leral.net | S'informer en temps réel
Lundi 25 Octobre 2010

GUINEE CONAKRY : Le Journaliste de la JA, Cheikh Yérim Seck au cœur d’une polémique


Le texte écrit par le journaliste sénégalais Cheikh Yérim Seck et publié par Jeune Afrique au mois d’août dernier, intitulé : «Sékouba Konaté : l’homme qui n’aimait pas le pouvoir » a créée des frustrations en Guinée. Le guinéen Mamadou Billo Sy Savané a pris sa plume pour décrire son amertume avec une virulence rarement vue.



GUINEE CONAKRY : Le Journaliste de la JA, Cheikh Yérim Seck au cœur d’une polémique
Sous la plume de M. Cheikh Yérim Seck, Jeune Afrique dans son N°2591 du mois de Septembre 2010, nous livre une hagiographie à la gloire du général autoproclamé Sékouba Konaté. Le plus mauvais griot de l’Afrique de l’Ouest n’y souscrirait pas. Et il n’est pas certain que le plus petit hebdomadaire européen, même au bord de la faillite, en accepte la publication dans ses colonnes, quel que soit le montant du chèque proposé. Jeune Afrique, si. Car ce journal, est un journal exclusivement commercial, fait par les commerçants qui n’ont qu’un très lointain rapport avec le journalisme comme l’entendait Hubert Beuve-Mery, un des fondateurs du quotidien français « le Monde ».
L’information y est un produit d’appel au sens marketing du terme, c’est-à-dire un produit accessoire au service de l’essentiel qu’est la propagande commerciale. La propagande commerciale n’est guère méprisable, à condition qu’elle s’assume comme telle. C’est tout le problème avec J.A. Elle se prétend journal d’information. Il y a tromperie sur la marchandise. M. Cheikh Yérim Seck excelle dans la propagande commerciale. La preuve ? – Sa dernière livraison relative à notre « général » Sékouba Konaté.
De quoi parle-t-il dans ce fameux numéro du non moins fameux hebdomadaire, prétendument panafricain ?
En première de couverture, comme on dit en langage journalistique, ce N°2591 est barré d’une immense photo de Sékouba Konaté, avec comme commentaire : « l’homme qui n’aimait pas le pouvoir ». Un chef-d’œuvre d’imposture. La couleur est annoncée, sans fioriture. Le tout est à l’avenant. Ce sera la propagande commerciale, à la manière d’une publicité mensongère. Et qui s’y attelle ?- M. Cheikh Yérim Seck, bien évidemment, comme toujours d’ailleurs. Mis à part les louanges appuyés au général autoproclamé, je mets quiconque au défi de trouver la moindre information dans cet article.
M. Cheikh Yérim Seck n’éprouve aucune gêne morale à aligner des courbettes à propos de son tout récent ami friqué. Sékouba Konaté.. Au contraire, il s’y donne à cœur joie, sans retenue, ni mesure. Mais c’est la loi du genre. Le général autoproclamé est salué, honoré, adulé, célébré, magnifié, presque déifié. Ses immenses et multiples propriétés récemment acquises on ne sait comment, deviennnt une modeste demeure sous la plume de Cheikh Yérim Seck. Sa participation pleine et entière aux massacres du 28 Septembre 2009 au stade du même nom ? – Gommée comme il se doit, lorsqu’un journaliste de petit niveau satisfait à une commande copieusement tarifée. La razzia qu’opère son entreprise GUI-CO-PRESS sur les biens fonciers et immobiliers nationaux ? Connaît pas. Tous les contrats publics attribués d’office à la même entreprise ?- des broutilles négligeables pour M. Cheikh Yérim Seck.
Le général n’aurait pas recherché le pouvoir, mais l’aurait accepté contre son gré. Il aurait imposé la démocratie, organisé une élection « transparente », restructuré l’armée…. Ouf ! N’en jetez plus. Le général autoproclamé est parfait, omnipotent et omniscient. Nous Guinéens, nous aurions à notre service un « homme d’Etat inégalé ».
