leral.net | S'informer en temps réel
Vendredi 8 Janvier 2010

[ENQUETE] Lamine Faye, garde du corps et petit-fils du Président Abdoulaye Wade : L’histoire d’un « gorille »


L’idée était de réveiller ce « gorille méchant » qui s’empare d’un garde-à –vous impeccable derrière son grand-père de président de la République. Lamine Faye, petit-fils de Wade étonne, comme il détonne. Il attire comme il se fait détester. Son ascension fulgurante à coté de son grand-père de Président est l’objet de tous les fantasmes. Qui se cache derrière ce monsieur impeccablement sur son trente et un et imperturbable de calme ? Lamine Faye a-t-il été changé par les ors du pouvoir ? Son passé de jeune, issu de quartiers difficiles de Colobane et Niary Tally l’a-t-il aidé ? Weekend est allé fouiner auprès de ses voisins, de ses proches, pour sortir le meilleur comme le pire du garde du corps et petit-fils de Me Wade.



[ENQUETE] Lamine Faye, garde du corps et petit-fils du Président Abdoulaye Wade : L’histoire d’un « gorille »
Riche comme Crésus

Le garçon est bluffant. Les « bleus » de la vie de Lamine Faye, petit-fils et garde du corps du président de la république, Me Abdoulaye Wade, ont comme par miracle viré au rose bonbon. Depuis le 19 mars 2000 et l’ascension du parti libéral au pouvoir, ce garçon, échappé de Colobane, un des quartiers difficiles de Dakar, se pavane dans une bulle aux mille enchantements. Sa bouille d’airain et sa stature austère, de bodyguard trop zélé, ne reflètent que les traits bruts d’un homme passé du régime de pain sec et d’eaux aux menus les plus gratinés. De garçon à l’avenir précaire, il est devenu aujourd’hui une ombre du « Sénégalais d’en haut » qui se lève et se couche à l’heure du pouvoir. L’homme qui, naguère, s’est longtemps réveillé avec des poches trouées, a découvert 9 ans l’énergie de la richesse. De chômeur sans vrai horizon hier, on prête aujourd’hui à Lamine Faye un rôle central dans la grande faune libérale. Et de l’Etat actuel. Dans la cacophonie de l’Alternance, il s’y est dégotté, par la force des ses biceps musclés, une partition inespérée et d’incroyables dividendes. Comme dans un vrai tour de « magie ». « A l’époque, il était sans le sous et passait ses interminables journées à faire du thé, avise une de ses anciennes voisines de quartier. Il se tournait les pouces comme beaucoup de jeunes de Colobane. » Hier, il était un rien glandeur. Aujourd’hui, il est en tout bringueur. Joli hold up sur le destin ?

Ce quadra bodybuildé, qui dresse sa grande carcasse comme un pitbull imperturbable derrière Me Wade, confesse un gout immodéré du lucre et s’est découvert, sur le tard, une passion fofolle pour les belles bagnoles, les belles femmes et les belles villas. Comme si l’ancien galérien du populeux quartier de Colobane a touché le jackpot au de l’Alternance. Et s’évertue depuis à prendre une revanche mémorable sur son passé déshérité.

