => 22 millions de
dollars - Hellenic Bank => 14 millions de dollars
*** 4 comptes bancaires en France contenant respectivement : Société
Générale => 17,6 millions d'euros - BNP Paribas => 14,3 millions
d'euros - Ex-Credit Lyonnais => 8,2 millions d'euros - HSBC Paris =>
3,2 millions d'euros
*** 2 comptes bancaires aux USA : Bank of America => 6,2 millions de
dollars - HSBC => 2,8 millions de dollars
*** 2 comptes bancaires en Suisse : Banque Migros => 43 millions CHF -
Banque Coop => 65,2 millions CHF

24° - Un parti politique dont il est le seul actionnaire à 100 %. Le patrimoine mobilier et immobilier du parti est en copropriété avec son fils Karim Ada : 500 voitures Pickup, 150 voitures 4x4, 35 voitures 8x8, 1 avion 20 places, 1 Péniche, 1 Yacht stationné à Nice, 1 permanence neuve construite sur un terrain de 5000 m2

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page