Nous ne le savions pas. M. Yérim Seck s’est chargé de nous le révéler. Il nous livrera peut être le nom de ce méchant tortionnaire qui a contraint notre général autoproclamé à accepter sans déplaisir, le fauteuil présidentiel qu’il haïrait pourtant. Là, notre ami Yérim fait passer son bienfaiteur général adoré, de la modestie à la sainteté.
Saint général Sékouba Konaté ! De grâce, dispensez la Guinée de votre « bonté », mais comblez-en votre ami Cheikh Yérim Seck, tant son appétit monétaire, de préférence en euros, paraît insatiable. Ne vous en abstenez surtout pas. Vos comptes au Liban et au Maroc sont copieusement garnis.
M. Cheikh Yérim Seck et son commercial journal, Jeune Afrique le savent parfaitement. Tout refus de votre part provoquera aussitôt des éditoriaux vengeurs de votre nouvel ami. Vous serez alors déchu de votre éphémère « sainteté », sans préavis. Car c’est la règle à Jeune Afrique. On passe instantanément du paradis à l’enfer, et inversement, selon qu’on « banque » ou pas. Votre ancien ami, le naïf capitaine Moussa Dadis CAMARA que vous avez naguère roulé dans la farine, en a fait l’amère expérience avant vous.
Juste deux petites observations. Dans sa longue hagiographie indigeste, M. Cheih Yérim Seck semble totalement dépourvu de la moindre honnêteté journalistique pourtant exigée dans la profession. Peut être, a-t-il l’excuse de n’en n’avoir jamais entendu parler, y compris pendant sa formation ?
Deuxième petite observation : ce Monsieur devrait s’abstenir de faire passer les Guinéens pour un peuple d’imbéciles. Pense-t-il vraiment qu’ils avaleront les sornettes que lui et son journal débitent à longueur de pages concernant le général autoproclamé ? Mes compatriotes sont peut être des « idiots », si j’en crois M. Yérim Seck, mais pas au point de confier les destinées du pays à un général à peine alphabétisé. Ebloui par les carnets de chèque du général, M.Cheikh Yérim Seck ne peut voir cette réalité. Normal. Le journalisme de complaisance perd toujours le sens de la mesure à la seule vue d’un carnet de chèques.
Il semblerait que M.Sékouba Konaté a le chéquier généreux et facile, surtout pour des journaux et journalistes comme Jeune Afrique et M. Yérim Seck. Je ne sais pas si ce Monsieur a bénéficié des largesses du général autoproclamé. Mais, qu’il sache que les comptes bancaires du prétendu général sont approvisionnés grâce à la misère imposée à mes compatriotes. Et dans un passé pas si lointain, le capitaine Moussa Dadis CAMARA avait rendu public un deal commercial que lui aurait proposé alors le commercial journaliste Cheikh Yérim Seck : 500 000 euros, contre un bon papier dans Jeune Afrique.
Le refus du capitaine entraîna aussitôt les foudres du journal et de son commercial journaliste. Soudain, des papiers de complaisance, on passe aux éditoriaux vengeurs contre le capitaine qui ne veut pas jouer ce jeu. Au sujet d’un article complaisant (pour Dadis), j’avais déjà sévèrement tancé une journaliste de J.A., du nom de Cécile SOW. Mais, je dois avouer qu’à côté de M. Yérim Seck, elle paraît un monument indiscutable d’honnêteté journalistique. Les cartes de presse sont trop facilement distribuées. L’éthique professionnelle journalistique n’est peut être pas enseignée à l’école de journalisme d’où est sorti notre « ami » Yérim Seck.
En tout cas, le talent de V.R.P. (vendeur, représentant prospecteur placier) de notre ami est évident. Mais son talent de journaliste, s’il en a un, reste profondément enfoui. Il l’extériorisera peut être un jour. Si jamais il avait cette ambition, alors il devra changer de journal et d’employeur. Car il y a très longtemps que Jeune Afrique n’est plus qu’un hebdomadaire de propagande commerciale, comme l’a si bien montré Vincent HUGEUX dans son excellent livre intitulé « Les sorciers blancs : enquêtes sur les faux amis français de l’Afrique ».