Sur les nouvelles coutures du « Gorille » de son Me, circule une anecdote qui égaie encore les discussions de couloir au Palais de la République. La scène se passe en plein centre-ville de Dakar et digne d’un tournage de film Hollywoodien. Papis Kama, un fils de bonne famille sénégalaise et jeune émigré vivant à Londres, circule en toute décontraction et avec obtention à bord d’un Ford Concorde Chrysler flambant neuf. Le jeune garçon se sent épié par les regards envieux de la rue mais ne se doute pas encore que gout de la flambe va le mener tout droit au Palais. Dans sa virée très show off, il croise bientôt Soukeyna Fall, la seconde épouse de Lamine Faye. La dame, qui faisait des courses en ville, manque de tomber à la renverse en croisant la Ford Concorde Chrysler avec l’inscription « A vendre » et un numéro de portable sur la vitre arrière du véhicule. Soukeyna a les yeux qui pétillent devant la rutilante « américaine ». Elle saisit spontanément le numéro portable barré au vas de l’écriteau « A vendre » et s’en ouvre à son bienfaiteur de mari. Peu après, Lamine Faye câble Papis Kama : « Allô ! C’est Lamine Faye de la Présidence. Je veux que vous veniez le plus rapidement possible au Palais, car je veux acheter votre véhicule. » Papis Kama n’en croit pas ses oreilles et bondit sur le siège de son véhicule. L’émigré ne se fait pas prier et file direct à la Présidence. Sur les lieux, il se retrouve nez à nez avec le petit-fils du président de la République qui lorgne et ausculte dans tous ses recoins le véhicule. Lamine Faye s’exclame, prêt à dégainer au prix fort : « c’est vrai que c’est une belle bagnole. A combien la vendez-vous ? » « 13 millions FCFA ! », avise ferme le propriétaire du véhicule. « J’ai une mallette à l’intérieur qui contient 10 millions FCFA. Je vous paie cash et on n’en parle plus, rétorque le garde du corps.

Le niet du vendeur du véhicule est catégorique, mais cela ne semble pas décourager le très liquide petit-fils du Président. Surpris mais décidé à convaincre le jeune émigré, il retourne sur ses pas, s’engouffre dans une aile au Palais et en ressort balèze : en plus des 10 millions FCFA, il lui propose un million FCFA et rallonge son offre à 11 millions FCFA. Papis Kama reste de marbre : ce sera 13 millions FCFA ou rien ! Dépité par la tournure des événements et vexé, Lamine Faye met fin au marchandage et demande au « gourmand » vendeur de vider les lieux…Les temps ont changé.

[ENQUETE] Lamine Faye, garde du corps et petit-fils du Président Abdoulaye Wade : L’histoire d’un « gorille »
Depuis l’avènement de l’alternance en mars 2000, Lamine Faye, dont l’action quotidienne déborde de sa fonction de garde-corps du Président, est au cœur de bien de turpitudes politico-financières de la galaxie wadienne. L’homme vénère l’argent, court le monde en compagnie de son voyageur de grand-père, collectionne les femmes (il en a trois) et s’empiffre des réjouissances du pouvoir. Il ne prétend point à la réputation de blanche colombe qui épouse l’intégrité éternelle de Bruno Diatta, l’impassible chef du protocole du chef de l’Etat et serviteur muet de la République. Lui est accusé de dépasser trop souvent la ligne jaune, mais sous couvert de la bienveillance de son grand-père de Président. On lui colle l’image d’un intermédiaire qui fait le « link » entre certains hommes d’affaires très influents de la place, comme Serigne Mboup, le patron du Ccbm, et Kader Mbacké, directeur général de Dangote Industries Sénégal, entre autres, et le président de la République. A son plus grand profit. « Des hommes d’affaires connus dans le pays lui mangent dans la main », confirme un de ses amis qui a pris ses distances avec lui.

Le patrimoine personnel de Lamine Faye laissera circonspect plus d’un Sénégalais. L’homme possède aujourd’hui trois demeures grands standings dans des quartiers huppés de Dakar qu’il a fini de partager entre ses trois épouses. Dans un train de vie de petit prince, la famille Faye se ressource aujourd’hui dans du velours et se nourrit de « caviar ». Dans l’ordre de préséance, on retrouve Anta Cissé, sa première femme. Cette fidele épouse avec qui il a eu trois enfants et qui a traversé les années de braise avec lui, habite une villa cossue à Nord Foire.

