leral.net | S'informer en temps réel
Vendredi 29 Juin 2012

Erosion côtière à Saly: Pourquoi les hôteliers sont–ils si inquiets ?


Face à l’avancée inexorable de la mer, le dernier espoir, à savoir le gabionnage réalisé il y a un an par le Génie militaire, s’est effondré comme un château de cartes. En effet, l’ouvrage conçu pour une durée de vie de cinq ans n’a pu résister aux assauts de la mer.



Erosion côtière à Saly: Pourquoi les hôteliers sont–ils si inquiets ?
A chaque grosse marée, de nombreuses cages cèdent, les pierres et les bouts de ferrailles sont éparpillés un peu partout, rendant caduc l’effet des gabions. Devant l’ampleur du désastre, les hôteliers étaient obligés de mettre en œuvre des initiatives individuelles et variées, chacun y allant de sa petite idée.
« Le gabionnage qu’on a fait l’année dernière, en partenariat public privé, avec le projet Intac, Sapco, Génie militaire, nous a permis de pouvoir encore exister jusqu’ici. Si ce gabionnage n’avait pas été fait, je crois qu’il n’y aurait plus de plage à Saly aujourd’hui. C’est vrai que ça a été très mal vieilli. Après ce gabionnage, nous sommes à 45 millions de francs Cfa pour essayer par exemple de faire de l’enrochement. La question que l’on doit se poser c’est de savoir si on peut réellement continuer dans cette optique », souligne le Directeur administratif et financier d’un établissement hôtelier de la place. Qui renseigne qu’un mètre linéaire de gabionnage revient à 1 million de francs. Cet enrochement est présenté par ses adeptes comme étant « plus léger » et « moins coûteux que le gabionnage réalisé par le génie militaire ».

Il consiste à faire un petit mur avec des sacs remplis de sable dans les moins où il n’y a pas trop d’eau. Le sable qui arrive est bloqué par les sacs de riz, et au fur à mesure que ça monte, les sacs sont montés et on finit par un enrochement pour stabiliser. Le procédé à l’avantage de bloquer le sable d’un côté, mais ça gratte légèrement également de l’autre côté; il faut alors faire une digue environ tous les 100 mètres. Seulement, cette option ne vient pas à bout du fléau, car les promoteurs déplorent la non extension d’une telle initiative sur le reste de la côte.

Concernant les digues, un des promoteurs hôteliers, se réjouit des ouvrages réalisés par les hôtels menacés par l’avancée de la mer. «Ces digues sont valables, mais elles transposent le problème ailleurs. Si l’hôtel Téranga avait aujourd’hui réussi sa petite digue, on aurait de la plage, mais c’est le village de Saly qui allait disparaître totalement. On ne pas nous au niveau de notre hôtel, regarder d’autres digues se faire si le village ne peut pas être pris en compte »illustre Pathé Dia.

Depuis les travaux de gabionnage de l’année dernière, le Ministère de l’Environnement avait décidé de ne plus autoriser les solutions individuelles, chacun y allant de sa petite idée : brise- lames, digues etc.…Ce qui avait amené les autorités en charge de l’environnement d’alors d’interdire d’alors d’interdire les solutions individuelles au motif que le département ministériel avait un projet beaucoup plus global qui prenait en compte toute la Petite Côte. Seulement, ce projet, dénommé Intac et dont le démarrage était prévu pour le mois d’avril, connaît un retard. Ce qui explique une certaine anxiété.

Pathé Dia dont l’hôtel a été le premier à avoir bénéficié d’un projet de digue, considère le projet qui avait coûté 45 millions, comme « un coup d’épée dans l’eau » par rapport aux charges que son établissement supporte pour faire face à l’avancée de la mer et qui s’élèvent aujourd’hui à 150 millions.

Les mêmes inquiétudes soulevées ici, sont valables chez d’autres promoteurs qui clament leur incapacité à faire face efficacement au phénomène érosif, alors que l’Etat tarde toujours à exprimer clairement des pistes de solutions qui pourraient faire revenir la sérénité pour ne pas dire tout simplement l’espoir dans le milieu hôtelier de la première station balnéaire du Sénégal.

ASB Petitecote.net




1.Posté par Séminaire Gestion des conflits le 30/06/2012 02:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une Grande Première au SENEGAL !

Les Conflits dans les Entreprises prennent de plus en plus d’ampleur dans notre pays. Et si jamais ces rivalités ne sont pas gérées convenablement, elles peuvent engendrer des conséquences Négatives voir Dramatiques.

Comment gérer les divergences dans nos organisations ?

Ce Séminaire, organisé par un Groupe d’experts étrangers et nationaux sera animé par un Consultant International venu spécialement de France pour répondre à toutes vos attentes et vous apporter les solutions en matière de Gestion de Conflits.

Inscriptions : nathaliemorreau2012@voila.fr / 00 221 77 583 63 83

2.Posté par burlot le 30/06/2012 09:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je m'adresse à l'auteur de cet article, si vous désirez plus d'explication sur les possibilité d'arréter définitivement le recule de la côte contactez moi, j'habite saly,cordialement

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site
Titre de votre page Titre de votre page