leral.net | S'informer en temps réel

Idrissa Seck au Pds:Les véritables raisons d’un retour

Idrissa Seck a réalisé son rêve. Revenir au Pds, même par la petite porte. C’est que le Thiessois revient de loin. Depuis 2007, il a continué sa traversée du désert. Entre Paris, Dakar, Thiès et Saly. Il ruminait son plan de guerre. Idy répétait d’ailleurs inlassablement à ses visiteurs tirés sur le volet que «la seule chose qui l’incombe est de réunir à nouveau la famille libérale». Avant d’ajouter que «l’essentiel est que le pouvoir reste entre les mains des libéraux. L’avenir c’est le Pds et les batailles de demain se feront sans Wade». Telle une rhétorique, de telles expressions revenaient sans cesse aux oreilles de ses interlocuteurs.


Rédigé par leral.net le Lundi 19 Janvier 2009 à 14:03 | | 0 commentaire(s)|

Idrissa Seck au Pds:Les véritables raisons d’un retour
Une dizaine de médiateurs dont des religieux, des hommes de médiats, des personnalités politiques du Pds ont tenté de recoller les morceaux entre lui et Wade les émissaires tous animés de bonne foi faisaient la navette entre Wade, son entourage et Idrissa Seck. Des promesses, des engagements et parfois même des rendez-vous sont pris. Mais les choses butaient. Le principal obstacle serait Karim Wade. Entre ce dernier et le fils «spirituel» de Wade, les relations seraient tendues. Ils n’entretiennent même plus la plus petite courtoisie. Karim croit comme fer en privé qu’Idrissa Seck doit se ranger derrière lui s’il veut revenir au Pds. De tels propos apportés à Idrissa Seck l’irrite un peu et l’amuse beaucoup. «Les suffrages des sénégalais m’ont demandé de me ranger derrière qu’une seule personne : Wade. Je suis le second après lui», dira plus tard Idy. Dans le camp présidentiel on est persuadé que les relations entre Idy et le Président ne peuvent plus être comme avant. Les membres de la Génération du concret véhiculent cette idée. Mais ils savent une chose «le Sénégal de demain ne se fera pas sans Idrissa Seck. Nous sommes obligés de composer avec lui». Il revient régulièrement dans les propos des uns et des autres que le Président va difficilement convaincre son fils à discuter avec Idrissa Seck. Lors de leur première rencontre en 2007, Wade avait eu du mal à rallier à son option de recevoir Idrissa Seck à la Présidence de la République et discuter avec son ancien Premier Ministre. N’empêche, l’audience aura lieu malgré le refus catégorique de Karim Wade. Plus tard un proche de Président confiera «à l’heure du choix, je ne pense pas que Wade sera pour Idy et Karim. Il regardera le spectacle et penchera pour celui qui a une plus forte représentativité». Apparemment c’est cette dernière option qui a été mise en branle par le patron du Pds. Renvoyer les deux «ennemis» dos à dos. Idrissa Seck ne refuse pas cette option. «Le plus important est que toutes les initiatives politiques puissent avoir un seul dénominateur commun : la famille libérale», souligne Idy à chaque fois que l’occasion lui est offerte. Pendant une année, Idrissa Seck a vécu avec cette idée de retrouvailles. Ses journées et ses nuits ont été marquées par de longues réflexions et des jeux de stratégie. Depuis sa retraite de Compiègne en région parisienne, il réfléchit. Il passait, selon un proche, ses journées, télécommande à la main ; à zapper sur les différentes chaines, reçoit des audiences de militants de responsables et d’amis. Il attendait tranquillement son heure. Et avec les évènements de la semaine, Idy semble poser le premier acte de sa renaissance au Pds. De belles empoignades en perspective dans le Pds.

Sambou BIAGUI


leral .net

Titre de votre page Titre de votre page