Sa seconde épouse, la très mondaine Soukeyna Fall, crèche elle dans une villa de rêves dans le coin très chic des Almadies. Soukeyna est une sorte de dame d’intérieur qui aime « la folie de grandeur » et se terre dans son cocon doré avec ses deux petites filles. La troisième épouse, Aminata Kébé, fille du défunt richissime homme d’affaires sénégalais, Ndiouga Kébé, et de feue Marieme Dieng Salla, vit dans une superbe villa de la corniche Ouest, près de chez l’architecte, Pierre Goudiay Atepa. Lamine Faye possède également un « château » très cossu à Sendou (20 kilomètres de Dakar) avec piscine et jardins de rêve qui n’a rien à envier aux palais arabes. Le bonhomme possède également « un nombre incalculable de terrains nus qu’il a pris le soin de mettre sous le nom de ses proches ».

Pour rallier chaque matin le Palais, le petit-fils du Président dispose d’un impressionnant parc automobile où les rutilantes « américaines » côtoient des « françaises » très prisées. Mais, certains de ses proches trouvent légitime que l’assistant du président de la République devenu « plus riche que certains hauts dignitaires de l’Etat », puisse se réclamer d’une subite fortune. Mayacine Diallo, ancien « calot bleu » et garde du corps à l’Assemblée nationale : « La richesse de Lamine Faye ne me surprend pas. Lamine ne reste pas une semaine sans aller en mission. Quand il se déplace avec le Président, il a un perdiem de 100 000 FCFA par jour, sans compter les avantages. Dans certains pays asiatiques, les gens n’hésitent pas aussi à vous offrir gratuitement de l’or. » « Avec ses voyages et tout ce qu’il tire de sa proximité avec son grand-père, Lamine peut se permettre de ne pas toucher un rond de son salaire », renchérit un autre de ses amis « gorilles ». Ces frais de mission suffisent-ils à faire de lui un multimillionnaire au patrimoine aussi impressionnant ?

Comble de la mue incontrôlée du personnage, Lamine Faye est surpris aujourd’hui en plein délit d’arrogance. Ses frasques et ses écarts de conduite font à longueur de colonnes les choux gras de la presse. La dernière affaire en date : le journal Le Quotidien, dans son édition du 24 décembre 2009, faisait état de la situation inédite où le garde du corps du Président Wade narguait tout bonnement la Senelec (Société nationale d’électricité), en refusant de payer une facture de 7 millions FCFA. En juillet 2009, il s’était aussi retrouvé à la une des journaux, en s’invitant dans le retentissant divorce du couple Mansour Guissé-Fabienne Féliho. A travers une déclaration d’honneur, le garde du corps du Président avait fait état de sa sulfureuse relation d’amour avec la Miss Sénégal 87, sans se faire un sans d’encre des conséquences de son acte sur sa réputation de père de famille et de mari et des éclaboussures de l’affaire sur le Palais. Comme si cet homme à l’ascension express pouvait tout se permettre dans la République de Wade.

Petit-fils chéri

La montée en puissance de Lamine Faye ne s’arrête pas seulement aux pièces sonnantes et trébuchantes. Le plus célèbre « gorille » du Palais ne cesse de gravir les échelons de la Police nationale, depuis un an (2008), ses subalternes lui servent du « Mon commandant ». En l’an 2000, juste après l’alternance, Lamine Faye et Ismaila Mbaye ont été les seuls « calots bleus » à bénéficier d’une promotion de grade de lieutenant par la grâce confondante d’un décret présidentiel. Trois ans plus tard (2003), ils ont été élevés au grade de capitaine, après sessions de formation accélérées au Gign (Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale) et à la Bip (brigade d’intervention polyvalente). Hier simple « calot bleu », Lamine Faye est officiellement aujourd’hui un Commandant de la police. Par la grâce d’un grand-père qui ne refuse rien à son petit-fils chéri.