Être un bon V.R.P., c’est très bien, mais ce n’est pas du journalisme. J’émets l’hypothèse que M. Cheikh Yérim Seck s’est vraisemblablement trompé de métier. C’est si fréquent, dans ce bas monde.
De grands journalistes subsahariens comme Francis KPATINDE, Jean-Baptiste PLACCA ont quitté Jeune Afrique, il y a belle lurette. Ce n’était pas un caprice de diva de leur part. Talentueux, cultivés, très professionnels, ils voulaient pratiquer leur métier avec honnêteté, rigueur et indépendance d’esprit. Des qualités qui avaient déserté les locaux et l’esprit de Jeune Afrique, depuis bien longtemps. Lorsque la supercherie de la maison leur est apparue évidente, ils sont allés exercer leur talent ailleurs. Mais, ils sont talentueux et cultivés. C’est plus simple. Je ne suggère évidemment pas cette démarche à M. Cheikh Yérim Seck. La suite serait très compliquée pour lui. Et puis, V.R.P. aussi, ça nourrit son homme.
Dernière remarque personnelle. Au fond, ce journaliste est un méchant personnage. Profitant de l’inculture de son ami général, il en dresse un portrait féroce et ironique. Et pour dissimuler son jeu, il laisse ses lecteurs deviner facilement le second degré.
En fait, Sékouba Konaté est exactement à l’opposé de ce qu’écrit à son sujet, son nouvel ami Yérim Seck. Soutirer de l’argent à quelqu’un de bien moins instruit que soi tout en le ridiculisant, même au second degré n’est pas bien. M. Chekh Yérim Seck et J.A. devraient rembourser le général Sékouba Konaté pour service non effectué. Et ses conseillers devraient être renvoyés pour incompétence.
NB : Jeunes de Guinée et d’Afrique noire ! Lisez cet article, diffusez-le et discutez-en. Je répondrai bien évidemment à toute question qui me sera posée personnellement. Je recommande par ailleurs la lecture de l’excellente enquête de Vincent Hugeux. J’en rappelle le titre : « Les sorciers blancs : enquête sur les faux amis français de l’Afrique »
Mamadou Billo Sy Savané, à Conakry
Mon contact : mamadoulinsan@wanadoo.frCette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
LISEZ LE TEXTE DE CHEIKH YERIM SECK EN QUESTION
Sékouba Konaté : l’homme qui n’aimait pas le pouvoir
Félicité par les grands de ce monde pour son action à la tête de la Guinée, respecté par les dirigeants africains, le président de la transition, Sékouba Konaté, n’en donne pas moins l’impression de vouloir quitter au plus vite le pouvoir. Enquête sur un type de leader qui fait défaut sur le continent. Si le second tour de l’élection présidentielle se passe sans heurt, Sékouba Konaté restera celui qui a tourné la page de la dictature en Guinée. En dépit des lourdes incertitudes qui pèsent sur le scrutin, ce général de corps d’armée, président par intérim et ministre de la Défense, suscite déjà interrogations, attentions et honneurs. Après lui avoir offert une voiture blindée, le président des États-Unis, Barack Obama, lui a envoyé via son ambassadrice à Conakry un visa de séjour aux États-Unis « en reconnaissance de ses efforts pour instaurer la démocratie ».

La France de Nicolas Sarkozy lui a déroulé le tapis rouge à l’occasion du sommet Afrique-France des 31 mai et 1er juin à Nice. Et le chef de la diplomatie Bernard Kouchner ne manque aucune occasion pour lui témoigner son estime. Jean Ping, le président de la commission de l’Union africaine (UA), lui a exprimé la volonté des chefs d’État du continent de l’accompagner dans ses projets et de l’impliquer dans la résolution des conflits. Il n’a que 46 ans… Alors qu’il est toujours aux affaires, des pays comme le Sénégal ou le Maroc lui proposent de l’accueillir, puisqu’il souhaite s’éloigner de la Guinée – au moins pour un temps – sitôt son successeur élu.
