Idrissa Seck raille à nouveau Macky Sall: « En matière de mal gouvernance, c’est le Président Macky Sall qu’on devrait épingler le premier !»

L’ancien Premier ministre, lors de sa visite à Touba, a estimé que si on devait juger des gens pour mal-gouvernance, le président de la République, Macky Sall, devrait être le premier à être épinglé. S’agissant la construction annoncée d’un nouveau palais par le chef de l’Etat, l’ancien numéro 2 du Pds soutient que les priorités sont ailleurs.


Rédigé par leral.net le Jeudi 15 Mars 2018 à 10:16 | | 0 commentaire(s)|

Idrissa Seck a encore ouvert le feu sur le président de la République. L’ancien Premier ministre sous Wade, lors de sa visite à Touba, a dénoncé ce qu’il estime être la mauvaise gestion de nos ressources par le Président Macky Sall. « Je dirai qu’ils auraient dû commencer par épingler le président de la République lui-même. C’est lui qui est le champion de la mal gouvernance. Il a signé contre les règles prescrites par la Constitution, des lois et règlements de ce pays, des permis d’exploration pétrolière à son frère et à Monsieur Timis à qui on ne connaissait auparavant aucune expertise dans le secteur », a chargé M. Seck.

Selon lui, la première personne à épingler dans des dossiers sur nos ressources naturelles, ne devrait être personne d’autre que Macky Sall. « Et on leur a permis de vendre les titres à des milliards à des majors, alors que ces milliards auraient dû aller aux populations. Et en faisant ça, il expose les intérêts du Sénégal et à un risque juridique voire judiciaire qui lui avait été signalé par ses propres services. Le Sénégal pourrait être poursuivi sur cette base. Donc avant de parler de l’Armp, de la gestion des collectivités locales, on devrait s’intéresser à la gestion du président de la République lui-même », soutient le candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle.

Revenant sur la construction d’un nouveau Palais présidentiel annoncée par le chef de l’Etat, le président du Conseil départemental de Thiès pense que ce dernier "ne voit pas plus loin que le bout de son nez". Parce que, selon lui, "les priorités sont dans les secteurs en crise mais pas à cela". Poursuivant l’énumération des priorités de notre pays, M. Seck a déclaré : « Nous avons l’immense chantier d" la justice. Une justice pour tous. Que l’Exécutif ne manipule pas pour garantir l’impunité à ses amis partisans et alliés et agresser ses adversaires politiques ».





Le Témoin