Depuis toujours, Lamine a veillé sur son grand-père Me Wade comme si sa vie en dépendait. Il a toujours « joué un rôle de vigie prêt à mourir pour son politicien de grand-père ». Pourtant, c’est un pur hasard qu’il se retrouve aux cotés de Me Wade. Un jour, ayant remarqué que son petit-fils ne faisait rien de ses journées, sa grand-mère Awa Wade, sœur utérine de Abdoulaye Wade et génitrice de sa maman, Lala Diop, le pousse « à s’occuper de son grand-père ». À cette époque, au milieu des années 80, Lamine Faye est déjà un homme attiré par le sport de contact. Il passe ses journées à bander les muscles et à se mesurer aux jeunes de Niary Tally dans des salles lugubres de Taekwondo et de boxe française Savate. Quand sa grand-mère paternelle l’interpelle, il se découvre enfin une activité salutaire : il rejoint les « calots bleus », la milice chargée de veiller sur la sécurité de l’opposant Wade dans les années 80. Lamine Faye a la vingtaine et toute la fougue de sa jeunesse, un tempérament enflammé qui transparait à travers un physique déjà impressionnant. Mayacine Diallo se rappelle sa première rencontre avec Lamine Faye : « C’était vers la fin de l’année 1988, car je suis arrivé chez les calots bleus le 16 février 1989. J’ai trouvé Lamine Faye sur place. Il dégageait par sa présence, parce que c’était un sportif. Il avait environ 20 ans, mais il dégageait déjà une certaine prestance. Il pratiquait les arts martiaux, notamment le Taekwondo. » Bientôt le fougueux jeune homme s’impose parmi les « calots bleus » par sa force de caractère. Il ne rechigne jamais à aller au front et s’installe rapidement comme l’une des fortes têtes de la milice « bleue ». Il gagne aussi la confiance de son grand-père qui le nomme dans la foulée, comme son « garde du corps personnel ». Pendant les années de braise du Pds dans l’opposition sénégalaise, c’est lui qui s’assied devant le véhicule de Wade quand l’opposant d’alors se déplaçait à l’intérieur du pays. Celui lui conférait un rang auprès des autres « calots bleus ». « Wade savait que son petit-fils était prêt à mourir pour lui. De 1993 à nos jours, Lamine a toujours joué ce rôle d’assistant auprès du président de la République », renseigne Mayacine Diallo. Lamine est de tous les combats, de tous les deplacements de l’opposant Wade. Quand un jour de tournée électorale, dans les années 90, le socialiste Pape Lô dégaine son arme et équipe de gros bras pour interdire au candidat Wade l’accès au village de Ndande, c’est Lamine Faye qui s’interpose « brillamment » lors des échauffourées. Finalement, Pape Lô et sa clique finiront par rebrousser chemin et lâcher prise.

« Les Faye avaient du mal à payer l’eau et l’électricité » Ce caractère téméraire et impulsif, le petit-fils de Me Wade l’a nourri dans les difficiles quartiers dakarois de Niary Tally et Colobane. Élevé à la dure, le jeune Lamine Faye apprend à se tirer d’affaires très tôt au contact « de la rue et des gros coups durs ». A Colobane, la réputation de « dur à cuire » lui colle encore à la peau. Ndeye Warkha Dieng, femme chétive au teint clair aujourd’hui âgée de 46 ans, regardait souvent Lamine jouer avec ses jeunes frères, Bousso Teuw et Lamine Ndiaye. Et c’est dans un éclat de rires qu’elle lance sans ciller : « Quand il s’agissait de bagarre, il prenait les dessus sur tout le monde. » Sous ses dehors d’homme refrogné, se cache un « grand timide » qui, jadis, était un gamin « horriblement têtu ». Élève médiocre, qui a arrêté ses études en classe de 5eme secondaire, il a découvert le pouvoir de la parole petit à petit au contact de ses amis avec qui il aime se lâcher. Dont feu Ismaila Mbaye, l’ancien calot bleu et garde du corps de Me Wade, décédé brutalement dans un accident de voiture en 2003. Un ami : « Ismaila Mbaye était l’un de ses plus fideles amis et souvent quand il était avec lui, il se permettait toute sorte de plaisanterie. » aujourd’hui, sa mort a laissé un grand vide dans sa vie. « Lamine Faye a été tres marqué par la mort de Ismaila Mbaye. Il ne le dit pas, mais intérieurement il souffre jusqu’à présent de l’absence de son ami. Car, on ne pouvait pas apercevoir l’un sans voir l’autre », explique Mayacine Diallo.

