leral.net | S'informer en temps réel
Mardi 20 Janvier 2009

Enquête sur le mystérieux rebelle Salif Sadio



Le 13 avril 2006 après plusieurs jours d’intenses combats de pilonnage à l’arme lourde et d’affrontement à l’arme légère, Salif Sadio abdique face aux forces armées bissau-guinéennes. Il était obligé de quitter son fief de Baraka Mandioka. Le Chef rebelle est obligé avec ses trois cents hommes de se replier quelque part dans la forêt. Cela fait vingt sept ans déjà que Sadio se fait traquer. Sa tête a été mise à prix par Wade en personne dés le début de son arrivée au pouvoir. Pour le Chef de l’Etat Sénégalais Salif Sadio est l’empêcheur de la paix en Casamance. Le Chef rebelle est accusé de tous les pêchés d’Israël. Il est le plus radical. Et il organiserait régulièrement des attaques contre les civils dans la région sud du pays.



Enquête sur le mystérieux rebelle Salif Sadio
Qui est vraiment cet homme ?

Le dernier journaliste Sénégalais à l’avoir rencontré l’aura appris à ses dépens. L’interview de Sadio qu’il avait diffusée en octobre 2005 sur les ondes de Sud Fm et dans le Quotidien Sud avait valu au groupe Sud Com les foudres du pouvoir. Salif ne veut qu’aucune caméra ou dictaphone l’approche. On a rarement vu son image. Seules deux photos sont connues de lui. Les rares personnes qui lui ont parlé indiquent que c’est un homme au langage sec et direct. Quand vous êtes en face de lui, il prend note dans un agenda ou un carnet à sa portée. «Il ne supporte pas d’être interrompu ou contredit» indiquait le défunt journaliste Elimane Fall dans un de ses articles. Salif Sadio est né dans les années 50 à Kartiak à quelques encablures de Diouloulou dans le département de Bignona. Il a fréquenté l’école française et a quitté les bancs alors qu’il était en classe de seconde au Lycée Djiniabo de Ziguinchor. Salif Sadio est doté d’une bonne culture générale. Il s’intéresse à tout, écoute beaucoup les radios. Il ne rate pas les journaux qu’on lui apporte dans le maquis. Le Coran fait partie de ses livres de chevet, nous dit-on. Lors de ses conversations, il cite régulièrement des versets du livre saint.
«Dans son quartier général en pleine forêt et à la lisière de Baraka Mandioka, une dizaine de cases éparpillées, il ratait rarement un journal à la radio ou à la télé. Quand, il n’est pas en manœuvre avec ses hommes, il aime flotter dans un boubou, coiffé d’un bonnet de la même couleur», écrivait le journaliste de jeune Afrique. Sur ce même habit figure un petit miroir en forme de triangle. C’est que Salif Sadio est un homme mystérieux. Donné plusieurs fois pour mort, il renaît toujours de ses cendres. «On lui prête une force mystique sans commune mesure «Il serait invisible» dit ce Casamançais. Ses adversaires pensaient que la disparation d’Ansoumana Mané l’ancien tombeur de Nino Vierra en Guinée Bissau allait l’affaiblir. Pas tout à fait, Sadio est resté l’homme fort du maquis même s’il n’a plus la même force de frappe qu’avant. Cependant, il règle toujours ses comptes à la kalachnikov. Léopold Sagna en sait quelques choses. Lui qui appuyait les hommes de Coumba Yalla en début des années 2000 pour venir à bout de Sadio sera capturé et exécuté en compagnie de ses éléments.
Sadio, on le sait, refuse la paix. Son désir le plus ardent, c’est de «chasser le Sénégal de la Casamance» comme il le dit. La seule fois qu’on l’a vu à une table de négociations c’était en 1999 à Banjul. Son défunt parrain Mané Ansoumana Mané et fournisseur d’armes l’y avait contraint. Même son père qui est un militant actif du Pds n’arrive pas à l’obliger à faire la paix. Salif est tout simplement un homme dur.
Le plus radical du maquis casamançais, Salif Sadio serait prêt à rallier le processus de paix enclenché avant la mort du Prélat Diamacoune Senghor. Les semaines dernières, il aurait envoyé un de ses lieutenants à Ziguinchor pour effectivement confirmer cette intention.
Pourtant ce qui n’était pas évident, car abordant la question liée à l’unification du Mfdc, Salif Sadio avait répondu de façon catégorique qu’il était impossible à l’état actuel pour lui de se retrouver avec ses frères, ennemis de la coalition, incarnée par le camp de César Atoute Badiate et celui de Magne Diémé, basés respectivement à Kassolol (frontière bissau-guinéenne) et Mahmouda (frontière gambienne). « Je ne leur fais pas confiance », avait-il répondu, relevant que ce sont ses frères de la coalition qui sont à l’origine de la mort de son papa Insa Sadio, disparu récemment, indiquent nos interlocuteurs.

Sambou BIAGUI 24H Chrono
leral .net




1.Posté par mo le 20/01/2009 17:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est un homme de conviction qui croit en lui et à ce qu'il fait .il dit ce qu'il pense sans tricher ni mentir comme le font la majorité des senegalais

2.Posté par REEE BA TAAASS le 25/01/2009 09:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'il aille au diable oui c'est petit con de complexe largement depasse par le monde civilise et comme c'est un sauvage qui se plait bien dans la brousse il na qu'a y rester et contunier lachement de tuer des innocents sans defense s'il etait mysterieux qu'est ce qui l'empeche de sortir et faire face aux vrais hommes honnetes et loyaux
C'EST DES CRETINS DE SON ESPECE QUI SONT EN TRAIN DE FOUTRE CETTE REGION ACEUILLANTE AVEC DES HABITANTS TRES CHALEUREUX ET RESPECTUEUX DANS UN FOSSE;
Un criminel pareille na rien a voir ni avec les chretien ni avec le corant ou la tora c un LACHE qui merite mm pas d'etre appele CASACAIS. VIVEMENT QU'IL CREVE

3.Posté par sylla le 06/02/2009 12:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salut
ecoutez il faut tuer cet homme il a fait couler bcp de sang.faut pas negocier.

4.Posté par patriote le 24/02/2009 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

désolé c'est faire l'appologie du mal comment on peut écrire des choses pareilles cet homme tôt au tard payera les crimes commis .

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site
Titre de votre page Titre de votre page