leral.net | S'informer en temps réel

KOKI : L’IMMOBILIER PROSPECTÉ POUR FINANCER LE DAARA

Les responsables du daara de Koki (Louga) ont la volonté de trouver des sources de financement originales, en prospectant l’immobilier pour se rendre autonomes, avec un immeuble mis à leur disposition par une bonne volonté et un autre en phase de finition, a appris l’APS d’un ancien pensionnaire de cette école coranique.


Rédigé par leral.net le Mercredi 1 Août 2018 à 22:36 | | 0 commentaire(s)|

Les fruits de la location de ce dernier bâtiment vont alléger sensiblement les charges quotidiennes de l’institut d’enseignement religieux, a indiqué Oustaz Moustapha Wayel.

Un immeuble de 19 appartements construit par une bonne volonté a été mis à la disposition du daara dans l’objectif de le rendre autonome et de permettre aux enfants de se consacrer uniquement à leur enseignement, a-t-il expliqué.

‘’Outre cet immeuble, un autre de dix appartements est en phase terminale au quartier Golf’’, a ajouté Oustaz Wayel au cours de l’émission radiophonique ‘’Al bidaya’’ sur Sud-fm, en perspective de la rencontre annuelle des anciens de Koki, célébrée ce dimanche en présence du ministre de la Famille, Mariama Sarr.

Le dara de Koki qui nourrit l’ambition de développer des activités génératrices de revenus, possède un terrain à Ouagou Niayes (Dakar), qu’il compte construire et mettre en location, a dit Oustaz Wayel, invitant les bonnes volontés à venir en appui au daara qui reçoit 4191 talibés.

Cette rencontre est l’occasion de susciter un élan de solidarité à l’endroit du daara, a déclaré l’ancien pensionnaire de Koki, qui invite les sociétés à parrainer la structure dont le rôle dans la société est sans commune mesure.

‘’Au lieu de parrainer des activités folkloriques et sportives, les sociétés auraient mieux fait de mettre en place une ligne de crédit pour soulager l’institut d’enseignement de certaines charges qui pèsent lourd dans le fonctionnement’’, a expliqué Oustaz Wayel.

Selon lui, ‘’en prenant en charge des structures comme Koki, l’Etat débarrasserait les populations d’images d’enfants parcourant les rues à la recherche de leur pitance, et les avantages sur leur enseignement sont appréciables’’.

Il remercie tout de même certaines bonnes volontés qui viennent régulièrement en aide à la structure, en octroyant des dons de diverses natures permettant au daara, tant bien que mal, de s’occuper de sa vocation éducative.






AMD/ASG