Fils de Lala Diop, femme au foyer devenue par le miracle de l’Alternance une grande commerçante, Lamine Faye a perdu son père tres tot, à l’âge de six ans. Il pousse aux cotés de ses trois grands frères, Alassane (l’entrepreneur), Assane (le chef de service de maintenance de l’hôpital général de Grand-Yoff) et Omar (le « fêtard » de la famille). Et de ses deux sœurs, Mamy qui travaille aujourd’hui à l’Ambassade du Sénégal aux Etats-Unis et Fama, la commerçante. Sans compter une foultitude de cousines qui habitaient la maison de Colobane. La famille Faye, qui a perdu tres tot son chef, n’a jamais eu des têtes d’œuf pour assurer la relève. « Aucun des membres de la famille n’a le niveau du bac », raille-t-on à Colobane. Maman Lala Diop se débrouillait à gauche et à droite et il lui arrivait de demander de l’aide à son frère, Abdoul Aziz Diop, directeur d’hôpital à Thiès et ensuite à Fann, qui avait une bonne situation. Pour la petite histoire, le jeune Lamine Faye a fait même quelques piges comme vigile à l’hôpital régional de Thiès, aidé en cela par son oncle maternel. Dans l’entourage immédiat de la famille, l’on ébruite que chez les Faye, dans les années 90, l’eau et l’électricité étaient constamment coupées pour cause d’arriérés de factures. « Ils avaient du mal à payer l’eau et l’électricité. La famille ne devait son salut qu’à un puits qui était à l’intérieur de la maison et qui permettait de s’approvisionner en eau », souffle une ancienne voisine des Faye. Souvent, quand il revenait de ses entrainements, Lamine Faye squattait la famille d’à coté pour manger à sa faim. Souvent chez Feu Djibril Fall, un ancien professeur de Mathématiques à la Faculté des Sciences de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, dont l’un des fils était son ami et lui gardait le fameux « Bolou Dod » (reste du diner).


[ENQUETE] Lamine Faye, garde du corps et petit-fils du Président Abdoulaye Wade : L’histoire d’un « gorille »
Aujourd’hui, à Colobane, quand la maman de Lamine Faye, Lala Diop, multiplie les va-et-vient à la Mecque et se proclame à cor et cri « commerçante de grande renommée », ou que ses grands frères roulent dans des bagnoles tout en plastronnant, certains voisins s’étouffent de rire ou se crispent de rage. « Depuis belle lurette, je n’ai plus aucun lien avec les membres de cette famille. Ils se croient les nouveaux maitres du monde alors que rien dans le passé ne nous est inconnu », peste une voisine. Juste ou envieuse ? Plus loin, de l’autre coté de la rue, Pape Mbaye Ndoye, un jeune homme de 23 ans, prend lui la défense de la famille Faye. « J’entre et je sors comme je veux au domicile de la famille Faye, ils gardent encore d’excellents rapports avec les voisins. C’est faux, l’argent ne les a pas changés. Certains tiennent des propos à leur égard parce qu’ils sont juste jaloux », argue le jeune homme. » « il y a des gens qui tiennent des propos sévères envers Lamine Faye, c’est parce qu’ils sont juste jaloux, embraie Cheikh Diallo, un homme à la mine patibulaire, vice-président des jeunes pour le développement de Colobane. Lamine Faye a aidé beaucoup de jeunes du quartier qui passaient leur temps à jouer aux délinquants ou qui fumaient de l’herbe. Il a aidé et continue de soutenir beaucoup de gens du quartier. Financièrement, il nous aide beaucoup dans nos activités. Il lui arrive d’aider l’Asc Colobane en achetant des jeux d’équipements. » Selon les dires de quelques voisins, Lamine Faye, quand il est à Dakar, ne peut pas rester une semaine sans venir rendre visite à sa mère. « Il aime beaucoup sa mère, c’est pourquoi il vient la voir fréquemment », confie le voisinage. Aujourd’hui, la villa des Faye, peinte en jaune ocre, paie de mine désormais avec des fleurs à l’entrée qui ornent la façade. Un gendarme veille même à la devanture. Autre temps, autres réalités. Aujourd’hui, Lamine Faye est célébré comme l’impayable bienfaiteur des Faye. Seul, un de ses frères, Oumar Faye, s’obstine à lui chercher noise. C’est même un secret de polichinelle qu’ils ne sont pas en bon termes. Une voisine : « Oumar lui reproche d’être Samba Alaar. Il s’occupe des autres et oublie quand il distribue à tour de bras des postes. Ce qui fait que les deux frères ne sont pas en odeur de sainteté. » Par contre, Lamine est réputé tres proche de ses deux autres frères, Assane Faye, chef du service maintenance de l’hôpital Grand-Yoff qui l’a initié aux pratiques des arts martiaux notamment le Taekwondo et la boxe française Savate. « Lamine a un respect viscéral envers son grand-frère qui l’a beaucoup soutenu dans ses années de galère. Je pense qu’il a su jouer pour lui le rôle de père et de grand frère à merveille », annonce un ami de la famille. Alassane Faye, l’entrepreneur de la famille et aussi tres lié au garde du corps de Me Wade. « Lamine est tres fidele, tient à souligner un proche. Il a toujours été sérieux et appliqué dans tout ce qu’il faisait. Et s’il est toujours avec Wade, c’est qu’il a su lui montrer du sérieux et de l’amour au fil des ans. » Une loyauté à toute épreuve qu’il s’emploie coute que coute à rentabiliser au prix fort. Lamine Faye avait misé, il est en train de gagner…