Par tempérament et par réalisme
Arrivé au sommet sans l’avoir voulu, ni recherché, au lendemain de la tentative d’assassinat contre Moussa Dadis Camara – gravement blessé à la tête –, le 3 décembre 2009, l’ancien numéro trois de la junte a hérité d’une mission à hauts risques dictée par les circonstances. Il a contenu l’armée, neutralisé ses éléments récalcitrants, renvoyé les hommes en arme dans les casernes, renoué le dialogue avec la classe politique, nommé un Premier ministre – Jean-Marie Doré – et un gouvernement de consensus, conduit le pays à des élections auxquelles ni lui ni aucun autre membre des organes de la transition n’a été candidat…
Fait rare en Afrique, où la majorité de ceux qui s’emparent du pouvoir s’emploie à le conserver, il fait montre d’un (trop??) grand empressement à le quitter. Par tempérament comme par réalisme, il n’est pas à l’aise dans ce qu’il a toujours perçu comme une « atteinte » à sa tranquillité, une remise en cause de sa liberté d’aller et venir et une menace pour son droit à mener une vie ordinaire et anonyme. Son bonheur repose sur des plaisirs simples?: vivre dans la discrétion, sans ostentation, pouvoir sortir et prendre un pot avec des amis…
Il n’attend d’ailleurs pas la fin de la transition pour recouvrer cette liberté. La nuit tombée, il quitte fréquemment sa villa de fonction, qui surplombe l’océan, à Kaloum, pour se rendre chez l’homme d’affaires Mamadou Diouldé Diallo, à Camayenne, dans la banlieue proche de Conakry, où il devise jusque très tard. Porté à prendre du bon temps, ce militaire de carrière qui a grandi dans l’ambiance festive de Conakry se sent à l’étroit dans l’immense résidence présidentielle de Boulbinet.
L’enfermement inhérent au pouvoir le déprime. Il n’en peut plus d’être cloîtré entre sa chambre et son salon privé, où s’entassent officiers et membres du cabinet présidentiel qui lui rendent visite. Il dort d’ailleurs de moins en moins dans cette immense bâtisse coloniale cernée de véhicules militaires et occupée de toutes parts par des hommes surarmés. Et passe le plus clair de ses nuits à Taouyah, à son domicile privé, un modeste duplex où vivent sa femme et ses quatre enfants. Là-bas, au milieu des siens, il mange « le riz du pays » et s’adonne à ses hobbies?: regarder la télé, surfer sur internet, griller une cigarette… Sans être entouré.
Solitaire, timide, introverti
Solitaire, timide, guère à l’aise en public – si ce n’est peut-être avec ses compagnons d’armes, Sékouba Konaté est un introverti. Le fruit de son enfance et des blessures infligées par la vie. Élevé par un père (Doubany) intransigeant, commandant dans l’armée aussi sévère avec ses subordonnés qu’avec sa famille, il a très tôt été inhibé par cette forte autorité qui s’exerçait sur lui. Ce père omniprésent est décédé en 1982, l’année de son bac, sa sœur Delphine en 1985, alors qu’il venait d’intégrer l’armée, et sa mère (Jeannette) en 1988, lorsqu’il était en formation à l’Académie royale militaire de Meknès, au Maroc. Une succession de drames personnels qui l’ont sans doute poussé à enfouir ses douleurs intimes sous une épaisse carapace et un caractère en acier trempé.
À ces malheurs sont venues s’ajouter les séquelles d’une carrière militaire sous le feu des baïonnettes. Surnommé le Tigre du fait de sa férocité au combat, il a côtoyé la mort, comme en témoignent ses blessures de guerre?: une cicatrice entre les paupières causée par une chute à Potoloko, en Sierra Leone?; une balafre sous l’œil droit provoquée par un éclat de mortier à la frontière libérienne?; une marque sous la joue droite héritée de combats pour repousser des rebelles…
Le Tigre, en bon lecteur de L’Art de la guerre, se laisse difficilement impressionner. Pas même par les ors du pouvoir, dont il connaît les pièges et la vanité pour l’avoir côtoyé de près. Il a passé ses premières années d’enfance dans une villa située à un jet de pierre du palais d’Ahmed Sékou Touré. En jouant au football sur un terrain à proximité, il a pu observer les grandeurs affichées et les bassesses dissimulées.
