leral.net | S'informer en temps réel

Egalité: Les parlementaires pour des investissements agricoles inclusifs et équitables en termes de genre

Le monde a fait des progrès sans précédent pour promouvoir l'équité du genre, mais aucun pays n'a encore atteint l'égalité. Ce défi reste un moteur important de la pauvreté, de la faim et de la malnutrition, en particulier dans les pays où la plupart des gens tirent leur revenu principal de l'agriculture. Bien que les femmes représentent la principale force motrice du secteur agricole, elles continuent de faire face à des contraintes considérables qui limitent, notamment, leur potentiel et leur productivité. Les agricultrices continuent d'être confrontées à davantage de difficultés et de discriminations que les hommes en matière d'accès et de gestion des actifs productifs ; elles restent invisibles dans les activités génératrices de revenus et sont constamment empêchées de participer de manière significative, à la prise de décision. En fin de compte, cela a un impact considérable sur la sécurité alimentaire et la nutrition au niveau des ménages, et plus largement, sur l'ensemble du système alimentaire.


Rédigé par leral.net le Mercredi 24 Mars 2021 à 07:08 | | 0 commentaire(s)|

Egalité: Les parlementaires pour des investissements agricoles inclusifs et équitables en termes de genre
Il est clair que l'investissement financier et le changement de politique restent essentiels au développement du continent africain en raison de leur potentiel d'autonomisation des femmes, de soutien à l'éradication de la pauvreté et d'amélioration de la sécurité alimentaire.

Cependant, leur impact dans la région dépendra en grande partie de la manière dont les investissements sont entrepris, des considérations qui entrent en jeu et du degré d'intégration des processus pour tous les acteurs, en particulier les femmes et les petits exploitants agricoles. Lorsque ces facteurs ne sont pas prioritaires, l'agriculture et les investissements agricoles peuvent nuire à la réduction de la pauvreté, compromettre les objectifs de sécurité alimentaire et exacerber les inégalités liées au genre.

Pour parvenir à l'égalité des sexes, il faut d'emblée opérer des changements qui concernent aussi bien les hommes que les femmes. Par exemple, des changements sont nécessaires pour accroître les droits juridiques des femmes, modifier les normes sociales liées au genre, stimuler l'investissement dans le leadership des femmes et encourager les champions de l'égalité des sexes. Cependant, il est essentiel de comprendre les complexités et les nuances de la conception et de la pratique des politiques dans cet espace pour garantir des résultats optimaux pour un développement durable et inclusif.

Le Parlement de la CEDEAO a reconnu ces domaines politiques prioritaires et a pris des engagements pour combler le fossé entre les sexes et renforcer la participation des femmes au développement. L'institution a souligné que la réalisation de ces objectifs pourrait être vitale pour aider toutes les parties prenantes dans leurs efforts en faveur d'une société plus juste, avec une plus grande sécurité politique, sociale, économique, culturelle et environnementale au sein de la région.

Plus précisément, en décembre 2018, le Parlement de la CEDEAO a lancé un réseau consacré, premièrement, à la lutte contre les inégalités de genre et les inégalités sociales dans les investissements agricoles et, deuxièmement, à la promotion des meilleures pratiques visant à protéger les droits fonciers et à faciliter le développement local inclusif. Connu sous le nom de Réseau des parlementaires de la CEDEAO sur l'égalité des sexes et les investissements dans l'agriculture et la sécurité alimentaire, le réseau est conçu pour être un forum de discussion permanent de haut niveau pour les parlementaires, les décideurs politiques, les institutions, la société civile, les agriculteurs et les experts.

L'objectif de cette plateforme est de créer un espace pour permettre le débat, l'échange d'expériences, l'affirmation d'engagements et la poursuite de la construction d'un élan politique vers la réalisation de changements transformateurs aux niveaux régional et national. Sa vision est d'encourager les investissements agricoles inclusifs et équitables pour les hommes et les femmes dans les pays de la CEDEAO, ce qui permettra d'améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et de réduire la pauvreté.