Par Mor Talla Gaye, magaye@weekend.sn

Source : Weekend Magazine

Photos : Weekend Mag’ galsentv.com
leral .net




1.Posté par Léboubi le 08/01/2010 05:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'habite aux HLM Fass et je connais très bien la famille Faye. Celui que vous nommez le fêtard est un ami à moi. Nous avons passé une bonne partie de notre adolescence ensemble. Nous avons été en France au même moment Lamine a pendant très longtemps a fréquenté ce quartier. Je le voyais quasiment tous les jours devant notre maison familiale. Il était tout le temps avec son ami B. G. Il y'a une part de vérité dans les reproches de Oumar. Il s'est éloigné de son ami d'enfance B.G, et nous ici aux HLM Fass, nous ne connaissons personne, vraiment personne qui a été aidée ou pistonnée à décrocher un job par Lamine. Quand nous ses grands, nous le croisons sur la route, nous avons l'impression qu'il nous toise, s'il n'est pas entrain carrément de nous narguer! Si j'avais l'opportunité de le rencontrer, je lui conseillerais de ne pas mépriser son passé, il est vrai peu glorieux, de mettre les pieds sur terre et de consacrer un peu de son temps à ses vieilles connaissances à chaque fois que son emploi du temps bouclé le lui permet! Et surtout de se méfier de ses nouveaux amis, comme le vieux juge Kéba Mbaye, ce monument de sagesse et d'intégrité, l'avait si bien dit à l'un de ses fils.

2.Posté par Pachito le 08/01/2010 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour
Une petite remarque : Niary Talli n'a jamais été considré comme un quartier difficile. Alors que dire de la Médina, Taiba-El Mansour. Il est vrai qu'il n' pas été lotissé comme les SICAP . Voilà la seule difference
Merci de m'avoir lu

3.Posté par sam le 08/01/2010 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est pas digne d'un homme de se fouiner sur le passer de qlq 1, tous le monde a un passer plus ou moins difficile, le travaille de ce journaliste est très salle, nulles et malhonnête.