Son père, directeur national des entreprises militaires agricoles, fut un ami intime de Lansana Conté, le successeur de Sékou Touré à la tête du pays. D’ailleurs, après son décès, c’est toute la famille Konaté qui a été placée sous la protection du général Kerfalla Camara, futur chef d’état-major de l’armée, avec la bénédiction de Conté. Lequel a ensuite veillé sur la carrière du jeune militaire, l’a fait libérer au lendemain de la mutinerie des 2 et 3 février 1996 (alors que ses coaccusés écopaient de très lourdes peines de prison) et l’a nommé en juillet 2008 commandant de l’unité d’élite du Bataillon autonome des troupes aéroportées (Bata).
Sa mission?: mettre fin aux soulèvements répétés dans les rangs entre 2007 et 2008. Avant sa mort, le 22 décembre 2008, le « Mangué » (« le chef », en soussou) répétait à l’envi à ses proches?: « C’est mon neveu, le fils de Doubany, qui va me succéder à la tête de l’État. »
Pièce maîtresse du coup d’État de décembre 2008
Sa prévision s’est réalisée. Pièce maîtresse et instigateur depuis le camp Alpha-Yaya-Diallo du coup d’État du 23 décembre 2008, le lieutenant-colonel Sékouba Konaté (devenu ensuite général) a laissé le pouvoir au capitaine Moussa Dadis Camara, très populaire au sein de la troupe. Après le temps de « l’amitié », le divorce entre les deux hommes intervient le 28 septembre 2009. Sékouba est en déplacement à Nzérékoré (Guinée forestière) quand la sauvagerie des hommes de Dadis s’abat sur les manifestants de l’opposition.
De retour à Conakry au lendemain du massacre, le Tigre lance au chef de l’État?: « La situation est très grave. Cesse de jouer. Organise des élections et remet le pouvoir aux civils. Fais arrêter Toumba, qui a dirigé cette expédition criminelle. » Dadis refuse. Ironie du sort?: l’aide de camp Aboubacar « Toumba » Diakité finira par tirer, le 3 décembre 2009, sur son protecteur, précipitant sa sortie de scène.
Propulsé président de la République par intérim par les accords de Ouagadougou du 15 janvier 2010 – après avoir vainement tenté de se défausser sur le général Mamadouba Toto Camara, le numéro deux de la junte –, Sékouba Konaté a abordé ses nouvelles responsabilités en ayant conscience de ses limites. Reconnaissant ses lacunes, l’homme en treillis s’est concentré sur les questions militaires – les seules sur lesquelles il a une expertise – et a confié tout le reste à Tibou Kamara, l’un des « survivants » du marigot politique, qu’il a nommé ministre secrétaire général à la Présidence.
Le bâton et la carotte
« Allez voir Tibou », « Voyez avec Tibou », « Demandez à Tibou »… Chaque fois qu’il est saisi d’un problème, la réponse du président par intérim est la même. Il n’a jamais signé un document non paraphé par son « ministre secrétaire général », ni lu un discours non écrit par ce dernier, ni pris une décision non agréée par lui. Tout comme il a toujours respecté les prérogatives reconnues par l’accord de Ouagadougou au Premier ministre, Jean-Marie Doré, et à son gouvernement.
« Je ne veux aucun problème avec le Premier ministre, répète-t-il à tous ceux qui le sollicitent pour une intervention. C’est lui qui doit administrer le pays. Je ne m’immisce pas dans son domaine réservé. » Le contraste est saisissant entre cette souplesse et la fermeté avec laquelle le général a discipliné l’armée. Craint par la troupe et redouté pour sa promptitude à sanctionner le moindre écart, il s’est imposé et a fait le ménage en démantelant, notamment, le camp de Kaliah, où 7?000 éléments recrutés par Moussa Dadis Camara recevaient une formation dispensée par des instructeurs israéliens.