Le réseau a élaboré des stratégies pour s'attaquer aux obstacles à la réalisation d'une agriculture durable dans la sous-région de la CEDEAO et, en particulier, explore les efforts du Parlement de la CEDEAO pour lutter contre les inégalités sociales et de genre dans les investissements agricoles. Outre les mesures visant à promouvoir les meilleures pratiques qui favorisent le développement local inclusif, le réseau définit ses objectifs comme suit :
● Encourager l'adoption de législations et de politiques nationales et régionales efficaces en matière de genre, de terres, d'agriculture et d'investissement.
● Créer une coalition dynamique pour influencer les institutions, les politiques et la recherche régionales afin de transformer et de renforcer les cadres juridiques pour l'autonomisation des femmes.
● Renforcer les connaissances et les compétences des membres du Parlement de la CEDEAO sur les questions d'investissements agricoles équitables pour les femmes.
● Identifier et traiter les goulots d'étranglement persistants pour atteindre l'égalité des sexes dans l'agriculture et travailler avec les principales parties prenantes pour prendre des mesures juridiques et politiques adéquates.

Par conséquent, grâce à leur rôle législatif, budgétaire et de contrôle, les parlementaires jouent un rôle crucial pour promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes dans les zones rurales, tout en intégrant les questions de genre dans les secteurs transversaux. En tant que tels, les membres du Parlement de la CEDEAO travaillent activement en tant qu'agents de changement pour assurer le progrès vers l'égalité des sexes et la réalisation de ces objectifs.

Apprendre les uns des autres

Un instrument clé du changement a été la facilitation des échanges d'apprentissage entre parlementaires. Des espaces ont été créés dans lesquels les parlementaires peuvent explorer les questions fondamentales liées à l'égalité des sexes, ainsi que partager des idées et des expériences concernant les bonnes pratiques législatives et réglementaires qui sont déterminantes pour le changement. Les parlementaires ont discuté avec d'autres personnes des aspects multidimensionnels de l'égalité des sexes dans le secteur agricole et ont examiné comment de nouvelles approches sont testées dans différents contextes nationaux ou régionaux. Grâce à ces dialogues, les parlementaires ont identifié des moyens appropriés pour combler les lacunes critiques des politiques, ont appris de leurs expériences respectives et ont examiné comment les approches existantes et nouvelles, peuvent être adaptées aux contextes et aux besoins locaux.

En juillet 2019, dans le cadre de l'une de ses premières activités, la FAO, l'IIDD et Oxfam se sont associés au réseau de la CEDEAO pour organiser un échange d'apprentissage au Rwanda. Celui-ci comportait plusieurs éléments interconnectés : premièrement, il a permis de renforcer les capacités des parlementaires de la CEDEAO sur les questions liées au genre dans l'agriculture ; deuxièmement, il comprenait un dialogue politique de haut niveau avec le Parlement du Rwanda ; et troisièmement, il comprenait des visites de terrain auprès des organisations de producteurs au Rwanda. Grâce à ce processus, les parlementaires de la CEDEAO ont appris du modèle global du Rwanda, qui englobe l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes en termes de gouvernance, de responsabilité, de vision et d'actions dans l'agriculture et le développement rural.

Notamment, le Rwanda a institutionnalisé de solides politiques d'égalité des sexes dans de multiples domaines et est régulièrement cité comme un modèle précieux pouvant être reproduit dans le monde entier. Par exemple, le gouvernement rwandais a adopté des mesures constitutionnelles et législatives pour accélérer le processus de réalisation de l'égalité de fait entre les hommes et les femmes, reconnaissant que les femmes sont l'épine dorsale du secteur agricole.

Les interventions comprennent l'abrogation des lois foncières qui interdisent la discrimination fondée sur le sexe ou l'origine, ou le renforcement de la budgétisation sensible au genre dans toutes les entités publiques. En outre, le Rwanda a mis en place un bureau de surveillance de l'égalité des sexes pour s'assurer que les questions de genre sont prises en compte et intégrées dans les institutions publiques et privées. Les membres du réseau de la CEDEAO ont partagé leurs expériences avec leurs homologues rwandais et ont exploré dans quelle mesure leurs politiques et approches pourraient être reproduites, en les adaptant aux contextes locaux.