4.Posté par Soutoura le 08/01/2010 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il n'a que celui qui a peur de son passé qui peut avoir quelque réticences à ce qu'on y fasse un petit tour, mon cher ami intervenant N°3. Aux USA, pour toute nomination à un quelconque poste de responsabilité, on étale sur la place publique le CV du prétendant. Il est tout de même bon de savoir qui sont ceux qui sont les vitrine de notre pays, qu'on voit du matin au soir, ici comme ailleurs, faire et dire au nom de notre pays n'est-ce pas? Et dans le cas de ce garçon, naître dans de telles conditions, vivre comme il a vécu et devenir ce qu'il est aujourd'hui, peut vouloir dire à nos enfants: "ne désespérez jamais, car le destin de chacun est dans les seules mains de Dieu". Il ne faut dont user d'aucun privilège pour narguer les siens, ni d'aucune autorité pour mâter le peuple, car la roue tourne et c'est peut-être le hasard qui est au volant aujourd'hui et comme nous ne savons pas ce qui arrivera demain, les Anglais disent; "be carreful ". C'est-à-dire: "il faut toujours savoir raison gardée"
Que la paix soit avec vous tous et que Dieu nous protège de l'orgueil !

5.Posté par ahmed le 08/01/2010 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sam c'est parce que lamine faye est devenu un homme publique qu'on fouille son passé.Toi qui ne l'est pas on t'a pas "fouillé".Qui se sent morveux se mouche!!!!!!Wa salam

6.Posté par amiral le 08/01/2010 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

moi qui vous j'ai ètèt homme de protection pendant six avec une formation de la police amèricaine à l'appui; mais je vois que Lamine n'a rien d'un homme de protection qualifiè je ne parle pas de son comportement vis à vis de la population mais de par son dèplacement sa façon de se dèplacer et de se positionner vis à vis du dignitaire: Il y'a des normes qu'il faut respecter quand on est dans la protection rapprochèe surtout vis à v is de la publicitè on doit ertr le plus discret possible alors je vois que ces qualificatifs ne sont pas chez monsieur Faye.
SVP CHANGE UN PEU DE COMPORTEMENT TU ES COMME UN AGENT DES R.G

7.Posté par boy sérére le 08/01/2010 18:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous les internautes qui auront pris le temps de lire ma contribution .Pour vous dire que j'ai personnellement connu Lamine tout ce que les gens racontent sur lui est partiellement faux dans la mesure ou on ne peut connaitre une personne à travers la presse .Pourquoi vouloir effacer ce que le Bon Dieu a dèjà tracé pour quelqu'un Tal bou yala tal sani si matt moguene diko fay

8.Posté par salif le 08/01/2010 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Arretez de jeter des fleurs a cet assassin qui n'hesite pas a faire toutes sortes d'injustices . C'est ce salaud qui a fait affecter sa soeur MAMY a la mission du Senegal du sn a l'ONU alors qu'elle n'a meme pas le bac, ceci sur instruction de Wade et la complicite de Gadio. Ils ont deracine injustement un tres valable diplomate-journaliste qui n'avait que le tord, malgre son grand talent, d'etre un ami d'Abdou Diouf. Arretez de celebrer des voleurs et des assassins! Lamine faye en est un et il le sait.

9.Posté par Amdi le 08/01/2010 19:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai cette affaire de Mamy Faye qui a beneficie d'une grave injustice contre Abdoul Demba TALL . Je me souviens c'etait en 2001. Le bonhomme avait memme fait des sorties dans la presse pour denoncer Gadio par cette injustice contre sa famille. Lamine Faye ne pourra jamais justifier ses milliards. Je ne sais pas d'ou ca vient mais c'est bizarre et injuste alors que nos medecins choment. Salam

10.Posté par finess le 08/01/2010 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je ne sais pas si c est vrai ou non mais j espére seulement qu il pourra justifier tous ces biens et cette argent le jour du jugement dernier..nakh yalla moko wakh deureum bou nék dinagnouko justifier.vraiment je l envie pas au contraire je le plains.na khalate bess dou guéné adouna bagnou leumeussko ak 7m percale.mome rék si biir bamélame.NAKH ALALOU ADOUNA AK POUVOIR DIARNALI LI MOUYE WOTé....soudé djiguéne motakh dé diarouko nakh kougnou soul bala gnouye weulbeutiko,banéne gor ték na khélam si sa diabar

11.Posté par allseeingeye le 08/01/2010 21:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment parler de Lamine Faye et ne pas soulever l'histoire des 30 millions soutires au president, en France? Il serait le voleur et se serait confie aux enqueteurs.