Appliquant la maxime de Napoléon (« on ne gouverne qu’avec ses propres hommes »), il a fait sauter tout l’état-major pour placer aux postes stratégiques des proches avec qui il a fait le coup de feu. Dans un subtil dosage du bâton et de la carotte, il a relevé le traitement des soldats, amélioré leur équipement, notamment en véhicules, et fait appel au magnat local du BTP, Kerfalla Person Camara, alias KPC, pour reconstruire toutes les casernes du pays.
Accusation d’ethnocentrisme
Faire ce qu’on sait faire, déléguer ce qu’on ne sait pas faire… Ce style de gouvernement a fonctionné au point de le placer à l’abri de toute critique. Jusqu’à ce 5 juillet où, à la suite de la proclamation des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, les partisans de Sidya Touré, arrivé troisième, marchent pour protester. Injurié, accusé par les manifestants d’avoir défavorisé leur candidat au profit d’Alpha Condé pour des raisons ethniques – Sékouba est malinké comme ce dernier –, le président par intérim convoque les leaders politiques pour leur dire leurs quatre vérités.
Se disant « beaucoup touché », il menace de démissionner si les candidats n’appellent pas leurs supporteurs au calme. Devant l’insistance des chefs d’État malien, Amadou Toumani Touré, et sénégalais, Abdoulaye Wade, il revient sur une décision qui semblait irrévocable.
Le Tigre s’est senti blessé par l’accusation d’ethnocentrisme. Fils d’un Malinké musulman de Kankan et d’une métisse libano-guinéenne chrétienne de Kissidougou, il est né et a grandi à Conakry, en pays soussou, d’où sont originaires ses meilleurs amis (Laye Keira, Baïdy Aribot, Lansana Keïta, alias Gaucher…). Parlant sommairement la langue de son père, maîtrisant le soussou et les dialectes de la région forestière, il s’est marié avec une femme peule, Aïssatou Bah, fille d’un officier supérieur. De quoi transcender les clivages communautaires.
Accro à la télé, à la radio et à internet – il lit et écoute tout ce qui s’écrit et se dit sur lui et sur la Guinée –, il est sensible aux évolutions de l’opinion publique. En dehors du domaine militaire, dans lequel il décide et ordonne rapidement, il fait ainsi montre d’une certaine capacité à dialoguer sur les autres questions. Cette patience frise même quelquefois la passivité ou l’indécision. Au point qu’Abdoulaye Wade, en séjour à Conakry le 6 août, lui lance?: « Vous avez écouté toutes les parties. Pour ne pas laisser pourrir la situation, fixez la date du second tour de la présidentielle. C’est votre responsabilité de président de la République. »
Les « politiciens » l’ont déçu
L’invite n’a pas été immédiatement suivie d’effets. Prudent, équilibriste, trop soucieux de ne pas être accusé de partialité, le général a pris son temps. Faisant appel aux bons offices d’un journaliste de RFI dont il est proche et qui entretient de bonnes relations avec les deux candidats du second tour, Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, il a tenté un premier rapprochement des positions. Avant de charger Tibou Kamara de mener avec tous les acteurs (la Commission électorale nationale indépendante, le Conseil national de transition, le gouvernement, les deux candidats…) une concertation qui avait abouti au choix de la date du 19 septembre (reportée sine die depuis).
Échaudé par le précédent Sidya Touré, Sékouba Konaté entretient des rapports distants avec les deux finalistes. Dans l’ensemble, les « politiciens » l’ont déçu. Se méfiant d’eux, il est pressé de quitter leur monde.
Si le second tour se déroule comme il le souhaite, il pourra alors quitter – au moins un temps – la Guinée, se mettre au vert, se reposer et s’occuper de sa santé, après avoir déjà sensiblement réduit sa consommation d’alcool. Après des séjours médicaux au Maroc en 2009 et en 2010, à la suite d’une embolie pulmonaire, il confie à ses proches la nécessité de continuer à se soigner.
