leral.net | S'informer en temps réel

Hôpital Principal de Dakar, les voyants au rouge: Le SUTSAS révèle une dette de plus de 11 milliards FCfa

La section Sutsas de l’hôpital Principal de Dakar a tenu une assemblée générale mercredi, pour dénoncer les maux dont souffre cet établissement. Selon El hadji Mansour Ndao, secrétaire général de la section and Gueusseum, cette structure sanitaire souffre de maux chroniques sur le plan social, administratif et financier.


Rédigé par leral.net le Vendredi 25 Juin 2021 à 08:59 | | 0 commentaire(s)|

Hôpital Principal de Dakar, les voyants au rouge: Le SUTSAS révèle une dette de plus de 11 milliards FCfa
Lors de cette réunion, les syndicalistes ont révélé que cet établissement traîne une dette de plus de 11 milliards FCfa. Pour exprimer leur ras-le-bol, il annonce un sit-in lundi prochain.

L’hôpital Principal de Dakar est plus malade que ses patients. Il rencontre des difficultés sur le plan social, administratif et financier.

C’est le diagnostic fait par la section Sutsas de l’hôpital Principal de Dakar, à l’occasion de leur assemblée générale. Selon El Hadji Mansour Ndao, secrétaire général section And Gueusseum de l’hôpital Principal de Dakar, ils ont organisé cette assemblée pour informer les gens de la situation dudit hôpital.

Selon les syndicalistes, dans la déclaration de presse, la structure sanitaire croule sous le poids d’une dette de plus de 11 milliards FCfa.

«La dette aux fournisseurs est estimée à 1 milliard 540 millions 990 mille 230 francs Cfa, celle sociale à 4 milliards 187 millions 356 mille 981 francs Cfa et celle fiscale à 5 milliards 572 millions 508 mille 259 francs Cfa», indique le document.

D’après lui, la structure sanitaire souffre d’un manque criant de communication par rapport à la planification et à l’exécution des chantiers.
«Le bâtiment Brévier, qui est en chantier depuis deux ans, a été laissé en rade et la direction a engagé d’autres chantiers inutiles ailleurs, à coups de milliards.

La direction de l’hôpital Principal de Dakar veut atteindre aujourd’hui un budget de 20 milliards FCfa. Ce qui est impossible en ces temps de pandémie de Covid-19. Avec ce budget, la direction a entrepris les multiples chantiers au sein de l’hôpital, lesquels ont engendré des dysfonctionnements au niveau des urgences
», dénonce le secrétaire général de la section And Gueusseum.

Poursuivant, il ajoute que beaucoup de services cliniques sont à l’arrêt à cause des travaux. Selon toujours lui, il y a un manque criard de lits, le bloc opératoire de la maternité ne fonctionne pas et certaines salles d’hospitalisation sont transformées en bureau.

Le préavis de grève est établi sur la base d’une plateforme revendicative sur quatre points. «Le premier point, c’est par rapport à la formation et au plan de carrière des travailleurs ; le deuxième point, c’est par rapport aux primes d’intéressement.

Nous sommes à 13% là où l’hôpital Le Dantec est à 17%. On est le seul hôpital capable de gérer l’ensemble de la situation sanitaire du pays. Mais on est à 13% de recettes annuelles qui correspondent à 75 000 francs Cfa. Alors que les primes de personnels civils sont à 40 000 FCfa depuis lors, là où certains touchent 600 mille francs Cfa. On est au même titre de dignité égale
», explique El Hadj Mansour Ndao.

A cela s’ajoutent la dette sociale et l’Ipres. « Personnellement, depuis 2014, l’hôpital n’a pas versé pour moi des cotisations sociales. Et je ne suis pas le seul dans cette situation. Beaucoup de travailleurs ont des difficultés à rentrer dans leurs fonds. Cette situation est liée aux tensions de trésorerie que connaît l’hôpital Principal de Dakar », a-t-il renseigné.

Face à de telles difficultés, les syndicalistes annoncent un sit-in lundi prochain, de 8 heures à 9 heures, dans l’enceinte de l’hôpital. Ils programment de porter des brassards pour une durée de 15 jours. Mais à préciser que cela dépendra de l’issue de la réunion avec la direction, prévue hier à 15 heures.







L’As



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page