leral.net | S'informer en temps réel

Gestion des Fonds du Bit par le Cnp : Le Cdes exige un audit des 100 millions de F Cfa destinés à la formation des jeunes

Le Conseil des Entreprises du Sénégal (Cdes) a tenu, ce mercredi, un point de presse pour dénoncer les "dérives" des représentants du secteur privé comme le Conseil national du patronat (Cnp) et le Conseil national des employeurs du Sénégal (Cnes). Toutefois, Bacary Dimé Camara et ses compagnons demandent à l’Etat d’être vigilant pour éviter le piège du Cnp, tout en exigeant l’audit des 100 millionsde Francs Cfa destinés à la formation des jeunes.


Rédigé par leral.net le Mercredi 6 Avril 2016 à 22:54 | | 0 commentaire(s)|

«Nous sommes là pour dénoncer les dérives des représentants du secteur privé comme le Conseil national du patronat (Cnp), et le Conseil national des employeurs du Sénégal (Cnes)», a déclaré d'entrée Bacary Dimé Camara, rapporteur de la Commission finance du Cdes. Pour lui, «les représentants du patronat ne sont là que pour les petits dividendes. Parce que l’on ne peut pas comprendre que des gens soient là depuis l’indépendance et qu’ils ne veulent pas que d’autres viennent intégrer le secteur», a-t-il fulminé avant de déplorer l’attitude de ces derniers lors de la signature de la Convention Etat/Employeur. «Le Cnp et la Cnes ont demandé l’exclusion du Cdes et du Mdes. Le cas contraire, ils ont fait comprendre qu’ils ne seront pas signataires de cette convention», renseigne-t-il. Une attitude qu’il trouve anormale parce que dit-il, le Cdes représente plus de 90% des Tpme et Tpmi après les résultats de la dernière enquête sur les Pme qui date de 2013. «Nous trouvons que cela est inacceptable dans un Etat comme le Sénégal. Nous avons tant parlé d’alternance politique, mais en matière économique aussi nous allons parler d’alternance économique. C’est le mot qu’il faut employer» a indiqué M. Camara.
Pour régler la question de l’emploi, le Cdes invite l’Etat à donner la chance à d’autres, surtout les jeunes entrepreneurs qui posent des actes concrets pour le développement du Sénégal et créent des emplois. Mais ils souhaitent surtout pouvoir accéder aux marchés et aux financements. A l’ère où le référentiel économique est le Pse, Atoumane Ndiaye explique : «Il est nécessaire, de décentraliser le pouvoir décisionnel dans le patronat».
Par ailleurs Dimé Camara et Compagnons ont profité de cette tribune pour exiger la lumière sur les 100 millions de Francs Cfa du fonds du Bit versés au Cnp. «Ce sont des fonds destinés à la formation des jeunes promoteurs économique. Nous exigeons un audit de ce montant qui dure depuis plus de 5 ans», a-t-il souligné avant de se demander ce qu’il advient ce montant et dans quelle poche va-t-il. "qui a profité de ces 100 millions. Cet argent à un destinataire, il faut que cela ailles vers le destinataire".
Fara Mendy






Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Header Code Display Code