Son départ du pays reste toutefois problématique. Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé lui ont tour à tour proposé de le maintenir au ministère de la Défense. « Tous, à commencer par le président Compaoré, sont unanimes pour que le général reste à la tête des forces armées pour sécuriser le règne de celui qui va être élu et protéger la démocratie guinéenne des risques de déstabilisation », assure Tibou Kamara à J.A. Prépare-t-il l’opinion à un oui de son patron??
Par Cheikh Yérim SECK
(Plus d'informations demain sur leral .net)




1.Posté par El Hadj Sy le 25/10/2010 01:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JA a cessé d'etre un journal credible depuis fort longtemps. Cheikh Yerim fait partie de ces journaleux alimentaires qui peuplent certaines redactions et utilisent leurs plumes à des fins uniquement pécunieres. Cheikh Yerim me rappelle un autre journaleux de JA, François Soudan. Ce dernier faisait la meme chose pour Ould Taya, en Mauritanie, au moment le plus fort des epurations ethniques contre les noirs. Les journaleux de JA ont fait la meme chose au Gabon, dans les 2 congo, bref partout en Afrique francophone. J'etais un lecteur assidu de JA depuis des annees. Mais il faut reconnaitre que JA a cessé d'etre un journal de reference depuis belle lurette. Ses journalistes sillonnent l'Afrique pour jeter des fleurs ou des pierres a certaines personnalités selon qu'ils mettent la main dans la poche ou pas. c'est écoeurant d'utiliser sa plume pour faire le "MBAYE PEKH" et les guineens ont le droit d'etre écoeuré apres lecture de cet article ecrit par quelqu'un qui aime se vanter de connaitre tant la Guinée

2.Posté par joe sylla le 25/10/2010 08:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

helas !!! la fin justifie les moyens
wade n est il pas ( selon je ne sais plus qui) le meilleur president d afrique alors que le senegal inexorablement se meurt ?
souleymane jules diop n est il pas au fin fond du cana da a appelé chaque amrdi au soulevement alors qu il n ose pas mettre son orteil a grand dakar ?
et moi suis la derriere mon pc a ecrire ce k je veux lol!!!

3.Posté par Abdoulaye Barry le 25/10/2010 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qui est Sy Savané ? Les Sénégalais ne le connaissent pas mais les Guinéens savent qui est ce personnage. Il fait partie de ces mercenaires qui ont vendu l'idée de la candidature à Dadis Camara et qui se sont fait payer pour intoxiquer l'opinion. Cheikh Yérim Seck est un personnage respecté en Guinée, qui a eu raison de soutenir un général connu pour son engagement à amener la démocratie en Guinée?

4.Posté par abdou le 25/10/2010 09:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yerim n'a fait que direla vérité. tout le monde sait que le Général Konaté ne sait pas parler français. Dans toutes ses interviews il ne peut aligner deux phrases correctes.Il parle un français vraiment militaire et il fuit toujours devant ses responsabilités.

5.Posté par Almamy le 25/10/2010 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je me suis fait unr religion sur Cheikh Yérim Seck depuis qu'il a produit un papier pour chanter Cheikh Amar avec des contrevérités du genre: "jj'ai connu le jeune Amar, étudiant désargenté à Paris" alors que ce dernier est son ainé et lui Seck a fait l'UGB. Il est de notoriété que JA fait chanter les dirigeants africains. En 2007, la boite dans laquelle je bosse (une société nationale) a été contraint par le Palais de payer une insertion publicitaire pour une dizaine de millions (quart de page) dans JA lors d'un Spécial Sénégal ou ce journal a récolté des centaines de millions.
POURQUOI SECK NE TIRE PLUS SUR WADE ET SA FAMILLE ?