12.Posté par baye fall le 09/01/2010 02:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lamine Faye a raison de se mefier de son frère Omar Faye . Moi qui le connait je peux vous dire que ce mec n'est pas serieux c'est un truand par exellence ne lui faites jamais confiance. Il est dangereux!

13.Posté par élite le 09/01/2010 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

soutoura mo bakh thiey les journalistes

14.Posté par leral le 09/01/2010 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'ou un simple garde du corps peut il tirer autant d'argents, on peut maintenant deviner ou va l'argent qui disparait de la mallette du president.
Ce fait donne raison à Ibrahima Sall qui disait que tant que l'on melange les affaires et la famille, il y aura toujours des problemes au sommet de l'etat.
Je pense qu'il y a tellement de gens compétents qui meritent des articles, mais pas ce genre d'arrivistes.

15.Posté par hilaire le 11/01/2010 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salut,
juste dire que lamine a habité la zone a mais c'est commme si maintennant c'est du passé et venez visité la maison des faye bien retappéna nloa zone pour un pays en crise, ce qui me fait mal c'est que au moment ou on annonce la crise qui est mondiale les gens dans les autres pays qu'ils soient ministre ou deputés ou directeur de sociéte empruntent les trains, bue ou métro pour vraiment le maifester mais a dakar c'est là que le vrai yé vivé demarre c'est dommage

16.Posté par yaakar le 12/01/2010 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi je pense que la vrai c'est comment comment avoir l'autosuffisance alimentaire, comment avoir autosuffisance énergétique, bref comment développer l'Afrique! Faites des enquêtes les fonctionnements des services de l'état et des sociétés pour suggérer des voix et moyens qui permettent de nous sortir du sous développement.
Il facile de parler des autres as tu pensé à toi à un membre de ta famille.
Je ne pourrais jamais comprendre le genre de ce type de journalisme. Ah le coran et par son rappel de la plume. Mor Talla Gaye, essaye bien de te rappeler que il est formellement interdit de fouiller dans la vie de ton prochain.

17.Posté par diallo le 26/01/2010 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le journaliste est d'une méchanceté extraordinaire, qui na pas de passés de ce bas monde

18.Posté par dioba le 01/02/2010 20:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas de la méchanceté, ce papier est une œuvre de salubrité publique. mais qui se prend-t-il ce Gorillero

19.Posté par combatan le 04/06/2010 14:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lamine faye ces qelqun que jaime bien quan serai diplome en taekwondo -hapkido- box francai- box anglai- judo- et tae shin jutsu je veu ètre comme lui garde du corp un boulo que jaime bien et qui est mon rève principale grace a lamine faye

20.Posté par ...... le 27/08/2010 06:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LAMINE FAYE DO KO BAGNE KATAL SA NDEYE!!!!!!!!!!!!

21.Posté par haz le 20/10/2010 16:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

slt salif oui c'est vrai comment un homme qui n'a pas le bac meme le BFEM peut etre commandant de police repondez moi il a troise villas si tu regarde bien la situation du senegal parraport au pays developpés en france par exemple le carde corps de sarkozy n'a pas cette fortune la alors que au senegal quand un de votre famille et dans le gouvernement tu seras immediatement riche alors que meme le general des corps armées na pas cette fortune alors qu' un simple gard corp du president est tres doué de villa assez chere et des terrains nues meme son salaire ne peux pas assurer tout ces charges donc il mage l'argent du pouvoir si j'etais responsable du tresor public je vais auditer cette affaire ces gens me rend jaloux ce n'est pas dit tout bons pour notre budget social

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site
Titre de votre page Titre de votre page