Le réseau de la CEDEAO change la donne

Une transformation agricole réussie exige un engagement politique fort de la part de tout pays. Elle implique également l'existence d'un environnement politique propice et favorable. Néanmoins, ces facteurs ne suffisent pas, à eux seuls, à obtenir tous les avantages souhaités et doivent être associés à des changements socioculturels à tous les niveaux. Cela représente un défi mais une considération importante. C'est pourquoi le réseau de la CEDEAO fournit un espace crucial pour comprendre et aborder ces complexités parmi toutes les parties prenantes.

Cependant, pour s'attaquer aux inégalités de genre dans l'agriculture, les décideurs politiques doivent être dotés des connaissances et des compétences nécessaires pour plaider en faveur d'investissements agricoles équitables pour les femmes et les hommes, afin de pouvoir influencer les processus politiques aux niveaux local, national et régional.
Ainsi, à travers des réseaux tels que la CEDEAO, les dialogues politiques sont combinés avec des ateliers pour fournir aux parlementaires des conseils pratiques sur la façon de : donner aux femmes les moyens de réaliser leurs droits aux ressources productives, en particulier la terre ; et promouvoir des chaînes de valeur sensibles au genre et des modèles commerciaux inclusifs. L'objectif est de renforcer les capacités des parlementaires et des autres acteurs concernés en s'alignant sur les priorités de développement et les processus politiques en cours dans chaque pays.

Les activités nationales reflèteront la structure régionale de développement des capacités, mais elle sera adaptée au contexte national en tenant compte des priorités et des opportunités actuelles des pays. La Sierra Leone a été identifiée comme l'un des cinq pays pour la première phase de mise en œuvre des activités au niveau national avec la Gambie, le Niger, la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso.

En Sierra Leone, le développement des capacités nationales sur l'égalité des sexes et l'investissement responsable dans l'agriculture et les systèmes alimentaires pour les membres du Parlement et d'autres acteurs offre une grande opportunité d'influencer les processus politiques importants qui ont lieu dans le pays et qui cherchent à passer de la politique au développement de lois et à tester les dispositions clés inscrites dans la politique foncière nationale. Si ces lois offrent de grandes possibilités, il est essentiel de renforcer les capacités au niveau local pour garantir leur promulgation.

Un dialogue politique multi-acteurs sur le thème : "Action parlementaire pour le genre et les investissements dans l'agriculture et la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour relever le défi de la faim zéro au Togo" vise les parlementaires nationaux, les représentants du gouvernement et d'autres acteurs qui s'engagent à développer une feuille de route qui donnera la priorité aux actions visant à assurer le développement d'une législation et de politiques sensibles au genre dans les systèmes agricoles et alimentaires.

La promotion de l'égalité des sexes dans les investissements agricoles est une question locale et nationale. Un réseau national sur l'égalité des sexes et l'investissement responsable dans l'agriculture et les systèmes alimentaires devrait être ancré dans les parlements nationaux. C'est ce que l'on a pu constater en Sierra Leone et au Togo, où les députés, à la recherche de transformations concrètes sur le terrain, ont établi des entités nationales pour conduire ces changements.

Par conséquent, des réseaux tels que celui de la CEDEAO, nous rappellent utilement que si le changement de politique est important, la mise en œuvre et l'adhésion des différentes parties prenantes sont essentielles pour garantir le succès de toute mesure politique.

Le Réseau des parlementaires de la CEDEAO sur le genre et l'agriculture Investissements dans l'agriculture et la sécurité alimentaire, est soutenu par la FAO, l'IISD, Oxfam et Wildaf.

"L'égalité des sexes est nécessaire pour construire une société inclusive et une communauté résiliente."






Hon. Abdoulaye Vilane, président du Réseau des parlementaires de la CEDEAO sur l'égalité des sexes, l'investissement dans l'agriculture et la sécurité alimentaire



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page