leral.net | S'informer en temps réel

Emploi au Sénégal: L’UE s’associe à l’Eurocham, pour “mettre les jeunes en lumière…”

Dans le cadre des activités de la Quinzaine de l’Europe, l’axe 2 du Projet UE-Eurocham a été lancé ce vendredi 21 mai 2021, dans les locaux de la Délégation générale de l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes. Rencontrant les jeunes “champion.ne.s sénégalais.es”, le ministre de l’Economie et du Plan, Amadou Hott et l’ambassadrice de l’UE au Sénégal, Mme Irène Mingasson, ont posé les jalons de leur insertion socio-économique.


Rédigé par leral.net le Samedi 22 Mai 2021 à 13:26 | | 0 commentaire(s)|

La Délégation de l’Union européenne (DUE) au Sénégal, en partenariat avec le Consortium Jeunesse Sénégal, propose une rencontre d’échange et de concertation entre les partenaires au développement du Sénégal, les autorités sénégalaises et les jeunes innovateurs socio-économiques sénégalais. Ce conclave se veut le top-départ d’un dialogue “sincère, constructif et régulier”.

Ambitionnant d’élaborer un plan d’action harmonisé et inclusif en faveur des jeunes afin d’apporter des réponses cohésives et ambitieuses aux défis de l’apprentissage, de l’inclusion et de l’insertion professionnelle des jeunes au Sénégal, la rencontre inclut aussi la participation du secteur privé européen, “partie prenante essentielle de ce dispositif, du fait de son rôle de pourvoyeur d’emplois pour les jeunes Sénégalais.ses et de soutien à la formation professionnelle
“.

Quatre thèmes ont été abordés, dont : “Education et/ou apprentissage Professionnelle” ; “Inclusion et participation citoyenne” ; “Travail, emploi et entrepreneuriat” et “Ecosystème et nouveaux types de partenariats structurants”.
Un plaisir, pour le Délégué général à l’Entrepreneuriat rapide des Femmes et des Jeunes, d’accueillir à son siège, “haut lieu et symbole fort de la politique de l’État en matière d’inclusion financière et socio-économique des femmes et des jeunes”, cet événement.

Comme indiqué par le Chef de l’Etat, Macky Sall, la mise en place de la DER/FJ procède d’un acte de foi, d’une preuve de pragmatisme et d’une quête perpétuelle d’efficacité dans l’action publique, drapés d’un idéal républicain. Un acte de foi en notre vaillante jeunesse, en son génie, son désir de changement, son dynamisme et en son dévouement à la Patrie; une jeunesse qui s’est toujours retrouvée en première ligne de notre combat pour le développement. L’Etat du Sénégal, à travers ses instruments comme la DER/FJ, est résolument engagé à accompagner les initiatives, visant à accélérer notre marche vers l’Émergence“, souligne Papa Amadou Sarr.

Pour sa part, Mme Irène Mingasson s’est réjouie de cet événement qu’elle qualifie de “culminant” en cette quinzaine de l’Europe durant laquelle, ils ont essayé de mettre la jeunesse en lumière, "c’est-à-dire ce que la jeunesse représente en termes de priorité dans nos programmes dans le domaine de la formation, de l’emploi. Mais dans bien d’autres domaines aussi et en particulier dans un domaine clé qui est celui de la participation“.

Ce que nous voulions engager par cela, c’était un dialogue sur ces questions d’emploi, de formation, de participation et montrer que nous écoutons cette voix de la jeunesse, cette force de propositions et de solutions nous inspire, nous partenaires. Nous avons été très interpellés par la force de cette voix qui s’exprime par la jeunesse. Et nous pensons qu’à travers ce dialogue, de nouvelles solutions, de nouvelles propositions de coopération vont se dégager et c’est notre rôle, à nous partenaires, de nous organiser pour harmoniser tous nos programmes de coopération avec le Sénégal pour mettre la jeunesse au centre et pour être de plus en plus efficace“, a rassuré Irène Mingasson.

Ketty Régis, pour sa part, est revenue sur le Projet “JOK DEF”, dont elle est la cheffe. “Le projet est appuyé par l’Union Européenne à hauteur de 300 000 euros et avec un cofinancement EUROCHAM Sénégal de l’ordre de 74 mille euros. C’est un projet qui sera articulé sur 24 mois et qui touchera 04 axes à savoir : ‘un premier axe veille économique et financière qui va nous permettre de rendre le secteur privé, également favori de l’investissement au niveau du Sénégal. Un deuxième axe qui nous intéresse tout particulièrement et qui est articulé autour de la jeunesse“, qui consiste à rapprocher le mode de l’entreprise du secteur éducatif et vice-versa.

Financement des PME-PMI…

Un troisième axe, poursuit la déléguée en charge des relations extérieures chez EUROCHAM SENEGAL, “qui, lui, est orienté sur la partie financement des PME-PMI. Rendre ces PME-PME plus armées en renforçant les capacités des staffs pour pouvoir présenter des dossiers éligibles au niveau des partenaires au développement. Enfin, un quatrième axe qui concerne la RSE qui est déjà présente au niveau des entreprises membres d’EUROCHAM, mais qui gagnerait à être mutualisé et harmonisé. Egalement, ce travail de recensement des actions de RSE au niveau d’EUROCHAM : labélisation, certification pour pouvoir être plus compétitif sur le marché et pouvoir se positionner au niveau national, sous régional et international…”.

164 entreprises qui travaillent au Sénégal…

Eurocham, c’est la chambre de commerce européenne au Sénégal. Elle représente 164 entreprises qui travaillent au Sénégal depuis quelques années. Aujourd’hui, les entreprises sont au cœur des embauches des jeunes, que ce soient des stagiaires, des premiers emplois… L’idée du partenariat entre Eurocham et l’UE, c’est de structurer toute cette partie-là“, selon Pascal LOUCHELART, qui rappelle le projet “Jok Def”.

Il prône surtout la communication pour aller dans le même sens. “Parce qu’on a des partenariats, on a l’administration, le Gouvernement, on a l’Union Européenne, on a les jeunes et on a les entreprises. Et je pense qu’un meilleur dialogue pourrait adapter les ressources aux besoins à la réalité économique“, souligne-t-il.



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page