6.Posté par Ndoye le 25/10/2010 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On doit arreter ce Cheikh Yérim SECK là c’est un vrai fripouille, un arnaqueur, et malheureusement les gens oublient vite, mais souvenait nous de ce qu’il faisait à l’époque pour l’ancien homme fort de Wade je veux nommer Idrissa SECK, c’est lui Cheikh Yérim SECK qui chantait les louanges de ce monsieur là, aujourd’hui c’est la guinée et demain j’en suis sur c’est la cote d’Ivoire. Vraiment ce Cheikh Yérim SECK, déshonore l’ensemble des jeunes conscient qui veulent réécrire une nouvelle Afrique. Mais bon comme disent nos anciens, le sang qui coule dans les veines d’un individus ne mentent jamais et celà nous oblige à voir dans quel ligné est issu ce Cheikh Yérim SECK.

7.Posté par so le 25/10/2010 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi je crois dans le monde d'aujourd'hui il n y a pas un seul journal qui est objectif. C valable meme pour la presse occidentale meme si c plus endémique en Afrique avec la pauvreté.
j'avoue qu'il n y a pas plus facile que de critiquer pour critiquer.
C sure qu JA fait dans la publicité avec l'encaissement de beaucoup d'argent mais sachez que c la pratique presque partout. Aujourd'hui je crois kil est préférable de jeter des fleurs au Général que de le critiquer car tout le monde sait kil est risqué en tant que Millitaire de diriger en Afrique.
Objectif ou non objectif c difficile de prendre position mais c sure que ce sécouba est mieu que Jean marie doree et Alpha condé qui a cessé de montrer kil n'est pas démocrate.
Cheick c un griot et je crois que les journalistes ne sont rien d'autre que des griots modernes.
Ce monsieur qui attaque Cheick peut etre on pourra facilement l'attaquer s'il nous avait dit d'ou il travaille.
JE CROIS CE QU IL FAUT POUR LA GUINNEE C D ETRE POSITIF.
ATT au mali est adulé alors qu'on sait kil avait accompagné durant plusieurs années Lansana Condé.
Je crois que c difficile de faire du journalisme en Afrique sans des fois jeter des fleurs vu les manque de moyens de publicité etc..
POSITIVONS EN ESSAYANT DE CHANGER PROGRESSIVEMENT ET DE TOUS LES COTES.
oN A VU LES OPPOSANTS AFRICAIN COMME WADE BAGBO ET ALPHA CONDE QUI ONT ETAIENT TOUS DEMASQUES PAR LA DEMOCRATIE.
Donc beaucoup parmi nous ne font pas cequ'ils disent

8.Posté par mouss le 25/10/2010 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le senegal m'inquiete. Comment un membre d'une formation politique autre que le FSD/BJ en l'occurrence serigne Mbaye Thiam eminence grise du parti socialiste peut-il affirmer que le cheikh Bamba Dieye n est plus de benno.
alors que lui et les instances du FSD/BJ sont la et ne sont pas prononce dans cette direction?
C'est mesquin de vouloir penser pour le PS et aussi vouloir penser et agir pour les autres. Au demeurant Cheikh Bamba Dieye et le FSD/BJ sont membres de Benno et je le connais suffisamment courageux pour l annoncer a tous les senegalais si sa volonte etait de sortir de Benno.
Cheikh Bamba dieye doit faire certainement tres peur pour declencher cette legerete.
Serigne Mbaye pour exister le PS ne devra compter que sur ses forces propres et ce n est certainement pas en cherchant a enterrer ce jeune leader que tu arrivera a tes fins. en definitive c est aux seuls senegalais de decider qui devra les diriger apres 2012.
le seul adversaire c est wade et aussi les gestes inelegantes en dessous de la ceinture que certains n'hesitent pas a donner sur fond de calculs politiques et candidature a l election de 2012.
Si faible et dans l'opposition le PS ou plutot un responsable socialiste peut etre pire que Wade en etant antidemocratique, hegemoniste et foncierement retrograde alors nous devront bcp reflechir sur le futur du senegal et les faux prophetes qui veulent simplement la restauration d'un ordre a jamais banni

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site
Titre de votre page Titre de votre page